• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

LeMerou

Un citoyen comme un autre, regardant ce qui se passe autour de lui.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 961 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • LeMerou 6 novembre 06:59

    @Chapoutier

    « Lloyd Austin a précisé que : « L’Iran veut cacher sa main et nier son rôle dans ces attaques contre nos forces. Nous ne le laisserons pas faire. Si les attaques des mandataires de l’Iran contre les forces américaines se poursuivent, nous n’hésiterons pas à prendre les mesures nécessaires pour protéger notre peuple. »


    Pourtant j’aime bien le peuple américain mais depuis quelques temps déjà leur gouvernement délire de plus en plus, pour protéger leur ordre mondial préservant ainsi leur intérêts. Bref

    Acte 1 : Les forces U.S sur place sont des forces d’occupation

    Acte 2 : « Ils » ne leur reste plus que la terreur, « ils » ne cherche pas à déstabiliser le Moyen Orient, mais à leur faire peur.

    Si vis pacem para bellum !

    Bon, nos amis d’outre Atlantique ont très légèrement déformé cette maxime. Mais tout cela ne fait que reculer l’inéluctable, le retour du bâton. Hélas tout comme l’intervention de l’état d’Israël en ce moment. Bon punir les coupables est difficilement contestable, si tant est que cela fusse possible, une idéologie ne meurt pas après avoir éliminés ses adeptes, mais après ? 



  • LeMerou 3 novembre 07:13

    @Dr. salem alketbi

    Bonjour

    « l’Amérique craint elle d’affronter l’Iran » ?

    C’est une très bonne question, il y a chez eux comme dans bien d’autres Pays des « va-t-en guerre », hormis le fait que ces derniers ne participent pas physiquement ou très peu, du moins pas sur le terrain, au front. Ils sont là et chez eux presque fanatiques disons le, gonflés de fierté de leur relatif succès lors de leur récentes interventions au Moyen Orient.

    L’envie d’en découdre ! Pourquoi ? avec qui ? Qu’importe, toutefois leur fausse binarité axiale « bien-mal » est toujours très fortement ou uniquement assujettie à leur intérêt économique. substituant un instant le « In god we trust » en « In god we struggle ». Leur sainte Croisade en fait......

    L’Iran n’est pas l’Irak, loin de là, Je suis convaincu, qu’une intervention Américaine en Iran serait perçue dans le monde Arabe, comme presque une « guerre de religion ».

    Je ne parle pas des dirigeants de leur monde, car ils sont désormais affables et asservis à l’argent, mais à leur peuple.

    Après il y a ce que nous savons, ce qui nous est dit, narré médiatiquement et la réalité. Sachant qu’Il y a beaucoup plus de « va-t-en guerre » sur les plateaux médiatiques que dans les états majors.

    Si militairement les U.S sont numériquement supérieur et technologiquement plus avancé, nul doute, que de cible traditionnelle, ils deviennent prioritaire, et que les résultats de leur intervention se porte chez eux, dans leur sanctuaire, de colosse aux pieds d’argile.

    Je pense que cela serait le pas de trop, non pas pour eux, mais pour le monde. Un ancien général avisé avait écrit que la troisième guerre mondiale, ne pouvait débuter qu’au moyen Orient.

    Les braises d’un partage suivi du comportement de l’état d’Israël couvant toujours, alors si en plus il y a une intervention des U.S. cela serait selon moi, la goutte d’eau qui ferait déborder le vase.

    Sans compter que leur suffisance, commence à agacer deux autres grandes puissances, qui tapies dans l’ombre n’attendent que de mettre un terme à l’hégémonie U.S.

    Donc « l’Amérique craint elle d’affronter l’Iran » ? Je répondrais Oui, bien sûr, non pas pour ce qu’ils sont, mais pour ce que cela pourrait provoquer, surtout chez eux, ou pour tous leurs intérêts dans le monde. Mais méfions nous, tout de même, une bonne guerre chez les autres, à des effets positifs sur l’économie, enrichissant encore plus certains. Avant le chute...



  • LeMerou 27 octobre 07:23

    @moderatus

    Bonjour, 
    Enlevez les et le Pays s’arrête immédiatement, ne nous voilons pas la face, la majorité d’entre eux constitue une force de travail indispensable de nombreux corps de métiers. Honteusement appelé les troisièmes lignes pendant la période covidienne pour certains. La majorité terrée par une peur irrationnelle étant contente que le système continue.

    Doivent ils être serviles et silencieux dans leur tache, sans perturber la quiétude ambiante ? C’est ce qu’il ressort un peu de votre article, cela s’appelle de l’esclavage, version moderne en fait.

    Je ne conteste pas que la religion d’une partie d’entre eux vient perturber par son énorme différence avec la notre ou les autres. L’insidieux regroupement familial devait permettre la reproduction sur place du contingent de travailleur (un renouvellement de main d’oeuvre en fait )avec l’espoir d’une intégration, ces derniers devant oublier progressivement leur culture, religion, etc, comme le citoyen du Pays ne croyant plus en rien, mais tout en restant bien dans leur état ! Taillable et corvéable à merci.

    IL est est clair qu’une fraction d’entre eux se montre belliqueux, utilisant leur religion pour des buts malsains. Les gouvernements successifs ont été trop laxistes à ce sujet, pensant que c’était un épiphénomène qui serait vaincu par l’intégration.
    Douce hérésie de rêveurs d’un petit monde d’entre soi, dont les dirigeants font parti.

    Nous devons désormais passer de la tolérance aveugle aux valeurs républicaine, cela ne sera pas simple à mettre en oeuvre, pourtant tout existe déjà pour le permettre. Il suffirai de les appliquer,
    Mais il faudrait être ferme, avoir une vue commune, transpartisane pour reprendre un mot à la mode.
    Seulement voilà, une partie des incriminés est un terreau de votants potentiels sans lesquels certains n’existeraient pas. 

    Il existe un monde d’entre soi complètement perdu dans les valeurs qu’ils prônent mais ne respectent pas, se gavant de constats philosophiques inconséquents, avec toujours le « OUI, MAIS » bien présent lors d’instants fugaces de lucidité. N’est hélas pas capable de réflexion saine.
    Pourtant c’est simple la liberté de l’un s’arrêtant là ou débute celle de l’autre, 
    A partir du moment ou les faits et gestes de l’un viennent ou vont porter atteinte au « groupe » soit il arrête, soit il sort, l’emprisonnement n’étant pas une solution non plus, L’emprisonnement ne réduit pas à néant une idéologie, il l’a renforce au contraire, mais pendant ce temps, il est soustrait au regard du groupe, qu’il l’oublie.

    Le Loup est toujours dans la bergerie, l’animal intelligent sait qu’il sortira avant terme, ayant appris de ses erreurs, il n’en sera que plus dangereux après, portant avec grâce une douce peau de mouton repenti.

    La question que doit se poser le gouvernement en ce moment (comme tout les autres avant lui) est comment ménager la chèvre et le choux être ferme tout en ne passant pas pour un régime totalitaire, voir plus..... 
    Car ne rêvons pas, ceux qui aujourd’hui hurlent à l’ordre, crieront demain au scandale, à une atteinte à la liberté, etc, etc ??? (c’est cyclique) par idéalisme, esprit de contradiction, mais surtout par bêtise.

    Nul doute que cela se termine par la promulgation de nouvelles lois, qui ne seront pas appliquées, comme d’habitude.



  • LeMerou 24 octobre 06:15

    @Olivier Cabanel

    Bonjour,

    Article étrange, mêlant politique et média.

    Concernant la politique, pour avoir vu pas mal de Président en exercice, j’ai noté, mais je me trompe peut être que de la vision, du devenir d’un Pays et de ses citoyens, nous sommes passés assez rapidement à une politique spectacle, dont le seul but n’est plus que la finance tout en s’intégrant dans un système global, quitte à perdre des pans de souveraineté. Tout cela ayant débuté selon moi, lors de nos 14 années de Perestroïka rose, dont nous mesurons les effets encore à ce jours.

    L’art du mensonge ou de la demie vérité à toujours été pratiqué par les politiques, pour s’attirer la sympathie votante du peuple, qui n’oublions pas désire en fait que tout change dans la continuité. A partir de là, tout est possible, nous mangeons ce que nous avons semé.

    Les Médias !

    Nous avons vu une explosion de ces derniers sur un modèle qui n’avait pas cours dans notre Pays, la prolifération de ces derniers à tué l’information, la vrai, la réelle.

    C’est désormais la course à « l’audimat », au sensationnel, au sordide même, afin d’exister, financièrement bien entendu. Comme si autrefois dans un journal papier la page des faits divers remplissait 90% du journal. Du média spectacle, ayant aussi transformé la politique en spectacle, notons au passage que les concernés en profitent, donnant parfois l’impression que leur décision sont influencées.

    Bref, il y a toujours eu de la Presse informative, dont les articles étaient très souvent influencés par leur idéaux politiques. Mais ils étaient moins nombreux, et leur lecture (prendre le temps de lire aujourd’hui est non sens) permettait de se forger une idée où une opinion, ce qui n’est plus possible aujourd’hui dans cet espèce de formatage audio-visuel continu, dont l’objectif premier est la popularité au lieu de l’information.

    Dans une société de vitesse (on se demande pourquoi d’ailleurs, cet empressement continu) ils sont plus entendus qu’écoutés, d’où aussi la gestion incroyable de l’émoi, désormais relayable par les fameux réseaux « sociaux », vecteur de propagation impensable dans une population se délectant d’information continue, avec tout les travers associés, comme si cette dernière allait influer sur l’instant leur mode de vie.

    Notez bien aujourd’hui qu’il est très rare dans les médias de ne pas entendre lors de leur incessants débats, parfois futiles ou autre traitement de l’actualité « Et sur les réseaux sociaux..... » 

    Vous avez évoqué le cas de Médiapart, qui n’appartient à aucun groupe financier, il n’échappe pas ni à la règle du sensationnel doucement mêlé d’émoi, ni à la règle des idéaux politique. Se devant de satisfaire ses abonnés en leur diffusant les infos qu’ils souhaitent entendre ou désireux d’entendre. Noyant souvent de bon articles, sous un flux d’infos par trop fantaisiste les classants péjorativement dans la presse à sensation, oui gauchisante n’ayons pas peur des mots. Etre de gauche n’est pas une tare non plus, ni comme être de droite ou autre.



  • LeMerou 23 octobre 07:28

    @Lynwec
    Bonjour,

    Génie de la finance je ne crois pas, cela se saurait. toujours est il que bon nombre d’entête de fast-fashion vivotant avaient la trésorerie fragile, malgré les marges incommensurables réalisées sur de la « friperie » chinoise achetée à vil prix.

    Troupeau de boutiques de fringues issue de l’hyper consumérisme n’ont pas survécus. Assainissement du marché volontaire ? Insidieusement organisé par l’incroyable protection bancaire mise en place par le gouvernement ?
    Peut être, en tout cas, il fallait protéger la sacro sainte croissance en la mettent sous perfusion, peut importe l’après, générant un peu de chômage à très bas coût vu les salaires versés.

    Etais ce une tentative gouvernementale désespérée, complètement démunie par l’ampleur du phénomène qu’ils ont laissé se propager, en tout cas il est sûr que ce qui s’est passé ne fait pas partie des modèles mathématique de la croissance dont ils sont tous champion.
    Tout fonctionne tant que cela croît, le chiffre devant rester absolument positif (le zéro étant positif....) peu importe l’argent qui sera mis en jeu, pour soutenir cette variable mère de tout leur business.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité


Agoravox.tv