• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Orphelin …

 

Qu'importe le moment.

 

Qu'importe votre âge, qu'importe les circonstances, il est un état qui ne se modifie pas, qui vous colle à la peau jusqu'au bout du parcours, sans rémission ni possibilité de changer quoi que ce soit ; c'est celui d'orphelin. Bien sûr, quand cet état cueille un enfant en sa prime jeunesse, il ébranle plus encore, mettant grandement en danger l'équilibre affectif en dépit des parents de substitution qui peuvent se proposer dans l'entourage de celui qui sera marqué par ce terme : orphelin.

N'oubliez cependant pas qu'à l'âge adulte, lorsqu'à votre tour vous vous trouvez confronté à ce deuil final, qu'il ne reste aucun de vos deux parents, votre entourage viendra vous réconforter en affirmant que c'est la vie, formule terrifiante qui semble faire fi de bien des douleurs ou que vous devez vous estimez heureux de connaître ce malheur si tard.

Comparaison pourtant n'est pas raison et qu'importe votre âge, même si celui-ci est vénérable, ce vide soudain fait malgré tout un orphelin que la société ne reconnaît pas comme tel. Les plus mesquins vous qualifieront alors d'héritier comme si le passage chez monsieur le notaire effaçait à jamais le poids immense qui soudain vous tombe sur les épaules.

La transmission de biens ne peut en aucune manière combler le vide et souvent, des objets anodins font cicatrices plus virulentes encore que le temps du deuil et de ses formalités qui accaparent l'esprit, maintiennent un temps dans une forme d'agitation amnésique. Puis quand toute cette agitation sociale retombe, soudain vous prenez conscience que désormais, vous serez le prochain tout en devant vous satisfaire des vides qui ne seront plus jamais comblés dans les récits du passé…

Alors, pour le reste de votre existence vous serez Orphelin sans escompter la moindre aide, sans pouvoir compter sur quiconque pour assumer un statut qui n'a aucune reconnaissance officielle si vous êtes adulte. Il ne s'agit pas de réclamer des avantages ou des bénéfices mais bien de revendiquer ce terme qui donne une obligation morale dont on ne perçoit pas immédiatement le poids.

Vous devenez souvent le garant de la mémoire, celui ou celle qui doit transmettre, témoigner, porter une histoire que soudain vous découvrez parcellaire, incomplète, morcelée tout bêtement parce que vous n'avez pas profité de l'héritage mémorielle de vos parents de leur vivant. Vous cherchez dans les archives familiales, vous interrogez éventuellement des témoins, vous êtes en quête de documents qui évoqueront ce qui vous a échappé par manque d'intérêt alors. Vous cherchez désespérément des noms sur de vieilles photos qui jusqu'alors n'avaient jamais attiré votre curiosité.

Vous ne vous doutez pas que ce besoin n'est sans doute pas la priorité de vos enfants qui n'ont pas en tête cette nécessité née de votre état. Il leur faudra vivre pareille inquiétude, pareille obsession quand à votre tour, vous passerez l'arme à gauche, faisant alors d'eux ce qu’ils ne comprennent pas alors de votre part.

Nous devrions former des clubs d'orphelins matures pour accumuler ces témoignages du passé qui n'ont de sens que lorsque finalement nous ne pouvons plus les recueillir à la source. Les plus jeunes se gaussent de ce qu'ils nomment nostalgie pour le mieux, gâtisme au pire, ignorant que leur tour viendra. Comme pour eux aujourd'hui, lorsque nous avions la possibilité de nous enquérir de ce passé familial, cette préoccupation ne nous concernait guère.

Pourquoi diantre nous parle-t-il de cela ? Si pour moi cet état n'est pas nouveau, j'en ai parlé avec un ami qui venait de découvrir ce cap qui transforme radicalement notre rapport au temps qui passe. J'ai éprouvé le besoin de coucher ces réflexions en désordre sur le papier, histoire sans doute de laisser une trace qui pourra servir à d'autres quand leur temps sera venu...

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Brutus S. Lampion 9 janvier 14:47

    La notion d’« orphelin » n’aura de sens que tant que la nortion de « famille » en aura un.

    Un enfant de parents divorcés peut se sentir orphelin Par contre, un adulte qui se sent toujours orphelin n’est pas vraiment adulte : il n’a ni fait son deuil ni accepté d’être autonome. L’orphelin coupe lui-même le cordon ombilical.


    • C'est Nabum C’est Nabum 9 janvier 15:02

      @S. Lampion

      Je ne partage pas cette vision des choses
      L’orphelin est celui qui endosse le poids de la transmission

      Le divorce n’a rien à voir là dedans


    • Brutus S. Lampion 9 janvier 17:36

      @C’est Nabum

      La souffrance d’un enfant qui n’a plus le droit, par décision du juge, de se retrouver avec une mère ou un père qu’il aime est la même que celle d’un orphelin qui aimait ses parents et les a perdus.
      Par contre, avez-vous pensé au soulagement que certains enfants peuvent éprouver à la mort de parents qu’ils n’aimaient pas ? Je sais pas expérience que ça existe.


    • C'est Nabum C’est Nabum 9 janvier 18:03

      @S. Lampion

      Je ne peux examiner tous les cas de figure
      j’ai évoqué le cas devenu rare sans doute des familles sans histoire


    • Brutus S. Lampion 9 janvier 18:05

      @C’est Nabum

      eh oui, les peuples heureux n’ont pas d’histoire, les familles non plus !


    • sylviadandrieux 9 janvier 18:11

      @S. Lampion
      La souffrance est différente. Un parent divorcé est un parent vivant que l’on pourra revoir mais lorsque l’un des parents (ou pire les deux) est décédé, ne reste que la souffrance et le vide. 
      Un enfant qui ne peut plus voir son autre parent c’est tout à fait inadmissible. La justice des adultes est parfois inique.
      La souffrance d’un enfant est toujours inadmissible 


    • juluch juluch 9 janvier 16:02

      Perdre ses parents fait partit de l’ordre des choses pour moi.

      On ressent la douleurs mais c’est « naturel » comme pour tous les êtres vivants.

      Le tout est de se souvenir et de transmettre ce souvenir de se que furent les Anciens qui sont partit....ça c’est important !

      Gardez l’essence du souvenir en en parlant, en l’évoquant.


      • C'est Nabum C’est Nabum 9 janvier 17:20

        @juluch

        Je ne nie pas l’inéluctable j’évoque cependant le poids de l’absence et sa signification.
        Même inévitable, ceci ne va pas de soi


      • juluch juluch 9 janvier 18:42

        @C’est Nabum

        Oui, c’est pour ça qu’il faut transmettre le souvenir.

        Que se soit la personne, ses objets, une recette culinaire, un endroit....

        La personne continue à vivre malgré tout.


      • sylviadandrieux 9 janvier 18:24

        Un orphelin par définition est un enfant ou un très jeune adulte. C’ est le dictionnaire qui le dit. Pour les adultes ne restent que les souvenirs et les photos. Perdre un de ses parents reste une histoire inachevée. Perdre un enfant est une souffrance paralysante d’effroi. 

        Il reste aux adultes la possibilité d’échanger, d’évoquer le disparu, mais il faudra bien au fil du temps apaiser cette absence. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité