• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La profondeur du banc

La profondeur du banc

 

Je m'assois dessus.

 

Le langage sportif a ceci de merveilleux qu'il ne cesse d'inventer des balivernes qui par un étrange mystère font rapidement le tour de toutes les rédactions avant que d'entrer dans le langage commun. On peut supposer que l’imitation est la règle tandis que la force d'entraînement le principe fondateur de cette discipline.

C'est donc autour du banc de touche que je vais porter toute mon attention. Il y a tout d'abord une curieuse incongruité à placer sur le banc des remplaçants qui n'ont de cesse de réclamer des fauteuils de plus en plus confortables, dignes des baquets automobiles. Nous ne sommes pas à une fantaisie près dans ce monde où l'apparence prime sur toute autre considération.

Or donc, acceptons le postulat que sièges et places en tribune puissent passer pour un banc, examinons si vous le voulez bien la notion de profondeur pour ce présentoir à séants en short. À moins que la formule fût venue d'une équipe de water-polo, je ne vois pas en quoi il faille creuser plus à même cette étrange confusion géométrique.

Le banc peut prendre de la hauteur quand on le place parmi les spectateurs tandis que les blessés, les joueurs qui ne sont pas sur la feuille de match, pour des raisons qui ne m'appartient pas de juger, préfèrent côtoyer les invités prestigieux dans les loges plutôt que les spectateurs de base à l'exception de ceux de la main courante, qui eux n'ont pas droit de s'assoir. Vous me suivez encore ?

Le banc supporte également une certaine largeur puisque dans nombre de sports collectifs, le nombre de remplaçants tant à progresser plus vite que le niveau de jeu. On peut s'en étonner du reste alors que les préparateurs physiques semblent être au summum de leurs compétences, n'ayant pas honte de recourir à des produits prohibés pour accroître les performances.

Si le banc est réservé aux doublures, aux éternels remplaçants, aux jeunes, aux inconnus, il n'est pas judicieux dans pareil cas d'évoquer la profondeur. Celle-ci s'applique quand des pointures cirent le strapontin sur lequel ils doivent purger une mise à l'écart, une mise au ban, dirait-on dans d'autres milieux.

Quand le banc accueille la crème, des postulants à la titularisation, c'est alors qu'on plonge tête la première dans la notion de profondeur. Est-ce en référence aux abysses de perplexité dans lesquels se morfondent ces malheureux tant que l'entraîneur ne fait pas appel à eux ? C'est tout à fait possible quand les caméras s'attardent sur la tronche des pénitents.

Cette profondeur relève sans doute de l'état d'âme de ces pauvres vedettes déchues, dans l'attente de fouler enfin le théâtre des opérations. Elles cogitent sur ce banc d'infamie, se demandant ce qu'ils ont fait au bon dieu : l'entraîneur, pour ainsi se retrouver rabaisser au rang de faire-valoir. C'est à n’en plus douter de ce déclassement que surgit la profondeur sus-évoquée.

On peut remarquer encore qu'il existe des joueurs sujets à la phobie des profondeurs, une forme de vertige inverse. Ils ont tellement la grosse tête, qu'ils ne pourraient tolérer d'abandonner la pelouse pour à leur tour, se retrouver sur le banc des accusés. En dépit de la fréquence de leur prestation médiocre, leur salaire comme leur réputation leur interdisent moralement de s'abaisser dans de telles profondeurs.

Finalement, après un examen aussi objectif que possible de l'expression, force est de constater qu'en dépit d'une réputation fort injuste, nos journalistes sportifs sont capables de fulgurances dans le choix de leurs formules. Celle-ci, permet de faire passer bien des messages sans avoir l'air d'y toucher. Je me résous donc à proposer un triple ban pour les commentateurs qui en usent ainsi à si bon escient.

À contre-pied.


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • paparazzo paparazzo 23 janvier 10:52

    Sur la deuxième photo, on ne voit pas l’écriteau qui indique les horaires de passage des bus. On peut attendre longtemps, alors !


    • charlyposte charlyposte 23 janvier 10:54

      @paparazzo
      Cela te permet d’attendre sur un banc confortable en regardant passer la caravane smiley


    • paparazzo paparazzo 23 janvier 11:02

      @charlyposte

      pendant que les chiens aboient sur les gradins ?


    • charlyposte charlyposte 23 janvier 11:10

      @paparazzo
      La caravane sonnante et trébuchante passe en respectant les lignes blanches de l’arène  ! smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 23 janvier 11:13

      @paparazzo

      Le car ne passe que pendant la mi-temps


    • juluch juluch 23 janvier 11:02

      Mettre au ban le banc avant la banqueroute !


      • C'est Nabum C’est Nabum 23 janvier 11:14

        @juluch

        Excellent


      • chat maigre chat maigre 23 janvier 12:54

        faire banquette et louper le penalty faisant perdre mon équipe !!!

        je crois que ce sont les pires traumatisme de mon enfance smiley

        être remplaçant, même rarement, c’est se retrouver contre sa volonté spectateur de sa propre destinée.

        quand on est là pour un salaire ça doit pouvoir être acceptable mais quand on est là par passion c’est une épouvantable frustration !!!

        certaines personnes aiment être spectateurs de leur propre vie par confort, habitude ou fainéantise...le banc les rassurent et ils espèrent même souvent qu’on ne fasse pas appel à eux.

        les autres, comme moi, veulent participer, prendre et assumer leur responsabilité...

        merci Nabum de me replonger en enfance aussi souvent smiley


        • charlyposte charlyposte 23 janvier 13:29

          @chat maigre
          J’ai envie de pleurer en sachant que la France a perdue la victoire à la 120ème minute via le but impossible à rater à ce moment précis ! smiley


        • C'est Nabum C’est Nabum 23 janvier 13:51

          @chat maigre

          Pour vous servir
          Je fus longtemps entraîneur et j’ai vite fui le banc pour aller le long de la main courante


        • troletbuse troletbuse 23 janvier 13:07

          Avez vous mesuré la profondeur des bans publiés pour le mariage de Manu et Jean-Mimi ?  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité