• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Destinée : Guy Marchand (1937-2023)

Destinée : Guy Marchand (1937-2023)

Bonjour l'angoisse, Guy Marchand (1937, quartier populaire de Belleville, Paris - 2023, Cavaillon, dans le Vaucluse, 84), acteur et chanteur, accessoirement passionné de bagnoles américaines années 1960 (passion qui l’aurait ruiné), est mort (©photos V. D., pour la plupart). Nestor Burma, détective un peu Gavroche gouailleur lui allant comme un gant créé par Léo Malet et diffusé sur Antenne 2 de 1991 à 2003, casse sa pipe à 86 ans. Exit Charlie Dingo. Y’a plus de rumba dans l’air. Notre père « s’est éteint paisiblement ce vendredi [le 15 décembre dernier] à l'hôpital de Cavaillon », ont indiqué Jules et Ludivine, ses enfants, dans un communiqué.

JPEG

JPEG - 60.8 ko
Guy Marchand, aux côtés de Tonya Kinzinger, dans « Nestor Burma » cartonnant en termes d’audience, dans les années 1990, sur France 2

D’abord musicien de jazz, Guy Marchand, ce fils d’un ferrailleur et d’une mère au foyer, qui aimait imiter dès 9 ans avec sa clarinette offerte par son paternel Sidney Bechet et qui plus tard se nommera « le guignol des Buttes-Chaumont », titre de son autobiographie sortie en 2007 aux éditions Michel Lafon, devint célèbre en chantant La Passionata (1965), un beau succès d’estime, pastiche d’un flamenco douloureux qui le fera repérer par Eddy Barclay en personne, grand imprésario à l’époque, signant aussitôt un contrat avec lui. Ses talents de comédien, lui qui aime jouer les crooners au bord du ringard, sont bientôt pressentis par Robert Enrico, décidant de le faire jouer, auprès de B.B. alors au sommet de son sex-appeal (il y campe un beau brun tombant en pâmoison devant le mythe Bardot), dans Boulevard du rhum en 1971. Convaincant en latin lover raide dingue de la Bardot, Guy Marchand voit ainsi sa carrière cinématographique lancée.

Au cinoche, il jouait souvent les connards (dragueur de plage lourdingue, macho, veule consternant, cocu, brute, playboy pédant, petite frappe odieuse, mari casanier colérique, chef d’établissement scolaire survolté, inspecteur ripou, garagiste de province cynique, salaud intégral…) et on l'aimait bien pour ça - il a d’ailleurs toujours prétendu se régaler à jouer les cons. Pas facile de jouer un con - a joué dans P'tit con, 1984, titre révélateur -, plus facile, lorsqu’on est acteur, pour son image et son amour-propre, de jouer un gentil, voire un héros.

Latin Lover Computer

JPEG - 16.4 ko
Guy chanteur dans « Les Sous-doués en vacances », 1982, de Claude Zidi

Le slow langoureux Destinée (in Le Père Noël est une ordure, 1982, adaptation d'un grand succès théâtral du Splendid par Jean-Marie Poiré, filmeur frénétique qui monte plus vite qu’une Formule 1) : chanson culte, pour une comédie noire culte, féroce satire des SOS Amitié aux répliques utilisées dans le langage courant tels des codes, qui me revient aussitôt en tête, via sa belle voix de crooner : ce grand amateur de jazz, de blues et de tango jouait aussi régulièrement, avec talent, de la clarinette. Tube entêtant ô combien suranné accompagnant, avec malice, la danse culte urticante, collée… détachée, entre Clavier en travelo (BRONSON !) et Lhermitte en costard-cravate, l’intéressé considérant, non sans humour, que ce hit au second degré, ne faisant aucunement tapisserie dans ce film dingo, était « sa principale contribution au patrimoine culturel » !

JPEG - 48.6 ko
Le chaleureux Guy Marchand sur scène en 2006, faisant le crooner. PhotoPQR/ « Le Républicain lorrain »/Drolc Gérard
JPEG - 58.4 ko
Sacrée « Destinée » ! Clavier et Lhermitte dans « Le Père Noël est une ordure », 1982, de Jean-Marie Poiré

Soit dit en passant, c’est une chanson ringarde et humoristique, maintes fois parodiée avec le temps, créée à l'origine pour Les Sous-doués en vacances (1982, évocation attendrie de l'adolescence avec le tout jeune Daniel Auteuil surnommé "Bébel" dedans) et utilisée la même année dans Le Père Noël..., qu'il détestait un max. Pastiche au départ, en reprenant ses notes à l'envers, de la chanson de Joe Dassin, L' Été indien, succès de 1975, Guy Marchand a écrit cette Destinée, lui collant définitivement à la peau, avec Philippe Adler et composé avec Vladimir Cosma pour Les Sous-doués en vacances dans l'idée, autour de la séquence amusante Love Computer du film (l'on y voit Memphis (Marchand, ayant pour assistante personnelle primesautière Claudine, jouée par Grace de Capitani) et l'inventeur du "love computer", campé par Jean-Paul Farré en train de composer la chanson, puis un show sur scène où sont testées, sur des cobayes, diverses versions du slow avec des paroles différentes), de se moquer ouvertement de la variété française du moment, des chansons faciles, du monde du show-business en général, via ses producteurs assoiffés de pognon, ainsi que de l'usage exagéré du synthétiseur, nouvel instrument alors en vogue.

 

JPEG - 32.6 ko
Guy Marchand en 2020 à Paris. Photo, détail, François Bouchon/« Le Figaro »

Au Figaro en 2020, l'acteur-chanteur déclarait encore, se considérant avant tout comme jazzman et non pas chanteur de variétés, aussi il n'intégra jamais ce morceau ni dans ses disques et compilations (à son actif une douzaine d’albums studio, allant de Je cherche une femme en 1969 à son tout dernier, Né à Belleville en 2020), ni dans ses divers spectacles, : « C'est la preuve qu’on peut chanter une chanson que l’on n’aime pas (...) Je dois vivre avec cela, moi qui ne jure que par le jazz et le tango ! », poursuivant dans un autre entretien : « C'était une blague, une connerie pour l'été, et on en a vendu 250 000 exemplaires ! J'étais vexé ! »

Néanmoins, composé par le talentueux Vladimir Cosma, chef d'orchestre et compositeur franco-roumain de musiques de films, ce titre-ritournelle, qui a connu un immense succès dans le monde entier, reste l'un des grands moments musicaux du Père Noël..., avec une émotion qui passe, tant au premier qu'au douzième degré : « J'ai écrit Destinée, précise le vétéran Cosma (83 ans, né en 1940 à Bucarest, Roumanie, il faisait encore le Grand Rex en juin dernier) à Stéphane Lerouge dans le livret du CD de la bande originale du film chez Pomme Music/Sony Music France, comme une vraie chanson populaire, dénuée de tout aspect ironique, puisque dans le film [Les Sous-doués en vacances] elle personnalisait une caricature de playboy, brillamment interprété par le chanteur et comédien Guy Marchand. » Tout dernièrement, ce compositeur célèbre (La Boum, Rabbi Jacob, Diva, L’As des as, Le Bal…), ne manquait pas d’évoquer Guy Marchand, afin de lui rendre hommage (in le papier Il préférait le jazz à son tube, propos rapportés par Éric Bureau), dans le quotidien Aujourd’hui #8059 (sam. 16 déc. 2023, p. 27) : « C’était un homme un peu spécial, étrange, brillant, qui a fait une carrière à part, ni à 100% accompli comme comédien, ni à 100% accompli comme musicien [petite vacherie tout de même ! NDLA]. Il n’était pas conventionnel. C’était à l’origine un chanteur et un musicien de jazz. Il était clarinettiste, jouait un peu d’accordéon. Je garde de lui le souvenir un peu attendri d’un personnage qui donnait l’air d’être léger et amusant alors qu’une grande tristesse ressortait de lui quand on le connaissait profondément. »

Et, pour la petite histoire, afin d'illustrer la danse entre Pierre Mortez (Thierry Lhermitte) et Katia (Christian Clavier), le cinéaste Jean-Marie Poiré pensait utiliser pour son Père Noël… une chanson de Julio Iglesias, le chanteur de charme préféré du personnage de Zézette (Marie-Anne Chazel) mais, n'obtenant pas les droits, c'est Vladimir Cosma, non sans flair, qui le convainc, via l'accord de Guy Marchand et de Claude Zidi, d'opter in fine pour Destinée. On connaît la suite...

Sous la direction du cinéaste de Van Gogh

Puis, Guy Marchand, ce fan absolu de grands réalisateurs hollywoodiens de films noirs, on l’a rencontré, non plus seulement par la voix, au demeurant grave, mais en chair et en os, avec son crâne dégarni, ses pas de côté, ses silences ainsi qu’avec ses sourcils épais et noirs en accents circonflexes dans moult seconds rôles qu’il embrassait, insatiable, avec boulimie, dont celui de l'inspecteur de police adjoint de Lino Ventura dans l’excellent parce qu'elliptique Garde à vue (1981) de Claude Miller, avec également Michel Serrault, rôle où on le voit en salaud taper sur sa machine à écrire et le suspect, un passage à tabac durant l'absence du commissaire, qui lui avait valu le César du Meilleur acteur dans un second rôle en 82 : « Ça m'a donné un peu d'autorité dans le métier car on ne me prenait pas au sérieux comme chanteur de variété ! », dixit Marchand.

JPEG - 60.4 ko
Pauline Lafont et Guy Marchand dans « L’Été en pente douce » (1987, Gérard Krawczyk)

Et je me souviens également de lui dans L'Été en pente douce (1987, de Gérard Krawczyk, j'aime beaucoup ce long-métrage, petit chef-d'œuvre bénéficiant d'un casting de rêve (Villeret, Bacri, Bouise, Chabrol en prêtre et Marchand), d'après un roman homonyme de Pierre Pelot, à l'ambiance poisseuse et un brin mortifère, souvent rediffusé à la téloche, avec feu Pauline Lafont (1963-1988) en Marilyn régionale faisant des ravages auprès de la gent masculine), de sa présence complice aux côtés de Bébel en clown rigolo et guignolo dans l’enlevé Hold-up (1985, tourné au Canada et filmé à l'américaine !, par Alexandre Arcady), ainsi que de l’incontournable, dans le registre du rire blagueur de potaches, Les Sous-doués en vacances (1982, Claude Zidi) : souvenirs d'enfance, vu gosse (nostalgie de jeunesse), dans une France encore insouciante ; ciné populaire, me direz-vous. Et alors ? C'est bon aussi, le cinoche tous publics efficace et bon enfant.

JPEG - 50.3 ko
« Hold-up » (1985, Alexandre Arcady) avec Bébel et Guy Marchand
JPEG - 64.7 ko
« Dans Paris » (2006, Christophe Honoré) : Guy Marchand, en papa poule, au chevet de son jeune fiston Louis Garrel

Sans oublier ses prestations mémorables dans le cinéma d’auteur : Une belle fille comme moi, 1972, signé François Truffaut, Le Maître-nageur, 1978, de Jean-Louis Trintignant, Loulou, 1979, avec le turbulent Gérard Depardieu, du sans concession Pialat (c’était l’une de ses plus grandes fiertés d’avoir joué sous la direction du cinéaste de Van Gogh), Coup de torchon, 1981, du regretté Tatave (où il jouait de manière remarquable un chef de la police d’une colonie française en Afrique), Coup de foudre, 1983, de Diane Kurys, Conseil de famille, 1986, de Costa-Gavras, Les Maris, les Femmes, les Amants, 1989, du phalanstérien Pascal Thomas, Le Nouveau Monde, 1995, par Alain Corneau ou encore Dans Paris, 2006, de Christophe Honoré, dans lequel il interprétait, avec brio, un papa poule, attachant même si ronchon, autrement dit attachiant !, faisant du bouillon de poule pour son fils aîné dépressif (Romain Duris), suite à une rupture amoureuse ; dans Non ma fille, tu n’iras pas danser, 2009, du même cinéaste sentimental, visiblement attentif, façon Proust, aux détails culinaires à l’instar d’un Claude Chabrol, ce sont cette fois-ci les ennuyeuses... endives au jambon du dimanche en famille qui étaient à l’honneur ! Bref, que de bons souvenirs avec lui, en creux (via la bande-son obsédante) ou en images.

JPEG - 43.3 ko
Le cinéaste et écrivain Christophe Honoré (©polaroid V. D., le 23 janvier 2010, Fnac Paris) ayant donné à Guy Marchand l’un de ses derniers rôles marquants au cinéma « Dans Paris », 2006

Le chant du cygne

JPEG - 55.9 ko
Portrait de Macha Méril, ©photo V. D., galerie Cinéma (Paris), présentant son livre « L’homme de Naples » avec des photos de Luciano d’Alessandro, le 7 janvier 2023

Guy Marchand, au sourire irrésistible de grand séducteur aimant jouer sur la fin, comme dans la série Dix pour cent où il interprétait son propre rôle, le vieux galant déchirant, aimait les femmes et elles le lui rendaient bien. L’actrice Macha Méril, qui l’a rencontré comme conseiller en parachutisme sur Le Jour le plus long (1962) agencé par le producteur-réalisateur Darryl F. Zanuck (il avait fait la Légion étrangère et servi, au sein des forces aéroportées, comme para) puis recroisé bien plus tard, en 2021, pour La Dernière Partie dans lequel elle jouait sa femme alors qu’il était déjà très fatigué mais bien soutenu par son fils, en parle avec beaucoup de sensibilité et dé générosité, comme à son habitude, dans Aujourd’hui n°8509 (déc. 2023, Il savait tout faire, entretien avec Émeline Collet, p. 27) : « On ne sait jamais tout des autres. On découvre toujours des pans de vie qu’on ne soupçonnait pas. Guy était quelqu’un qui avait vraiment roulé sa bosse ! Je l’ai toujours considéré un peu à part, comme moi. Il n’appartenait pas au milieu du show-business. C’était un peu un outsider. J’avais beaucoup de tendresse pour lui. Il était assez grande gueule. Il faisait des gaffes épouvantables. Il n’était pas diplomate. J’aimais bien ça. Ce qui était magnifique, c’est qu’il portait beau. Il portait beau jusqu’à la fin. Il voulait être séduisant. Il tenait beaucoup à son allure, à sa coiffure, à ses vêtements. Il était malheureux d’être aussi diminué. Je pense que quand les hommes voient qu’ils ne seront plus les mêmes, qu’ils ne seront plus qu’un vieux monsieur dans un fauteuil, ils n’ont pas envie de rester. Ils n’ont pas envie de laisser une autre image. J’ai connu ça avec Michel Legrand (son mari de 2014 à sa mort). Je peux très bien comprendre que quelqu’un d’un peu fier ait envie de partir avant.  »

JPEG - 60.7 ko
Guy Marchand, grand aficionado de polars et de cinéma classique américain. Opale. Photo (détail)/Hacquard-Loison

Plutôt modeste : « Je ne suis qu'un chanteur, disait Guy en 2015 sur France 5, quand je vais mourir, il ne restera pas grand-chose, peut-être un fond sonore, comme de la musique d'ascenseur.  » Eh non, il reste davantage, me semble-t-il, et peut-être pour vous aussi, le cinéma étant, dixit Godard, « un transport en commun ». Et si Guy Marchand a joué dans Je hais les acteurs (1986, Gérard Krawczyk, l’un de ses réalisateurs fétiches avec Claude Miller, Gérard Lauzier, Jean Marbœuf et Jean-Marie Poiré), eh bien, au fond, on l’aimait bien, ce comédien, certes de second rôle mais pas pour autant de deuxième plan ; on le remarquait, il nous embarquait avec lui, dans son monde, entre rires, chansons et nostalgie : second couteau bien aiguisé. Je lui laisse volontiers le mot de la fin : « Destinée / Encore une fois le cœur déchiré / Je suis un clown démaquillé / Le grand rideau vient de se baisser / Sur l'été. » Indien ou pas. En pente douce ou non. Ciao, l'artiste. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS 17 décembre 2023 14:27

    beuuuuhhh les nécros c’est le boulot de ragototo ????

    Bon pas mal et mieux que rakoto donc pardonné de cette célérité

     smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 décembre 2023 14:36

      @Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS
      Lui il jouait de la clarinette jazz , toi du pipeau niveau découverte en classe primaire. Je comprends ton respect.


    • Seth 17 décembre 2023 14:44

      @Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS

      Heeeeuuuu... rappel : il y a aussi Schiffer dans la nécrologie gnangnan mais effectivement, il se pourrait qu’on voit émerger un nouveau compétiteur. smiley

      Ceci dit j’ai toujours apprécié Marchand qui était un multi-artiste complet pour qui tout avait l’air tellement simple avec une élégance désinvolte étonnante.


    • Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS 17 décembre 2023 18:07

      @Aita Pea Pea
      Rectif pipi il jouait du piano bar et plutot coté bar
      dixit sa secrétaire de son cabinet FIAT LUX
       smiley
      PS : la lumière est éteinte
      Salut NESTOR RIP


    • Brutus Grincheux 17 décembre 2023 16:15

      C’était un type bien, un vrai manouche.


      • Brutus Grincheux 17 décembre 2023 16:23

        @Grincheux

        C’est aux puces de Saint-Ouen que son père était ferrailleur (et aussi un peu chiffonnier...)

        Lien 1

        lien 2


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 décembre 2023 16:24

        @Grincheux
        bon ,niveau guitare...et me suis cassé les doigts sur le jazz manouche. ...faut commencer minot .


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 décembre 2023 16:30

        @Grincheux
        Rien que jouer le solo de Django sur « Nuages » ...tain


      • Brutus Grincheux 17 décembre 2023 16:42

        @Aita Pea Pea

        il était sobrement élégant et discret, tout le contraire d’un bourrin
        la classe...


      • hans-de-lunéville 1 17 décembre 2023 17:59

        @Grincheux
        merci, mais vos liens ne fonctionnent pas smiley


      • Brutus Grincheux 17 décembre 2023 19:01

        @hans-de-lunéville 1

        Django Reinhardt et Stéphane Grappelli venaient répéter dans l’entrepôt de son père quand il était gamin, pendant la guerre. (lien)


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 décembre 2023 20:24

        @Grincheux
        Un gars qui a su créer un genre de musique avec main gauche un gros handicap...tain Django dors en paix . Et tes compos géniales .


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 décembre 2023 21:04

        Sinon Nestor Burma ...bof


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 décembre 2023 21:10

          @Aita Pea Pea
          Pas pour Leo Malet et ce qu’on a fait de ses « nouveaux mystères de Paris  » .


        • LVOLC 18 décembre 2023 11:09

          @Aita Pea P
          Nestor Burma, waw.


        • Buzzcocks 17 décembre 2023 21:06

          Vous avez oublié de signaler que c’est un des rares acteurs français qui n’a pas violé de petites actrices débutantes.


          • In Bruges In Bruges 17 décembre 2023 21:17

            C’était surtout le plus grand théoricien de l’effet délétère du froid sur la bandaison (Cf. le grand moment de « Garde à vue » de Claude Miller).


            • Brutus Grincheux 17 décembre 2023 21:31

              @In Bruges

              Dans une interview au Figaro en 2021, il avait dit :

              “Je répète ma mort. Comme ça, c’est presque fait.”


              Maintenant, c’est fait. Rideau, applaudissements.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 décembre 2023 22:46

              @Grincheux
              La vie... J’ai 59 berges et ma dernière soeur vient de mettre au monde une puce... Me voilà tonton gaga , gaga car lorsqu’ elle va me la filer pour la garder vais être gaga .


            • Fergus Fergus 18 décembre 2023 13:38

              Bonjour, Vincent

              Merci pour cet hommage à un artiste attachant, une grande figure des seconds rôles comme ont pu l’être naguère des Dalban, Frankeur, Guiomar, Léotard ou Bouise.


              • Vincent Delaury Vincent Delaury 18 décembre 2023 19:14

                @Fergus Merci, cher Fergus, pour ce retour, et d’accord avec vous pour les noms choisis.
                Merci globalement, au passage, aux autres intervenants : G. Marchand, artiste multifacette ne laissant pas indifférent, malgré ses rôles dits « secondaires », tant mieux.  smiley


              • Ffgismo 18 décembre 2023 18:10

                Seulement « Garde à vue » c’est la postérité assurée tellement il est présent, alors le reste,c’est au delà du commun des mortels.


                • S.B. S.B. 18 décembre 2023 18:36

                  Bron-son, avec nous ! Bron-son, avec nous !

                  Il n’y a pas qu’avec SOS Amitié que « Le père Noël... » est féroce. Une férocité libératrice.


                  • Octave Lebel Octave Lebel 18 décembre 2023 19:43

                    Merci, très beau et riche portrait. L’homme le valait bien. Il a payé la liberté qu’il s’est donnée d’un peu moins de consécration médiatique. Le genre de médaille qui n’a pas de prix.

                    « Au rendez-vous des bons copains,
                    Y’avait pas souvent de lapins,
                    Quand l’un d’entre eux manquait a bord,
                    C’est qu’il était mort.
                    Oui, mais jamais, au grand jamais,
                    Son trou dans l’eau n’se refermait,
                    Cent ans après, coquin de sort ! »


                    • christophe nicolas christophe nicolas 18 décembre 2023 19:45

                      J’adore Guy marchand pour une raison particulière , c’est une star avec un physique particulièrement banal...

                      Avouez, c’est pas le physique, brun, calvitie, pilosité excessive, des rôles un peu ringard... OK, mais il assure dans « destinée », il chante bien sans décoloration, sans moumoute, sans épilation, un vrai gaulois... :)


                      • chantecler chantecler 19 décembre 2023 06:40

                        J’ai une faiblesse pour « coup de torchon » de B. Tavernier .

                        Faut dire que ses films sortent de l’ordinaire ....

                        Salut Guy !


                        • Fergus Fergus 19 décembre 2023 19:04

                          Bonsoir, chantecler

                          Excellent film, Coup de torchon (comme tous les films de Tavernier). Et Guy Marchand y est superbe en personnage aussi odieux que stupide.

                          Personnellement, j’ai également beaucoup apprécié sa prestation dans L’été en pente douce, là encore dans un rôle peu reluisant d’escroc concupiscent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité