• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les pieds dans l’eau

Les pieds dans l’eau

A la lumière de ces régions françaises de plus en plus souvent inondées, interrogeons-nous sur les origines, et les solutions éventuelles…

On sait assez mal que plus de 17 millions de français vivent en zone inondable, soit un français sur quatre, et ce qui s’est passé récemment, et se renouvelle ces jours-ci dans le Pas de Calais pourrait bien concerner sous peu beaucoup plus d’entre nous. Lien

Les raisons sont multiples, et la première est probablement le fait que les populations se sont souvent regroupées le long des fleuves pour des raisons de commerce, et bien sûr de transport…

Mais il y a une raison occultée plus souvent qu’à son tour, raison assez insolite au premier abord, la raréfaction des vers de terre…

En effet, sous les effets de l’agriculture industrielle, labourage à grande profondeur, utilisation des insecticides divers et variés, les vers de terre ont souvent déserté nos sols, lesquels privés des multiples galeries qu’ils créent, absorbent la pluie bien plus difficilement.

S’il faut en croire un expert, Michel Delire en l’occurrence, la disparition des lombrics, et d’autres insectes, est l’une des causes des coulées de boues, et « cela va empirer », prévient-il.

il constate : « dans une terre bio, on varie entre 150 et 250 lombrics au m², et dans une « terre morte », il n’y en a parfois aucun (…) les vers de terre qui aèrent le sol permettent à l’eau de s’évacuer (…) et des qu’il y a une pente, les terres sont emportées, et dévalent (…) or cette terre qui a quitté les champs ne reviendra plus jamais, donc ça s’appauvrit très rapidement. C’est un phénomène qui est très alarmant et très préoccupant pour les 10 prochaines années ». lien

Et puis il y a l’artificialisation des sols...à grand coup de béton et de bitume, qui n’a rien arrangé : chaque année, en France, entre 200 et 300 km² sont détruits, soit 2 à 3 fois la taille de la ville de Paris...lien

Ajoutons à ça la disparition des haies, des arbres divers et variés, dont les racines retiennent la terre, et on comprend que nous sommes embarqués dans une bien mauvaise passe.

Planter des arbres, c’est en effet l’une des solutions pour freiner le phénomène des inondations, et c’est d’ailleurs ce qui a poussé nos voisins outre-atlantique à planter, des 2016, des millions d’arbres.

Comme l’écrit le site « the conversation  », «  pour savoir si d’humbles arbres peuvent fournir un tel service, il faut d’abord comprendre leur rôle dans l’absorption de l’eau en cas de fortes précipitations. Toute inondation (…) vient du fait que la pluie ne peut pénétrer assez rapidement dans le sol. Au lieu de cela, elle s’écoule rapidement à la surfaces des sols ». lien

ajoutons pour la bonne bouche que les quelques arbres qui se trouvaient encore au bord des cours d’eau, sont facilement arrachés, aggravant ainsi une situation déjà compromise.

Et puis naturellement il y a le changement climatique que nous constatons de plus en plus souvent, faisant fondre les glaciers, disparaître la banquise, et provoquant une montée des eaux, même si l’on sait que la glace qui fond dans le verre de whisky ne fait pas monter le volume de celui-ci.

D’ailleurs les experts ne parlent pas à l’unisson, certains évoquant une montée des eaux modeste, quelques centimètres, et d’autres moins optimistes sont convaincus qu’il faut envisager plutôt plusieurs mètres.

Mais hélas ce n’est pas tout car lorsque la température s’élève, l’eau se réchauffe, les molécules gonflent et le volume des mers et des océans augmente, par le phénomène de la dilatation.

On peut découvrir avec intérêt ce qui se passerait en Bretagne si tous les glaciers fondaient.

Si l’on en croit le site « futura » : « si l’ensemble du Groenland et de l’Antarctique devait fondre, la montée du niveau des océans serait de plusieurs dizaines de mètres » lien

... engloutissant ainsi New-York, Londres, Tokyo... provoquant ainsi des exodes massifs, qui risquent d’être compliqués, si l’on veut bien observer de quelles façons les migrants d’aujourd’hui sont traités...

Et puis, il y a l’activité humaine, car le pompage des eaux souterraines, les extractions et les diverses exploitations minières accentuent l’affaissement des sols, et aggravent une situation déjà fragile. Lien

Or pour répondre à la situation que connait aujourd’hui le Pas de Calais, le ministre de l’environnement, toujours très inspiré, envisage benoîtement de pomper les eaux envahissantes... expliquant qu’il s’agit de mesures « exceptionnelles », ce qui ne semble pas avoir rassuré les populations. lien

Le ministre ignore manifestement l’aventure des Shadoks, qui comme on le sait, pompaient, pompaient… avec leur machine à pomper les inondations. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « l’eau qui sort de la bouche de la grenouille est plus fraîche ».

le dessin illustrant l’article est de Philippe Luguy

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

à côté de la plaque

nucléaire, macron baillonne les experts

entre fusion et confusion

la fuite éperdue en avant du nucléaire

l’indépendance énergétique, un leurre ?

pile poil

une farce énergétique

emporté par le fioul

nucléaire, l’énergie du passé

Le complot nucléaire

L’électricité, c’est gratuit

Les énergies, c’est du propre

Après Totness, Feldheim

Totness enlève le haut.

Le caillou dans la chaussure

Un avenir radieux ou irradié

Sans transition, la chute !

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Brutus S. Lampion 5 janvier 11:42

    et puis il y a l’aménagement du territoire tout court :

     bétonnage et bitumage de surfaces de plus en plus grandes pour les partkings, les routes et les rues, ce quienvoie toute l’eau vers l’aval en surface et dond augmente le débit par rapport à un sol drainé

     la réalisation de « barrages » de plus en plus nombreux, à commencer par les atoroutes, qui, eux, retiennent toute cette eau

     la canalisation des cours d’au naturels qui concentrent tout le flux vers un même point sans lui donner la possiblité d’infiltration ni d’écappées

    tout ça n’a rien de « climatique », et les cartes figurant dans l’article montrent bien que les inondations ont lieu dans les zones les plus aménagées"

    tout se paie, on ne peut pas avoir quelque chose et son contraire


    • jocelyne 5 janvier 11:46

      @S. Lampion
      exact, je viens d’entendre qu’à ST Omer il y avait des maisons bien plus basses que le canal.... tu construirais ta maison sous des digues ? faut être très confiant....


    • Brutus S. Lampion 5 janvier 15:46

      @jocelyne

      .pour « fiant », je sais pas !


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 janvier 17:09

      @jocelyne
      c’est faux. J’ y habite à Saint Omer , et au bord du canal et d’un bras de l’Aa qui s’y deverse .


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:43

      @S. Lampion
      hélas, en effet...
      cruelle réalité...
      la nature a toujours le dernier mot.


    • charlyposte charlyposte 6 janvier 10:12

      @olivier cabanel
      Hum....à ce jour c’est plutôt LE GIEC qui a le dernier mot ! smiley


    • juluch juluch 5 janvier 12:18

      Bonjour Olivier

      effectivement, les sols sont de plus en plus stériles.....

      Las disparitions des haies, les terres inondées de pesticides favorisent les inondations et la pauvreté des sols..

      Le fait aussi que certaines zones sont constructibles alors qu’elle ne le devraient pas....merci les Mairies !

      Faut savoir que certains agriculteurs dépendent des société qui leurs fournissent les produits ou les semis.....ces Ste leurs disent ,ou plutôt leurs imposent, quant il faut arroser, quant il faut récolter, quant il faut passer et quelle quantité de pesticides etc....en vérité la terre n’est plus à eux et ils sont devenus des fossoyeurs de sol !

      Faut dire aussi que les lendemains de la WWII demandaient de nourrir rapidement les populations....a court therme c’est bien, à long termes c’est la catastrophe.....

      La tendance est au retours des valeurs d’avant guerre....pourvu que ça dure !


      • Brutus S. Lampion 5 janvier 12:23

        @juluch

        ce ne sont pas les mairies qui décident de l’autorisation de construire, mais les préfectures
        il est clair, par contre, que les ressources des communes étant de plus en plus dans la « logique d’entreprise », les maires influents exercent leur influence auprçs des services préfectoraux


      • juluch juluch 5 janvier 15:41

        @S. Lampion

        Les Mairies autorisent les implantations du moment que ça respecte les règles et lois....ça leur rapporte des sous juste au moment ou il y a des catastrophes et des victimes et là ça ne rigole plus...

        a présents tout le monde est plus circonspect.

        d’ailleurs si les Anciens ne construisaient pas c’est qu’il y avait une raison !


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:43

        @juluch
        merci de ton commentaire, que je partage évidemment !


      • Eric F Eric F 6 janvier 16:51

        @juluch
        Le problème est que même des secteurs d’anciennes habitations sont devenus de plus en plus inondés, du à l’absence d’absorption par les sols en amont (mentionnée par le présent article), et par la convergence des flots dévalant par les pentes et chaussées.

        Pour ce qui est des constructions récentes en zone inondable, il faudrait sévir contre ceux qui ont délivré les permis de construite (comme ce fut le cas à la Faute sur Mer). Les assurances vont devoir reconsidérer leurs tarifs selon le risque.

        Ayant peu de prise sur le climat (ce qu’on fait en France n’a qu’un imopact marginal au niveau planétaire), c’est l’adaptation aux changements qui doit être la priorité, incluant le transfert de zones d’habitation.


      • Samy Levrai Samy Levrai 5 janvier 12:32

        Le calcul est pourtant facile, le volume de glace en mètre cube par rapport a la masse d’eau des océans ( et leur surface ) .

        Le résultat semble se compter en cm voir en mm.


        • Brutus S. Lampion 5 janvier 13:46

          @Samy Levrai

          D’ailleurs, les maisons sur pilotis des Maldives ne semblent pas particulièrement menacées.


        • charlyposte charlyposte 5 janvier 14:03

          @S. Lampion
          Va falloir comprendre que construire des caves n’est plus vraiment à l’ordre du jour, à moins de les faire sur pilotis au milieu du jardin ! et pourquoi pas des maisons dans les arbres ! hum smiley


        • Brutus S. Lampion 5 janvier 14:12

          @charlyposte

          y a pas beaucoup d’arbres qui poussent les pieds dans l’eau
          même les aulmes et les saules poussent à côté
          (l’étymologie de saule (ou saulx) est le latin « salix » qui signifiait « près de l’eau »)


        • sylviadandrieux 5 janvier 15:19

          @S. Lampion
          Le palétuvier rouge


        • Brutus S. Lampion 5 janvier 15:42

          @sylviadandrieux

          la mangrove, les moustiques et les alligators...
          et le centre Leclerc à des kilomètres :
          non ! c’est pas réaliste !


        • sylviadandrieux 5 janvier 15:48

          pour l’alligator, c’est pas faux . Georges le crocodile à élu domicile à quelques pas d’un centre Leclerc. 

          Les moustiques ? Yen a pas en métropole ? 

          et des km entre deux centres commerciaux c’est tout relatif !

          c’est beau une belle mangrove


        • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:44

          @Samy Levrai
          je suis ébahi par tant d’optimisme...


        • Candidactu 5 janvier 20:23

          @Samy Levrai

          Bonjour,

          Je n’ai aucune idée du résultat en terme de montée des eaux, mais seule la surface des océans (et non leur masse) doit être utilisée pour votre calcul, non ? Peut être aussi que ce calcul est un peu simpliste, même si sa logique est évidente.

          Bonne soirée !


        • SilentArrow 6 janvier 08:02

          @Samy Levrai

          Le calcul est en effet simple. Il doit tenir compte du volume de glace non flottante et de la superficie des océans (et pas de la masse des océans).

          Ce calcul a été fait pour divers types de glaces comme la couverture antarctique, celle du Groenland ou les glaciers.

          source

          Rien que pour la couverture de l’Antarctique la montée des océans en cas de fusion de ces glaces est estimée à 58,3 m.
           


        • Samy Levrai Samy Levrai 6 janvier 09:33

          @Candidactu
          J’ai en effet un peu merdé mais masse et volume se rejoignent avec un mètre cube d’eau pesant une tonne.
          Les calculs simples sont ceux qui marchent.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 6 janvier 10:12

          @SilentArrow
           
           ’’Rien que pour la couverture de l’Antarctique la montée des océans en cas de fusion de ces glaces est estimée à 58,3 m.’’
          >
          en supposant que la surface des océans après ladite fonte serait 100 fois plus grande que la surface actuelle des glaces de l’antarctique, il faudrait admettre que la hauteur moyenne actuelle serait supérieure à 5 000 m (*). Ça me parait invraisemblable.
           
          (*) 100 x 58,3 x 0,9


        • SilentArrow 6 janvier 12:39

          @Francis, agnotologue
           

          en supposant que la surface des océans après ladite fonte serait 100 fois plus grande que la surface actuelle des glaces de l’antarctique,

          Pourquoi partir d’une hypothèse qui est fausse alors qu’on a accès à des valeurs réalistes ?

          La superficie totale des océans est de 361 millions de km².
          Celle du continent Antarctique est de 18 millions de km².
          Le rapport n’est donc pas 100, mais 361/18 ≈ 20.

          En introduisant cette valeur dans votre calcul : 20 x 58,3 x 0,9 ≈ 1050 m.

          L’épaisseur de glace est estimée à 2160 m, mais elle varie d’un endroit à l’autre et il y a même des sommets montagneux trop pentus pour retenir la glace.

          Pour des calculs précis, il faudrait tenir compte du fait que lorsque le niveau des océans monte, leur superficie augmente aussi.


        • SilentArrow 6 janvier 13:01

          @Samy Levrai
           

          J’ai en effet un peu merdé mais masse et volume se rejoignent avec un mètre cube d’eau pesant une tonne.

          On n’a besoin ni de la masse des océans ni de leur volume pour calculer la montée que provoquerait la fonte des glaces non flottantes.

          On a besoin uniquement de la superficie des océans et du volume de glace.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 6 janvier 13:29

          @SilentArrow
           
           ok, merci.

           Je me suis demandé comment se comporte la glace à de telles pressions. J’ai trouvé ça : .« .. une autre propriété exceptionnelle : la température du point de fusion de la glace ordinaire s’abaisse avec l’augmentation de la pression (il s’agit d’une anomalie : les températures de fusion croissent normalement avec la pression)  »
           
          Il y a dans le lien proposé ici des explications, mais c’est trop compliqué pour moi.


        • Seth 6 janvier 14:12

          @S. Lampion

          Les Maldives c’est chez les riches, pas chez les sam’suffit... Tu vas pas comparer tout de même ! smiley


        • SilentArrow 6 janvier 15:08

          @Francis, agnotologue

          Vous posez une brique de glace entre deux chaises et placez dessus un fil d’acier mince comme la corde de guitare la plus mince. Vous attachez un poids à chaque extrémité du fil. Le fil va traverser lentement la glace sans la couper. À cause de la pression qu’il exerce, le fil fait fondre la glace qui se trouve juste en dessous. Quand il a pénétré, la pression au dessus du fil tombe et la glace fondue regèle. Le fil traverse la glace lentement sans laisser de trace.

          L’eau a des propriétés étonnantes. Par exemple, sa densité est maximum à environ 4 °C, ce qui fait qu’il y a presque toujours de l’eau à cette température au fond de la mer, même sous la banquise. Une aubaine pour les poissons.


        • Eric F Eric F 6 janvier 18:13

          @SilentArrow
          Pour qu’on arrive à une situation où la totalité des glaces de l’Antartique fonde, il faudrait bien plus que 3° de réchauffement global de la planète, qui est l’hypothèse des prévisionnistes.
          Au plioscène, la hauteur des mers était de 20 m au dessus du niveau actuel, donc la calotte glaciaire n’avait pas fondu en totalité.


        • Samy Levrai Samy Levrai 6 janvier 18:39

          @SilentArrowdeur font 1 km cube

          Tu fais varier un volume, pas une superficie ou alors tu dois prendre en compte toutes les pentes de tes surfaces...


        • Samy Levrai Samy Levrai 6 janvier 18:54

          @Samy Levrai
           nous avons 1300 millions de km cube dans les océans et seulement 30 millions de km cube glacés.


        • SilentArrow 7 janvier 01:23

          @Eric F

          Il faut surtout que le soleil ait le temps de fournir l’énergie. Un calcul approximatif a été fait ici.


        • SilentArrow 7 janvier 01:36

          @Samy Levrai

          Oh la la ! Comment expliquer une évidence ?

          Bon, prenez deux verres de même diamètre mais de hauteurs différentes. Remplissez-les d’eau jusqu’à 2 cm du bord.
          Le grand verre contiendra plus d’eau que le petit. Vous me suivez ?

          Ajoutez maintenant la même petite quantité d’eau dans les deux verres.

          Le niveau monte de la même valeur dans les deux verres car cette montée ne dépend que de la surface de l’eau dans le verre et du volume d’eau ajoutée et pas du volume d’eau dans le verre.

          Si vous ne me croyez pas, je ne peux que vous conseiller de faire l’expérience.


        • Samy Levrai Samy Levrai 7 janvier 09:34

          @SilentArrow
          100 ml + 2 ml = 102 ml toujours
          2% de glace ne font pas monter le niveau de l’eau en centaine de m.


        • Samy Levrai Samy Levrai 7 janvier 09:48

          @Samy Levrai
          Je n’arrive pas à avoir peur , de cela, des virus, des Russes, des Chinois, des arabes,...


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 7 janvier 10:19

          @SilentArrow
           
          Vous dites : ’’ La superficie totale des océans est de 361 millions de km². Celle du continent Antarctique est de 18 millions de km². L’épaisseur de glace est estimée à 2160 m, mais elle varie d’un endroit à l’autre et il y a même des sommets montagneux trop pentus pour retenir la glace ’’

          >

           Sur Wikipedia est écrit ceci : « Avec une superficie de 14 millions de kilomètres carrés, et 98 % de sa surface recouverts d’une couche de glace d’une épaisseur moyenne de 1600 m, l’Antarctique ... »

           

          En admettant que la surface des océans augmente du fait de l’inondation des terres émergées, et une nouvelle surface des océans estimée à 400 millions de km², on peut faire le calcul suivant :

           

          Soit un volume d’eau égal en km³ à 98% de 0,9 x 1,6 km x 14 000 000 km²

          divisé par une surface de 400 millions de km²

          , on obtient une hauteur de 0,0306 km, soit 30 mètres. Non pas 58,3 m comme vous disiez mais la moitié.

           

          Ceci en supposant que l’épaisseur moyenne soit réellement de 1 600 mètres. J’ignore comment a été fait ce calcul. Auriez vous une idée partager ici ?

           

          Ps. Et ce n’est pas pour demain. Les milliardaires qui ont acquis des terres au ras de l’eau et y ont bâti des propriétés pourront encore attendre longtemps pour faire casquer les contribuables avec cette affaire. Mais ils en ont beaucoup d’autres bien plus lucratives, en cours et à venir.


        • SilentArrow 7 janvier 15:18

          @Francis, agnotologue

          C’est vrai qu’il faut tenir compte du fait que la superficie des océans augmente quand le niveau monte, mais la superficie retenue dans les calculs ne peut être la superficie finale. Une moyenne entre la superficie finale et la superficie actuelle semble plus réaliste.

          Quoi qu’il en soit, il s’agit d’estimations d’ordre de grandeur puisqu’il faut en plus tenir compte de la dilatation thermique de l’eau.


        • SilentArrow 7 janvier 15:28

          @Samy Levrai
           

          2% de glace ne font pas monter le niveau de l’eau en centaine de m.

          Et pourtant, le niveau a monté de 120 m entre -18000 et -8000 ans.

          Vous n’avez visiblement pas fait l’expérience que je vous ai proposée. Vous savez, en physique, c’est l’expérience qui décide, pas les croyances.


        • Plus robert que Redford 7 janvier 20:02

          @SilentArrow
          Le calcul n’est pas si simple, car, habitant à proximité du dernier fleuve dit « sauvage » de France, assez régulièrement sujet aux crues, je puis vous informer d’un phénomène qui va compliquer les estimations : plus le niveau monte, plus la surface à inonder augmente, les derniers centimètres étant recouverts de moins en moins vite comme le montre la simple observation.
          A vos calculettes, donc !


        • SilentArrow 8 janvier 01:13

          @Plus robert que Redford
           

          plus le niveau monte, plus la surface à inonder augmente

          C’est exactement ce que je dis dans mon commentaire du 7 janvier 15:18.

          Le calcul est compliqué mais pas impossible puisqu’on a les données d’altitude de tous les « points » de la terre. Une simulation sur ordinateur devrait être capable de délimiter la surface inondée pour n’importe quelle montée.

          Ici, il faut se contenter de simplifications pour obtenir un ordre de grandeur.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 8 janvier 09:59

          @SilentArrow
          @Plus robert que Redford

           
          ’’plus le niveau monte, plus la surface à inonder augmente,’’
          >
           J’en ai tenu compte dans mon calcul du dessus en prenant comme base une nouvelle surface des océans augmentée de 10% par rapport aux 361 millions de km²

          actuels.
           
          il faudrait des centaines sinon des milliers d’années pour y arriver, et d’autres catastrophes se produiraient bien avant que cela n’arrive. Par exemple, un basculement important de l’axe de la terre.
           
           À ce sujet, dans ce lien est posée la question : « Les activités humaines encore une fois en cause ? » Pourtant cela s’est déjà produit, bien avant nos activités.
           
           Cet autre article aussi serait intéressant, si on y expurgeait de l’expression ’réchauffement climatique anthropique’ le mot ’anthropique’. Mais les auteurs de ces études et articles n’auraient jamais pu trouver de financement sans cet ajout
           
          ps. Ajout sémantique ? Rhétorique ? en tous les cas, trompeur. La parole est aux linguistes qui ne s’en laissent pas conter.



        • SilentArrow 8 janvier 12:26

          @Francis, agnotologue
           

           J’en ai tenu compte dans mon calcul du dessus en prenant comme base une nouvelle surface des océans augmentée de 10% par rapport aux 361 millions de km²

          C’est un peu arbitraire, mais ça devrait donner une approximation acceptable de l’ordre de grandeur.

        • charlyposte charlyposte 5 janvier 12:45

          C’est le bon moment pour apprendre à planter du riz en terrain hostile !


          • gnozd gnozd 5 janvier 14:06

            Chaque année ou presque, la moitié nord du pays reçoit des quantités de pluie assez colossales, pendant que le sud se dessèche.

            Juste une pensée : avec les myens technologique dont on dispose de nos jours, y’aurait-y pas moyen de récupérer une partie des eaux du nord pour la balancer dans le sud, notamment l’arc méditerranéen en passe de devenir « zone aride » ?

            Les romains construisaient des aqueducs.

            Plus proche de nous, l’Argentine et son ministère de l « irrigacion ».

            On est plus con qu’eux ?!


            • charlyposte charlyposte 5 janvier 14:10

              @gnozd
              Et pourquoi pas l’envoyer à Mayotte ! smiley


            • gnozd gnozd 5 janvier 16:03

              @charlyposte

               ???


            • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:46

              @gnozd
              c’est probable... smiley


            • charlyposte charlyposte 6 janvier 10:04

              @gnozd
              Mayotte manque d’eau smiley.....et pourquoi pas envoyer aussi quelques millions de litre dans les stations de skis pour fabriquer de la fausse neige !


            • gnozd gnozd 6 janvier 11:46

              @charlyposte

              Il n’était pas question de ça dans mon commentaire.
              Votre ironie permanente et votre humour à 2 balles finissent pas être exaspérants : « sources ? », « hum »...


            • Plus robert que Redford 7 janvier 20:06

              @gnozd
              Ah, ouiche !
              Quand on voit le merdier provoqué par les écolobobos pour la construction des fameuses « bassines » dont le seul but est de créer des réserves temporaires, en voilà une idée qu’elle est bonne !!!


            • gnozd gnozd 5 janvier 14:07

              Moyens technologiques, oeuf corse...


              • Clocel Clocel 5 janvier 14:17

                I’m singin’ in the rain


                Dame Nature a ses exigences, on peut choisir de leur négliger... Où pas !

                Bâtir à côté d’un volcan, c’est génial pour les récoltes, mais s’il se réveille, il ne faut pas venir couiner parce qu’on a de la lave dans son salon.


                • Brutus S. Lampion 5 janvier 15:44

                  @Clocel

                  qu’estce que t’es rabat-joie !
                  alors on ne trouvera jamais le moyen pour qu’il neige la nuit sur les pistes de ski mais pas dans la journée et qu’il ne neige pas sur les routes ?


                • Clocel Clocel 5 janvier 16:15

                  @S. Lampion !

                  Bha... La fondue est aussi bonne en plaine, pourquoi se faire chier avec la neige !?


                • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:47

                  @Clocel
                  bien raisonné !


                • Matlemat Matlemat 5 janvier 15:58

                   Il faut 1000 ans pour un mélange complet des océans du monde, si l’eau de surface influence rapidement l’air et donc le climat, la dilatation des océans se fait lentement avec une grande latence.

                   

                  De la même façon, les efforts insignifiants d’aujourd’hui, le projet de sacrifice économique de l’Europe, mettront des siècles pour avoir éventuellement un résultat mesurable.

                   Un réchauffement climatique global signifierait plus d’évaporation et donc plus de pluie et de neige.

                   Les glaciers de l’hémisphère sud du globe sont en progression.

                   Il semblerait que c’est plutôt l’hémisphère nord qui se réchauffe et pas l’hémisphère sud, ce qui montrerait peut être que le réchauffement actuel serait en grande partie due à la trajectoire de la terre, qui recevrait un maximum d’énergie du soleil quand l’hémisphère nord, ou les terres émergées sont majoritaires, est en été.

                   


                  • Plus robert que Redford 7 janvier 20:11

                    @Matlemat
                    J’adhère !
                    L’inertie du système est rien moins que colossale et dépend probablement de quantités d’énergie sans commune mesure avec ce que cette misérable petite espèce humaine est capable de libérer...
                    Une seule solution, celle qui a été validée depuis des millions d’années : s’adapter...


                  • Matlemat Matlemat 8 janvier 21:58

                    @Plus robert que Redford
                     Merci, c’est vrai que l’eau a une forte inertie thermique et la quantité de H2O sur terre est phénoménale.


                  • cevennevive cevennevive 5 janvier 16:07

                    Bonjour olivier,

                    Tu me fais penser à la petite nouvelle (délicieuse) de Giono : « L’homme qui plantait des arbres ».

                    Nous ici, nous avons un barrage en amont du village, et le plan d’occupation des sols fait que personne ne peut construire en aval sur plusieurs kilomètres (ouf).

                    Et puis, les plus vieilles maisons du village (dont la mienne) ont toutes été bâties loin de nos deux rivières, sur la colline. Les anciens savaient cela !

                    Mais les nouveaux ruraux, ceux qui ont acheté en Cévenne, arrachent les arbres pour bâtir des piscines ! Les pieds dans l’eau vous dis-je !!!


                    • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:48

                      @cevennevive
                      merci d’avoir rappelé ce bouquin du grand Giono
                      un superbe dessin animé en a été tiré, il faut le déplacement, on le trouve sur le net facilement !


                    • Plus robert que Redford 7 janvier 20:14

                      @cevennevive
                      Qu’est-ce que tu veux... !
                      les cons, ça ose tout !...


                    • cevennevive cevennevive 5 janvier 16:28

                      Olivier, toi qui pense que le « réchauffement climatique » est dû en grande partie aux activités humaines, que vas-tu me répondre si je te cite le Groenland, contrée verte où poussaient toutes sortes de végétaux, notamment des forêts, à l’ouest de l’île, autour de l’an mille (récits d’Erik le Rouge) ?


                      • Et hop ! Et hop ! 5 janvier 17:47

                        La carte de la Bretagne submergée, c’est des prévisions complètement délirantes qui ne reposent sur aucune observation.

                        La hauteur de l’océan est mesurée à Brest depuis plus de quatre siècle, il montait déjà de quelques milimètres par an au XVIIe siècle, en moyenne de 10 centimètres par siècles, 4,5 cm depuis 1945, ce qui est totalement insignifiant puisqu’une grande marée a un marnage de 12 mètre à Saint-Malo et de 17 mètres au Mont Saint-Michel.


                        • Matlemat Matlemat 5 janvier 18:26

                          @Et hop !
                           Il y a 50 millions d’années la Bretagne était une île.

                          https://dinosaurpictures.org/ancient-earth#50


                        • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:49

                          @Et hop !
                          j’aimerais partager votre optimisme...


                        • Et hop ! Et hop ! 5 janvier 23:08

                          @olivier cabanel

                          C’est pas de l’optimisme, je ne fais aucune prévision, je rapporte le constat du niveau de la mer en Bretagne, il ne monte pas depuis 1945 mais depuis 300 ans, donc ça n’a rien à voir avec l’industrialisation et l’utilisation du pétrole, et il ne monte pas plus vite depuis 1945. 

                          Les prévisions du GIEC (ONU) pour le climat sont comme les prévisions de l’OMC (ONU) pour la pandémie de covid qui devait tuer des dizaines de millons de personnes dans chaque pays d’Europe, c’est la même origine et la même rhétorique de terreur pour imposer un agenda politique. Finalement, c’est le vaccin imposé qui a tué des dizaines de millions de personnes.


                        • Et hop ! Et hop ! 5 janvier 23:12

                          @Matlemat : «  Il y a 50 millions d’années la Bretagne était une île. »

                          Vous avez raison, ça peut recommencer, préparons-nous à l’urgence climatique pour dans 50 millions d’années.


                        • Matlemat Matlemat 6 janvier 03:13

                          @Et hop !
                          C’est sûr que ça va recommencer, avec ou sans CO2. 


                        • SilentArrow 6 janvier 08:45

                          @Et hop !

                          La terre se réchauffe entre deux glaciations, parfois plus vite, parfois plus lentement, et c’est ce qui produit la lente montée des océans. Nous les physiciens commençons à peine à comprendre le climat. Tous nos modèles mathématiques qui devraient permettre de prédire le climat dans 10, 20, 30 ans et au delà foirent immanquablement quand on y introduit des données du passé et qu’on leur demande de prédire le climat actuel. Sachant cela, comment peut-on croire un organisme mondialiste qui nous dit ce qu’il faut faire pour éviter un réchauffement de plus de 1,5°. S’il n’y avait pas autant de gens qui se laissent berner et si les mesures que les politiques vont prendre au nom de cette fausse science du GIEC n’allait pas rendre la vie de millions de gens misérable, ce serait à se tordre de rire.

                          Entre -18 000 et -8 000, la fonte des glaciers continentaux a provoqué une montée des océans d’environ 120 m.

                          Si toute la glace non flottante qui reste aujourd’hui fondait, le niveau monterait seulement de 66 m supplémentaires.

                          Mais il faut de l’énergie pour faire fondre cette glace. Je vous laisse découvrir en combien de temps le soleil serait capable de fournir cette énergie. ici


                        • charlyposte charlyposte 6 janvier 09:46

                          @Et hop !
                          Bien vu.


                        • olivier cabanel olivier cabanel 7 janvier 08:35

                          @Et hop !
                          que le vaccin ait tué pas mal de monde, c’est une évidence...mais parler de dizaines de millions ?!...


                        • Et hop ! Et hop ! 7 janvier 13:48

                          @olivier cabanel

                          Je sais pas, on verra, il y a eu des milliards d’injections, et cette mixture inconnue semble devoir avoir des mauvais effets à long terme.

                          Même un million, même cent mille, c’est beaucoup quand il s’agit d’enfants et d’adolescents en parfaite santé, pour lesquels le covid19 ne présentait absolument aucun danger, on l’a toujours sû, et on a prétendu qu’il fallait les injecter pour limiter la contagion.


                        • Et hop ! Et hop ! 7 janvier 14:08

                          @olivier cabanel : «  j’aimerais partager votre optimisme... »

                          Tout ce discours de prévisions alarmiste à l’échelle globale est méthodologiquement antiéconologique : le climat, le régime des eaux, la végétation, la fertilité, la pollution, c’est compltement local, complètement différent d’un lie à l’autre.

                          Il faut se plonger sur une application locale pour se rendre compte à quel point c’est délirant. J’ai lu le programme officiel de transition énergétique de la Communauté de communes de Saintes, fait par des cabinets de conseils spécialisés. Il y a à Saintes des inondations récurrentes (attestées depuis le XVIIIe siècle) dues à un étranglement du passage de la Charente à travers la ville qui pourrait se résoudre en élargissant le lit du fleuve par un abaissement des quais, ils en accusent le réchauffement de la Planète, et préconisent ... de remplacer la consommation de viande de boeuf par du poulet, pour diminuer par 5 l’émission de CO2.
                          Ils constatent que la région importe des fruits, des légumes, des céréales, du fourrage, et au lieu de prévoir de rendre la région auto-suffisante en développant l’agriculture, ils expliquent qu’elle est un facteur de rejet de CO2 et préconisent de faire baisser les rendements et de mettre des terres en friches !! Donc ils planifient que la population soit obligé pour se nourrir d’importer les fruits du Maroc, la viande de Nouvelle-Zélande, les céréales de Russie, alors que c’est une région fertile, humide et ensoleillée qui pourrait produire deux ou trois fois de quoi nourrir la population.


                        • Plus robert que Redford 7 janvier 20:49

                          @Et hop !
                          Bien sûr !
                          L’incurie des blaireaux (pardon à cet animal futé et malicieux) n’a d’égal que leur mémoire de poisson rouge Alzheimer ...
                          On nous a fait le coup au début des années 2000 avec l’ESB (vache folle)

                          En septembre 2022, 178 décès du nouveau variant de la MCJ sont dénombrés en Grande-Bretagne14 et 29 en France15, les deux pays les plus touchés. Cette maladie pose un problème de santé publique car il n’existe aucun traitement efficace. Des prototypes de tests de détection précoce de l’infection sont en cours d’élaboration16. Les moyens préventifs pour éviter les contaminations alimentaires (dépistage systématique des animaux destinés à la consommation humaine, interdiction des farines animales dans l’alimentation des bovins…) et iatrogènes (destruction du matériel contaminé…) ont montré leur efficacité et permettent d’avoir un nombre limité de nouveaux cas de vMCJ.


                          Dixit Wikipédia (! ?!?)

                          29 cas en 26 ans ! Un problème de santé publique ??? Vraiment ??

                          Je vous rappelle qu’à l’aube des années 2000, on nous prévoyait en france entre 400 cas et 400 000 cas de NvMCJ à l’horizon 2020 (Niel Ferguson, prix Lyssenko 2021)
                          Le même Ferguson ayant récidivé en 2020 vis à vis du terrifiant COVID 19, avant de se faire gauler la zigounette dans le pilou-pilou de sa secrétaire en plein confinement...

                          LE FOUTAGE DE GUEULE NUIT GRAVEMENT A LA SANTÉ MENTALE !!


                        • Et hop ! Et hop ! 8 janvier 23:17

                          @Plus robert que Redford

                          Et encore, il faudrait ête sûr qu’ils sont bien morts de la même maladie, et si c’est le cas, qu’elle a été provoquée par la même cause, à savoir l’ingestion de viande bovine qui serait toujours nourrie à la farine animale, et pas par des inoculations d’ARN-messager qui peuvent aussi provoquer des ESB, ou/et des Symptôme immuno-déficitaire acquis.


                        • ETTORE ETTORE 5 janvier 17:58

                          Olivier.... L’incurie spéculative de certains MaireDe communes, n’arrange rien à l’affaire.

                          Ex, le tout petit village à coté du mien, vient d’entreprendre des travaux de terrassement, histoire d’avoir « SA ZONE D’ACTIVITE » ! Soit !

                          A savoir, que, ce terrain, ou j’allais couper des tiges de saules, était détrempé, été comme hiver, et dégageait de surcroit une odeur putride, de décompositions en tout genre.

                          Mais voilà, rien n’y fait, on y voit à l’oeuvre actuellement, des tarières énormes , qui forent à plus de 10 m, histoire d’y assoir des piliers béton, afin d’assurer la stabilité des bâtiments qui vont y pousser.

                          Ces champs absorbaient l’écoulement des eaux qui dérivaient des cultures adjacentes ( maïs exclusivement, et sur des d’hectares de monoculture) avant que ces infiltrations, ne se déversaient dans un petit ruisseau innocent et régulier.

                          Dorénavant, cette pluie captée par les bacs de rétention, les surfaces goudronnées des parking, les toitures....Tout cela y est envoyé, expédié et sans retenue....

                          Et bien sûr, le village d’à côté, traversé par ce petit ruisseau sympathique, devenu collecteur en gros, en payeras les frais.

                          Mais qui réfléchit à ça ?


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 janvier 18:37

                            @ETTORE
                            Salut. J’habite St Omer. Ça discute sur l’incurie des élus et des administrations. Y’a des plaintes nombreuses qui se préparent.


                          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 janvier 18:46

                            @ETTORE
                             
                             ’’ L’incurie spéculative’’
                            >
                             vous pourriez préciser ce que vous entendez par là, svp ?


                          • ETTORE ETTORE 5 janvier 19:26

                            @Francis, agnotologue
                             « vous pourriez préciser ce que vous entendez par là, svp ?  »

                            C’est pas la peine de s’étendre sur ce côté noir, qui gangrène même le plus petit des pouvoirs !
                            On aborde là, sur autre problème, qui relève de la cuisine interne de certaines familles d’élus, et de leurs ouailles, qui font passer leurs intérêts propres, maquillés en devanture pour « le bien local ».
                            Quand vous êtes en haut, vous êtes au courant de tout.
                            Et au niveau de cette chapelle d’initiés, les arrangements vont bon train.
                            Je ne vais pas vous faire le lexique des « petites magouilles en douce » « je t’arrange ça, tu m’arrange ça ». c’est aussi courant que la main sur l’épaule.
                            On peut juste se dire, que : En haut, comme en bas, c’est du pareil au même.


                          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 janvier 19:38

                            @ETTORE
                             
                            Ok, dit comme ça je suis d’accord.


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 janvier 19:44

                            @ETTORE
                            A partir du moment où tu peux modifier le POS ...


                          • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:51

                            @ETTORE
                            cruel constat, en effet !


                          • olivier cabanel olivier cabanel 6 janvier 11:43

                            @Aita Pea Pea
                            il était temps que le peuple se réveille !


                          • rhea 1481971 5 janvier 18:26

                            La terre oscille sur son axe comme une toupie, c’est la précession qui dure

                            25800 ans, l’exposition au soleil change suivant cette oscillation.


                            • Matlemat Matlemat 5 janvier 19:06

                              @rhea 1481971
                              Ce sont les cycles de Milankovitch, le soleil a aussi des cycles internes.



                            • Matlemat Matlemat 5 janvier 19:10

                               Si la montée du niveau de la mer est si menaçante, pourquoi les biens immobiliers sur la côte valent ils encore si cher ?


                              • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 19:52

                                @Matlemat
                                çà pourrait changer bientôt ! smiley


                              • charlyposte charlyposte 6 janvier 10:01

                                @Matlemat
                                Pour admirer un couché de soleil sur le bout de la mer en étant sur un balcon, face aux déferlantes ça n’a pas de prix ! smiley


                              • ETTORE ETTORE 5 janvier 19:53

                                C’est qu’on paye cher le « pieds dans l’eau » !

                                Sauf qu’actuellement, même le cul, n’est plus au sec.

                                Et c’est là que rapplique, la palanquée de clous de la croix, sensés nous faire tenir en crusci-fiction, face au changement climatique.

                                « Vous avez péché, et bien, noyez vous maintenant », et les calvaires portant les croix aux trois pales, se multiplient, rappelant à chacun, que la roue tourne....

                                Et voyez vous, ce vent, à part en être ( comme la feuille qui en est l’esclave) n’est pas la modernité qui nous sauveras., comme on nous le sussure avec insistance.


                                • olivier cabanel olivier cabanel 6 janvier 08:12

                                  @ETTORE
                                  « crusci-fiction »... bien trouvé !


                                • charlyposte charlyposte 6 janvier 09:53

                                  Selon mes sources dans 1000 ans l’ère glacière fera son grand retour comme prévu et comme toujours depuis des siècles et des siècles smiley et surtout via chaque cycle de 26 mille ans.... on s’en approche à pas de géant smiley


                                  • olivier cabanel olivier cabanel 6 janvier 10:21

                                    @charlyposte
                                    pour être plus précis, j’ajoute que le fameux cycle de milankovitch a 3 composantes principales : 

                                    le détail sur ce lien...
                                    mais dans ce qui nous préoccupe, ce cher milankovitch oublie la disparition des vers de terre... smiley


                                  • Matlemat Matlemat 6 janvier 23:20

                                    @olivier cabanel
                                     L’inégale répartition des terres entre l’hémisphère nord et sud rentre aussi dans l’équation.

                                     On a un système économique qui n’est pas durable, beaucoup le savent mais on en tire pas les conséquences.

                                     La « transition écologique » va empirer la situation et continuer la gabegie.

                                     Notre petit confort actuel sera payé cher par les générations futures.

                                     Il faudra plus que convaincre pour changer la donne.
                                     


                                  • TSS (...tologue) 6 janvier 13:24

                                    Dans une des plus grande region agricole(la Beauce) dans les annees

                                    1970 les céréaliers achetaient des wagons de vers de terre à la Pologne

                                    pour remplacer ceux qui n’etaient plus là et aussi des machines pour

                                    casser la croute etanche qui se formait à force de labourer toujours

                                    à la même profondeur... !!


                                    • SilentArrow 6 janvier 15:35

                                      @Olivier Cabanel

                                      L’instit : Alors Toto tu l’as écrit ce poème sur l’inondation.

                                      Toto : Oui, voilà :

                                      Il pleut depuis trois jours et ça mouille.

                                      On a de l’eau jusqu’au genoux.

                                      L’instit : Mais Toto, ça ne rime pas !

                                      Toto : Ça eût rimé mais l’eau n’est pas montée assez haut.


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 6 janvier 16:39

                                        @SilentArrow
                                         smiley


                                      • zygzornifle zygzornifle 7 janvier 08:44

                                        Darmanin y a été avec une paille pour aider ....


                                        • En Suéde les voitures électriques sont bloquées ....-43.6°C en Suède : une vague de froid s’abat sur les pays scandinaves. Les voitures électriques tombent en panne les batteries vides à cause du froid

                                          https://twitter.com/krol75012/status/1743730945268629514

                                          Macron , ESCROC , MENTEUR, CRASSEUX , INCOMPéTENT


                                          • https://twitter.com/cassandre25000/status/1743726634304254444

                                            Une vague de froid à - 4 degrés, ils se moquent de nous ou quoi , j’habite dans le Doubs et j’ai toujours connu des hivers à moins 15 degrés jusqu’à ces dernières années alors arrêtez avec votre vague de froid à - 4




                                            • ETTORE ETTORE 9 janvier 12:10

                                              Ce matin....

                                              Entendu sur les ondes..... « Aujourd’hui, froid polaire, Attention ça pique »

                                              Il faut croire que pour ces baveux radiophoniques, les seuls esquimaux qu’ils connaissent, sont ceux qu’ils sucent, à la sortie du CONgélateur.

                                              A ce rythme de couillonnerie CON-Génitale, vous verrez que vous ne pourrez plus léchouiller une glace, et cela, même en plein été cani-CUL(à l’)-air..., sans obligation de remplir un formulaire libératoire, dédouanant le marchand, de tout recours en cas de langue à engelures.

                                              ( Et, je ne vous explique pas, pour les marrons chauds, les potages, les clopes

                                              ( Naaan, ça c’est déjà fait, ça tue, mais ça rapporte, et cela fait GICLER les vapoteuse au 49.3..

                                              Remarquez,..... il leur reste la PIPE, pour le foyer Ripouxblicain externalisé)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article

Eau


Palmarès



Publicité