• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Aujourd’hui plus que jamais

Aujourd’hui plus que jamais

 

Aujourd’hui plus que jamais, des mesures radicales sont nécessaires pour contrer la crise climatique, ou plutôt, pour en amoindrir les effets. Il y a 50 ans, la lutte contre les changements climatiques auraient pu se faire avec des sacrifices relativement minimes. Maintenant, ce n’est pas sans changer les normes de nos sociétés que nous parviendrons à ralentir le flot de conséquences climatiques qui s’annonce. En effet, un récent rapport des Nations Unies, le rapport Risques de catastrophes interconnectées 2023, rapporte que le monde s’approche peu à peu de « points de basculement » (Eberle et al, 2023) en ce qui concerne l’avenir de l’environnement et de l’humanité. La multiplication des catastrophes naturelles alimente l'effet domino qu’elles produisent entre elles. L’extinction des espèces, l’épuisement des sources d’eau, la fonte des glaciers et la fréquence des canicules ont tous une cause commune : l’activité humaine. Chaque catastrophe risque d’en engendrer une autre ou de l’amplifier, d’où le phénomène de réaction en chaîne. Il est nécessaire aux humains de faire preuve d’un esprit de camaraderie global, c’est-à-dire d’agir conjointement pour éviter que les catastrophes ne causent un cataclysme général. Toutefois, pour que les habitants de la Terre se mettent à adopter un mode de vie plus vert, les gouvernements doivent mettre la main à la pâte et faciliter la transition écologique de leurs citoyens. De plus, même si ces derniers adoptent un mode de vie plus respectueux de l’environnement, afin de créer un impact aux retombées immédiates, le gouvernement doit serrer la vis aux grandes entreprises et réglementer leur impact environnemental plus intensément, puisque ces entreprises constituent une source énorme de gaz à effet de serre. Beaucoup de citoyens considèrent qu’il est inutile de fournir des efforts au niveau individuel si les entreprises, elles, continuent de polluer abondamment. Afin de faciliter la transition écologique des citoyens et de forcer celle des industries, les gouvernements pourraient forcer la mise en place d’écoétiquettes sur les produits en vente et focaliser sur les grandes entreprises une taxe progressive sur le carbone.

 

Tout d’abord, afin de permettre aux citoyens d’adopter une consommation éco-responsable, les gouvernements pourraient obliger l’apposition d’écoétiquettes sur toutes sortes de produits mis en vente en commerce. Que ces produits soient issus de l’industrie agroalimentaire ou autre, tous les produits transformés possèdent un impact environnemental qui, si exposé au consommateur, permettrait à ce dernier de faire des choix éclairés en toute connaissance de l’empreinte environnementale des produits consommés et de payer, s’il en a les moyens et la conviction nécessaires, pour les produits les plus verts. Comme toutes les mesures nommées dans ce texte, il est nécessaire d’imposer celle-ci progressivement, mais rapidement, car il faut permettre aux entreprises de s’adapter, même si la situation climatique reste urgente. Le concept d’écoétiquette ici proposé consiste en une représentation simplifiée, notamment à l’aide d’un code de couleurs, de l’empreinte écologique liée à la fabrication ou transformation d’un produit. Réalisée par un organisme employé par l’entreprise et reconnu par le gouvernement, l’écoétiquette pourrait devenir obligatoire avec les années. Le secteur qui pourrait grandement bénéficier de cette étiquette et où l’implantation de celle-ci serait plus simple dû à la présence préexistante d'étiquettes sur ses produits est celui de l’alimentation. En effet, le consommateur aurait la possibilité de faire son épicerie en tenant compte de l’impact environnemental des produits qu’il achète. De cette manière, les entreprises agroalimentaires les plus respectueuses de l’environnement seraient favorisées. Suivant cette logique, l’économie régionale serait ainsi encouragée puisque les entreprises locales seraient certainement avantagées, celles-ci étant la plupart du temps plus écologiques étant donné le peu de transport nécessaire à la vente. En France, le Planet Score, une étiquette écologique, est en cours d’expérimentation et sera éventuellement rendu obligatoire. C’est un exemple parfait d’une écoétiquette permettant au consommateur d’être totalement conscient des conséquences de ses choix alimentaires. L’enjeu principal de l’écoétiquette est la méthode de calcul de l’impact environnemental. Je crois cependant que les gouvernements ont la capacité d’approuver une méthode de calcul équitable et sensée, c’est-à-dire qui avantage visiblement les entreprises écoresponsables. Bref, en rendant progressivement obligatoire l’écoétiquette sur des produits issus de l’industrie agroalimentaire ou autre, les gouvernements permettraient au consommateur d’être informé rapidement sur l’impact environnemental des produits achetés, cela étant plus que nécessaire dans les circonstances actuelles.

 

Ensuite, le second moyen proposé aux gouvernements pour participer plus activement et concrètement à la lutte contre les changements climatiques est l’implantation progressive d’une taxe sur le carbone, en particulier pour les grandes entreprises. C’est le moyen controversé proposé par l’ex-ministre français de la Transition écologie Nicolas Hulot, ayant quitté son poste en raison du manque de volonté pour lutter contre les changements climatiques de son gouvernement. En effet, selon lui, en imposant de manière progressive une taxe sur le carbone aux entreprises, on pourrait les convaincre de délaisser les pratiques polluantes pour favoriser une approche écologique des affaires. Aussi, la progression de la taxe permettrait de dissuader les investisseurs de miser sur les industries polluantes puisque le coût du carbone en constante augmentation rendrait les perspectives d’affaires dans ces industries moins attirantes. Au Canada tout comme en France, une taxe carbone progressive est déjà en vigueur, et plusieurs entreprises achètent leur droit de polluer. Il ne fait aucun doute que cette mesure doit être renforcée et précisée concernant la pollution que les grandes entreprises causent. Il faut qu’elle soit adaptée de sorte qu’elle touche de manière moins directe les salariés (on se souvient des Gilets Jaunes) et qu’elle s’attaque plutôt aux géants industriels, une adaptation certainement complexe qui nécessite des réflexions et des débats exhaustifs. Bien que nocive pour l’économie dans ses débuts, cette mesure radicale permettrait à long terme de contribuer à assurer le futur de l’espèce humaine et d’éviter dans la mesure du possible les catastrophes naturelles à l’horizon de l’histoire de l’humanité. Controversée, cette mesure l’est, certes, en raison des conséquences économiques négatives qu’elle engendrerait certainement. Nombreuses sont les objections lancées dès que cette solution est proposée. Je les comprends et je suis d’accord, une taxe sur le carbone, même progressive, serait possiblement nuisible économiquement aux nations l’appliquant. À ce stade, c’est une question de priorités, de valeurs et d’urgence. Comme je l’ai mentionné plus haut, la lutte contre les changements climatiques nécessite des sacrifices, dont celui de prioriser le respect de l’environnement au développement de l’économie. 

Si les valeurs citoyennes qui règnent dans les sociétés actuelles ont trait au respect de l’environnement, les actions des gouvernements doivent suivre ces valeurs en imposant des mesures radicales. Toutefois, si les valeurs populaires ne correspondent pas à l’écologie, il est certain que les gouvernements concernés ne se prononceront jamais pour des mesures rigoureuses. Parfois, le problème ne vient pas du gouvernement-même, mais bien des électeurs, j’en conviens. À mon avis, si les humains tiennent à la survie de leur espèce, ils doivent laisser tomber les normes et les repères actuels pour accepter de mettre en place des solutions sévères pour assurer cette subsistance. Je crois que le temps finira par convaincre la majorité de l’importance de la lutte intense contre les changements climatiques. L’enjeu du futur, c’est l’intérêt des gouvernements à participer à cette lutte. Avec les systèmes politiques démocratiques actuels, qui offrent des mandats allant de 4 à 7 ans, les gouvernements mettant en place des mesures radicales ont peu de chances d’être réélus, puisque, bien que profitant à la cause mondiale du réchauffement climatique, ces mesures ont des répercussions souvent négatives à court terme aux États les adoptant. Ce fait contribue à rendre l’adoption de ces solutions impératives complexe. Afin qu’un gouvernement écologique radical reste au pouvoir pendant une durée conséquente, il faudrait qu’un mouvement de société écologique incroyable se produise. Ainsi, la survie de l’humanité relève du miracle ? Je ne crois pas, je crois qu’elle relève d’une détermination profonde de survivre des individus des sociétés d’un monde qui court à sa perte.

 

Bref, puisque la transition écologique est nécessaire et ne constitue plus en elle-même un débat, ce sont les mesures issues de cette transition et leur degré d’action qui restent à déterminer. À mon avis et à celui de nombreux experts, ces solutions doivent être plus concrètes qu’elles ne l’ont jamais été, car l’ampleur des dégâts causés par la crise climatique ne cesse de croître. Les gouvernements doivent sans équivoque faciliter la transition écologique des citoyens, car sans l’appui de l’État, une société peut difficilement changer. Toutefois, sans l’appui des idéaux d’une société, un gouvernement démocratique ne peut modeler cette dernière. Ces idéaux penchent de plus en plus vers la préservation d’un environnement sain, c’est pourquoi j’insiste sur le rôle prochain des gouvernements. En faisant pression sur les instituts au pouvoir, le peuple pourra les forcer à agir dans la bonne direction. Tout ce qu’il faut, c’est une détermination et un instinct de survie qui grandissent à chaque année, à chaque mois, à chaque semaine, à chaque catastrophe que l’on voit passer dans les médias. Évidemment, les moyens proposés dans ce texte ne sont pas les seules solutions disponibles. Des investissements dans les infrastructures de transport en commun ou dans le transport vert ainsi que dans les énergies vertes, par exemple, constituent également des mesures viables et significatives. À ceux qui affirment qu’on ne peut affaiblir l’économie de notre pays pour le compte de l’environnement parce que d’autres États ne le font pas et gagnent ainsi en puissance, je dis qu’avec cette mentalité, on verrait encore des esclaves dans nos sociétés.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.24/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 30 novembre 2023 09:49

    Ambitieux le boutonneux québécois, il veut sauver la planète, rien moins...

    Déjà... As-tu rangé ta chambre ? smiley


    • Gégène Gégène 30 novembre 2023 10:18

      @Clocel

      T’es trop dur,
      d’autant qu’il a au moins fait l’effort d’apprendre ses leçons smiley


    • Clocel Clocel 30 novembre 2023 10:23

      @Gégène

      Hélas... 


    • Seth 30 novembre 2023 10:25

      @Clocel

      Te plains pas, c’est écrit et non oral, c’est déjà ça... smiley


    • Brutus Grincheux 30 novembre 2023 10:28

      @Gégène

      oui, mais il la récite par coeur sans y mettre le ton.
      ça manque de conviction 


    • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 11:51

      @Grincheux
      Y vont bientôt nous ressortir que le THON c’est bon !!! smiley


    • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 13:42

      @Clocel
      Parmentier et Jacques Cartier vont se retourner 100 fois dans leurs tombes  smiley


    • Édouard Rochefort 30 novembre 2023 16:41

      @Clocel
      C’est triste de voir ces commentaires souvent vides et empreints d’une profonde amertume. Les remarques non-constructives et souvent haineuses ici proférées démontrent bien la toxicité des utilisateurs de cette plateforme. 

      Alors qu’AgoraVox semble représenter la possibilité de s’exprimer, les idées qui ne font pas l’unanimité sont rejetées avec animosité, en passant par l’attaque personnelle. Il semble que cette plateforme soit réservée aux cyniques possédant la science infuse. Ne devrait-on pas réagir aux articles de ce média en manifestant ses objections dans le respect, sans utiliser un flot d’entraves au dialogue ? Ne devrait-on pas utiliser cette plateforme pour discuter poliment d’idéaux qui diffèrent ?

      Les commentaires constructifs sur le niveau de langage sont évidemment appréciés. Le problème est que tout contre-argument soumis est communiqué par le biais d’un ton passif-agressif condescendant qui n’encourage personne à s’exprimer ouvertement. Puisque le seul pouvoir qui nous est donné dans l’aristocratie élective qu’est le système politique actuel, outre l’élection-même, est le droit de s’exprimer, n’est-il pas nécessaire d’encourager tous à le faire, et ce, même si les opinions divergent ?

      « Le boutonneux québécois »

      Aucune réponse constructive, aucune réflexion profonde : « Il est jeune, québécois en plus ! Il serait intéressant de caricaturer ses propos en utilisant sa nationalité et de son âge. » 

      C’est exactement de ce genre de commentaire dont AgoraVox pourrait se passer. Je serais bien ouvert à recevoir tout commentaire émis de manière respectueuse par vous, si le fiel veut bien quitter vos propos.

      Internet est un bel anneau de Gygès.


    • Pascal L 30 novembre 2023 16:58

      @Édouard Rochefort
      Malheureusement, les théories que vous présentez ne sont que des théories. J’attends toujours l’étude qui démontrera que le réchauffement climatique est du à l’action de l’homme. Aujourd’hui, on interdit même toute critique de ce principe en le supposant acquis définitivement, mais nous en sommes encore loin et c’est contraire à toute démarche scientifique qui postule que toute théorie est critiquable. Rien n’est acquis définitivement. Le changement climatique est loin d’être une nouveauté. Le climat a toujours changé mais cette idée de réchauffement anthropique ressemble à une idéologie et les ressorts sont toujours les mêmes : faire peur pour gagner du pouvoir. Il semble même que le climat soit devenu un énorme business où il se joue des sommes colossales, y compris pour les ONG et les vrais problèmes de la planète sont cachés.


    • Clocel Clocel 30 novembre 2023 17:08

      @Édouard Rochefort

      Évitez de nous resservir les poncifs du mainstream mondialiste dont nous sommes accablés quotidiennement, soyez un peu moins « constructif » et un peu plus original et vous serez pris en compte.


    • Édouard Rochefort 30 novembre 2023 17:16

      @Clocel

      Je suppose que mon manque d’originalité justifie amplement de faire un parallèle entre mes propos et l’acné. 

      Je comprends le sens de votre opinion, et je suis d’accord avec le fait que ce que j’ai écrit n’est pas sensationnel et n’a rien d’original, mais la qualification de « boutonneux québécois » n’était pas nécessaire. Je suis reconnaissant de votre respect nouveau.


    • Édouard Rochefort 30 novembre 2023 17:28

      @Pascal L

      Le septicisme est une attitude qui prouve l’intelligence, et je reconnais qu’il est nécessaire de se questionner perpétuellement sur ce qui nous est inculqué. 

      Voici cependant un article de la NASA qui explique les démarches scientifiques entreprises pour mettre la faute sur l’Homme :
      https://earthobservatory.nasa.gov/features/GlobalWarming/page4.php

      Effectivement, toute théorie est critiquable, mais l’urgence de la situation pousse à se baser sur des données, même si jugées insuffisantes par certains, restent conséquentes.


    • Clocel Clocel 30 novembre 2023 17:30

      @Édouard Rochefort

      Ce n’était qu’une mauvaise blague, en aucun cas une attaque ad nominem, certains français, d’un certain age, dont je suis, revendique le droit à la connerie, on a poussé avec les dialogues d’Audiard et la prose de San-Antonio qui eux-mêmes s’étaient faits dégrossir par Céline.


    • Édouard Rochefort 30 novembre 2023 17:44

      @Clocel

      C’est compris, l’ironie est un art, mais pour un jeune qui désire débattre poliment et s’exposer à diverses opinions, les mauvaises blagues sont un obstacle qui s’apparente souvent à une attaque ad hominem.

      Merci de la réponse, l’échange fut enrichissant !


    • Clocel Clocel 30 novembre 2023 17:56

      @Édouard Rochefort

      Et bien parmi les opinions il y a la mienne, mais rassurez-vous, le régime que vous appelez de vos vœux est En Marche, les disgracieux dans mon genre n’auront bientôt plus droit au chapitre.

      Gaffe quand même, les régimes se comportent vite comme des junkies avec la coercition, il y a des acquis qu’on ne récupère plus que les armes à la main.


    • Pascal L 30 novembre 2023 18:26

      @Édouard Rochefort
      C’est bien le problème. Il affirment sans démontrer. Le manque actuel, c’est le lien entre la teneur en co2 et le réchauffement, or ce lien n’a été démontré qu’en éprouvette dans des conditions qui n’ont rien à voir avec ce qui se passe dans l’atmosphère, en particulier à haute altitude. Savez-vous que le CO2 n’est que 0,04% de l’atmosphère, très loin derrière la vapeur d’eau, principal gaz à effet de serre et le CO2 est nécessaire à la vie ? L’effet de serre du CO2 est probablement saturé malgré sa faible teneur. Par ailleurs, le GIEC refuse les mesures des températures à la surface de la Terre par satellite qui ont une bien meilleure couverture que le réseau de thermomètre. Et la température à la surface de la Terre n’est qu’une partie de la température moyenne. Il serait temps de bien définir ce concept. Pareil pour les océans où les échanges de température entre la surface et le fond se font très mal et pas partout.
      Pour la fonte de la banquise, il est important de comprendre si cette fonte se fait par dessous (influence des courants) ou par dessus (influence de l’atmosphère).
      A l’inverse, pour la mesure des océans, le GIEC ne valide que les mesures par satellite et rejète les mesures par marégraphe qui pourtant contiennent plusieurs siècles de données fort intéressantes pour la détection des cycles long (supérieur au siècle). Il est vrai que les marégraphes donnent des valeurs plus faibles, en raison notamment d’un principe d’Archimède qui veut que les terres s’élèvent lorsque les océans s’enfoncent sous leur poids. Le marégraphe de Brest n’indique pas d’évolution significative (en dehors des cycles identifiés) depuis le XVIIIème siècle (montée entre 1,5 et 2mm/an). Il existe une thèse de doctorat sur le sujet. Les marégraphes du Pacifique ne montrent pas d’évolution du différentiel terre/océan. Nous savons que l’Océan Arctique est celui qui monte le plus vite mais les terres autour montent encore plus vite du fait de l’allègement consécutif à la fonte des glaciers. Cette fonte a commencé avec la fin de la dernière glaciation mais son accélération actuelle peut bien être due à la diminution de son inertie. Un petit glaçon font plus vite qu’un gros bloc de glace.
      Gardons la tête froide et ce cédons pas à la peur. Le système terrestre change en permanence et l’approche scientifique doit être dynamique. Beaucoup de questions se posent et les réponses ne sont pas nombreuses. Si nous voulons progresser, il faut découpler le financement de la recherche de la problématique du réchauffement climatique.


    • Édouard Rochefort 30 novembre 2023 19:48

      @Pascal L

      Je suis bien d’accord avec le fait que le financement de la recherche sur les causes du réchauffement climatique est primordiale afin de cibler les mesures nécessaires à la lutte. 

      Bien que le CO2 ne représente que 0,04% de l’atmosphère, jusqu’à 100 fois moins que le H2O, il est responsable de 25% de l’effet de serre (75% pour le H2O), dû à sa grande capacité à retenir la chaleur. Il est donc normal que les émissions de CO2 inquiètent les experts. 

      De plus, les glaciers fondent également, pas seulement les banquises. Les glaciers ne sont pas touchés par les courants marins, puisqu’ils se situent sur la terre ferme. La fonte des glaciers bat des records, et c’est une preuve du réchauffement de l’atmosphère. Je ne peux affirmer la manière dont la banquise fond, mais elle fond, et trois fois plus rapidement qu’avant (à chaque fonte annuelle).

      Cet article démontre les masses de glaces terriennes perdues en 30 ans.
      https://www.nature.com/articles/s41586-018-0179-y.epdf?referrer_access_token=NHx7IMfG6ZquKFY3X5T3hNRgN0jAjWel9jnR3ZoTv0PBEKqWHTwARrIrR4OxoHFd5WZGh-A0FX8FPbkdWIZLYQun1CmegtT7jaX1cIJS3w4j8ktYHg_j01wc9jbM5L-E2JKKJ-j0OOTxTX00dcjr8W88P9xufJ-_sdScocc3Q_iR4Q24DvCrzAnzaZNTA9_Qh_3Kjo86R4o2hvQu1BN9DF9HPS_fIgFJd5tPf eHrCwFsvkbzgT_MCDywM52F9AH1IILpRgvPZ3kJkqoyzC4NYxdleHHAXVVqQm3qbSYZnLl joyFj7HTCind8YNKONujb&tracking_referrer=www.lemonde.fr

      L’accélération des phénomènes liés au réchauffement climatique a lieu depuis l’industrialisation des sociétés humaines, pas le réchauffement climatique en tant que tel. Le système terrestre est effectivement en constant changement, mais il est actuellement en changement en grande partie à cause de l’Homme et de ses émissions de polluants.

      Au plaisir de lire votre réponse, merci d’apporter contenu à ce débat !


    • Édouard Rochefort 30 novembre 2023 19:54

      @Clocel

      Effectivement, toutes les opinions doivent être entendues, y compris celles que je peux considérer comme « disgracieuses » smiley. La démocratie doit être protégée avant tout, et j’espère ne pas débuter ma vie adulte en omettant ce mantra.


    • Pascal L 1er décembre 2023 00:28

      @Édouard Rochefort
      25% de l’effet de serre par le CO2, cela ressemble à un chiffre sorti d’un chapeau. Peut-être avez-vous l’étude qui établit indubitablement ce chiffre, car je ne l’ai pas trouvée. Que cela soit le fruit d’une expérience en éprouvette, je veux bien, mais la réalité de la planète est autrement plus complexe. J’ai entendu parlé d’une saturation de l’effet déjà atteint aux concentrations actuelles. Qu’en est-il réellement ? Par ailleurs, s’il y il y a bien une corrélation entre densité de CO2 et réchauffement, il n’est pas établi le sens de la corrélation. Est-ce l’augmentation de température qui suit l’augmentation du CO2 ou l’inverse ?
      Je ne nie pas le réchauffement climatique, mais avant de prendre des mesures, il me semble important de comprendre l’origine de ce réchauffement. Le rôle du CO2 ne me semble pas formellement établi et je crains que les mesures qui nous seront bientôt imposées ne tiennent pas compte de la véritable origine de ce réchauffement et ne produiront pas d’effet. Ne faudrait-il pas plutôt essayer de traiter prioritairement les pollutions de tous types. Les pollueurs ne font rien et sont certainement heureux que l’on détourne l’attention sur le CO2.
      L’accélération que l’on nous montre est principalement le fruit de simulations. Je sais, et je suis bien placé pour le savoir, que si nous voulons obtenir un résultat précis et prédéfini, une simulation est nécessaire. « To err is human, but to really foul things up you need a computer. » (Paul R. Ehrlich). Pour le climat, de nombreux paramètres réels nous échappent complètement et sont réglés au doigt mouillé. Tant qu’à faire, faisons en sorte qu’ils contribuent au résultat attendu. Avec des ordinateurs puissants nous pouvons obtenir des résultats précis à 50,00001% au lieu de 50%.
      Je ne met pas en doute l’étude que vous fournissez sur la glace de l’Antarctique, mais cette étude ne contribue pas a définir la source de ces changements. Je suis rassuré de voir que la contribution de la fonte à l’élévation des océans est somme toute assez faible et que les auteurs concluent qu’ils doivent faire plus de recherches.

      Par ailleurs, la peur est un outil de pouvoir et nous assistons à la mise en panique de la population. Ainsi, vous accepterez tout ce que les Etats vous imposeront.


    • Édouard Rochefort 1er décembre 2023 01:51

      @Pascal L
      C’est l’Agence Parisienne du Climat qui sort ce chiffre.
      https://www.apc-paris.com/gaz-serre

      Le gouvernement du Canada indique quant à lui que le forçage radiatif est causé à 66% par le CO2.
      https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/indicateurs-environnementaux/concentrations-gaz-effet-serre.html

      Le CO2 est un gaz à effet de serre (le plus abondant). 

      Définition du gouvernement français :

      « Par gaz à effet de serre, on entend un gaz présent dans l’atmosphère qui retient une partie de la chaleur reçue par le solaire dans l’atmosphère. L’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère se traduit par une hausse de sa température. »

      Les gaz à effet de serre contribuent fortement au réchauffement climatique, de par leur effet de serre.

      Toutefois, ce n’est effectivement pas la seule cause. Le bitume présent en quantités industrielles dans les villes contribuent à réchauffer l’air de ces dernières. 
      La fonte des glaciers libère d’autre gaz à effet de serre et dévoile un sol qui absorbe plus de rayons infrarouges qu’un couvert blanc de glace.

      J’aimerais comprendre comment l’augmentation de la température planétaire produirait une augmentation de la quantité de CO2, outre la fonte des glaciers libérant du méthane.

      Il est certain qu’il faut éviter toute forme de pollution environnementale, pas seulement celle liés aux GES. 

      Ce qui donne espoir, avec le développement de l’intelligence artificielle, c’est que la capacité de réflexion que ces machines apportent pourra être utilisée afin de trouver des solutions aux enjeux climatiques.


    • Et hop ! Et hop ! 1er décembre 2023 10:29

      @Édouard Rochefort

      Mon pauvre garçon, le réchauffement climatique n’est pas du tout produit par l’activité humaine, ni d’ailleurs par le gaz carbonique. Quand aux éoliennes, panneaux solaires, voitures électriques, ils n’ont rien de renouvelable, gaspillent encore plus d’énergie et de ressources naturelles et créent plus de pollution que les techniques qu’ils remplacent. La théorie carboniste et la bourse mondiale des droits d’émettre du CO2 est un système permettant à une mafia de rendre payant l’air qu’on respire.

      Il y a de multiples gaspillages d’énergie (transports dûs au commerce international) et de matières premières (emballages, voitures électriques, éoliennes), et d’énormes pollutions de l’eau, des océans, des aliments et des sols qu’il faudrait réduire et pour lesquels on ne fait rien. Réduisez de 90 % le commerce international et les emballages jetables, vous aurez fait beaucoup plus que toutes les mesures de baisse des émission de CO2 qui n’ont aucun effet sur rien : tout ce qui vit, les animaux, les plantes, les fermentations, les planctons des océans, toutes les combustions, toutes les oxyde-réductions, toutes les sources thermale, les failles, les geysers, les volcans produisent du CO2.


    • Pascal L 1er décembre 2023 11:15

      @Édouard Rochefort
      l’Agence Parisienne du climat sort bien ce chiffre mais ne parle pas du chapeau dans lequel elle l’a trouvé. C’est l’étude scientifique à l’origine de ce chiffre que je cherche, si elle existe... C’est une base, en science de citer ses sources pour permettre à d’autres de refaire les calculs et les expériences. J’ai déjà lu plusieurs thèses de doctorat sur le climat et le moins que l’on puisse dire, c’est que les scientifiques sont plutôt prudents sur la valeur des résultats. Il y a bien quelqu’un qui transforme ces hypothèses en certitudes et cela ressemble à un travail de faussaire. Par ailleurs, je suis plutôt un spécialiste de la méthode scientifique, ce qui me permet d’apprécier le sérieux d’une étude. Toutes les études ne se valent pas et c’est pour cela que la méthode scientifique permet la critique et la répétition des expériences. Lorsque l’on ferme la porte à la critique comme nous l’observons actuellement, c’est qu’il y a un loup.


    • mimi45140 1er décembre 2023 11:19

      @Édouard Rochefort
      Bonjour je vous suis lorsque vous dites :
      Ce qui donne espoir, avec le développement de l’intelligence artificielle, c’est que la capacité de réflexion que ces machines apportent pourra être utilisée afin de trouver des solutions aux enjeux climatiques.
      Je ne doute pas de leurs compétences mais comme je crois que le problème viens d’un mammifère qui dit croire en dieu mais qui plutôt individuellement se prends pour dieu je pense que l IA supprimera ces milliards de problèmes se tenant sur 2 jambes .


    • Seth 30 novembre 2023 10:48

      Après avoir cité l’onu on trouve cela :

      "Comme toutes les mesures nommées dans ce texte, il est nécessaire d’imposer celle-ci progressivement, mais rapidement, car il faut permettre aux entreprises de s’adapter, même si la situation climatique reste urgente.« 

      Ne pas pénaliser les zantrepreneurs avec une écologie trop drastique, faut bien qu’ils gagnent leur pain (les plus gros pollueurs étant aussi les plus ultra-riches, c’est trop inzuste alors plaignons-les).

      et puis :

       »À mon avis, si les humains tiennent à la survie de leur espèce, ils doivent laisser tomber les normes et les repères actuels pour accepter de mettre en place des solutions sévères pour assurer cette subsistance."

      Des solutions sévères mais qui ne feraient pas de mal aux zantrepreneurs. La quadrature du cercle en somme. smiley

      Tout cela finit ainsi la conclusion de ce feu d’artifice de la pensée politique profonde :

      Toutefois, sans l’appui des idéaux d’une société, un gouvernement démocratique ne peut modeler cette dernière. smiley


      Parce qu’il paraît qu’on demande l’avis des gogos veautant chez Trudeau pour mener le troupeau des mougeons. smiley

      On rigole bien ici mais faudrait expliquer au petit jeune bien pensant qu’on ne disserte jamais à la première personne du singulier.


      • Seth 30 novembre 2023 10:49

        Oups

        Tout cela finit ainsi dans la conclusion


      • Samy Levrai Samy Levrai 30 novembre 2023 11:28

        Je mettrais bien à l’asyle tous ces trouillards paranoïaques qui veulent nous enquiquiner avec leurs idéologies punitives, s’ils touchent à nos libertés c’est la pendaison qui devrait leur échoir.



        • Ouam (Paria statutaire non vacciné) Ouam (Paria statutaire non vacciné) 30 novembre 2023 11:35

          @Samy Levrai
          Je vois qu’il est étudiant , je viens de lui trouver université à sa mesure (sisi)
          L’Unniversité d’Evergreen (a voir absolument)


        • Clocel Clocel 30 novembre 2023 12:06

          @Ouam (Paria statutaire non vacciné)

          Ça va donner d’excellents éléments pour le Marines corps, ces cintrés iront tenter de donner la répliques aux pachtounes z’et autres métèques rustiques non-alignés et non-déconstruits...

          Allez, encore deux générations et les Etats-Unis et l’UE vont redevenir terre à conquête.


        • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 11:48

          Pour sauver la planète il faut passer à la caisse pour environ 6 milliards de gens qui n’ont rien demandé !!! j’accuse les médias celui de pisser dans un violon avec de surcroît un bon salaire !!! demain, je pisse dans un tam tam sur le parvis du Sénat pour avoir un salaire tout autant sonnant et trébuchant !!!


          • cevennevive cevennevive 30 novembre 2023 12:06

            Qu’en pense Mathieu Bock-Côté ?

            Nous avons tendance, nous les bons Français, à nous méfier des courants intellectuels qui viennent du Canada ou des US maintenant.

            La woke culture est indigeste pour nos estomacs et lourde pour nos échines !

            La « transition écologique » ?

            Pourquoi sont-ce toujours les mêmes qui sont punis et qui doivent payer ?


            • Clocel Clocel 30 novembre 2023 12:12

              @cevennevive

              « Pourquoi sont-ce toujours les mêmes qui sont punis et qui doivent payer ? »

              Mais parce que vous avez beaucoup péché !

              Que celui qui n’a pas été chercher son pain avec une voiture qui pue du pot lui jette la première pierre. smiley


            • cevennevive cevennevive 30 novembre 2023 12:22

              @Clocel, bonjour,

              L’article de l’auteur ressemble à la Bible de mon enfance... Il faut en prendre un peu et beaucoup en laisser.
              Quant à aller chercher son pain (ou ses courses) avec une voiture, la plupart des Cévenols des campagnes y sont bien obligés s’ils veulent manger un peu.
              Plus de poste, de pharmacie, de boulangerie ou d’épicerie, etc.
              Et les cars scolaires qui sillonnent les petites routes chez nous tous les jours de la semaine sont le résultat des écoles qui ont fermé.
              Allez, l’écologie d’aujourd’hui est une vaste fumisterie...
               


            • Clocel Clocel 30 novembre 2023 12:27

              @cevennevive

              Marrant l’aspect religieux m’a interpellé aussi, c’est, je crois, ce qui m’a fait réagir.

              Attention, l’écologie est tout sauf une fumisterie, c’est le bélier des mondialistes.


            • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 12:49

              @cevennevive
              Je confirme.


            • SilentArrow 30 novembre 2023 13:09

              @cevennevive
               

              Pourquoi sont-ce toujours les mêmes qui sont punis et qui doivent payer ?

              Bonne question.

              Réponse 1 : de culture chrétienne, ils ont l’habitude de dire « mea culpa ». Si on leur dit qu’ils sont responsables des changements climatiques, ils le croient plus facilement que d’autres.

              Réponse 2 : ce sont eux qui ont le fric convoité par certains. Inutile de culpabiliser les Africains et d’essayer de leur soutirer du fric : ils n’en ont pas.

              Ceci n’est que mon avis.


            • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 13:32

              @SilentArrow
              Les réchauffistes me soufflent à l’oreille : au plus le fric et blanchi, au plus on passe entre les gouttes smiley il suffit de suivre la COP 28 pour comprendre à minima la RÉALPOLITIK en bande très organisée smiley


            • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 13:34

              @Clocel
              Au Sénat : les puants du pot sont légions selon mes sources pures.


            • SilentArrow 30 novembre 2023 12:46

              @Édouard Rochefort

               

              L’extinction des espèces, l’épuisement des sources d’eau, la fonte des glaciers et la fréquence des canicules ont tous une cause commune : l’activité humaine.

              L’extinction de certaines espèces, l’épuisement de certaines sources d’eau, probablement.

              La fonte des glaciers et la fréquence des canicules, j’en doute.

              La responsabilité des « gaz à effet de serre d’origine anthropique » dans le réchauffement de la planète est un mythe qui ne repose sur aucune base scientifique solide.

              Je veux bien essayer de vous l’expliquer, mais il faudrait au préalable que je sois certain que vous comprenez les bases de la théorie cinétique des gaz, sinon, cela ne servira à rien.


              • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 12:58

                @SilentArrow
                Le but est simple à comprendre : culpabiliser et taxer la populace quoi qu’il en coûte smiley


              • Plus robert que Redford 30 novembre 2023 19:42

                @charlyposte
                Le fameux « Quoi qu’il en coûte » a dès le début, mal été transmis et diffusé
                Il y manquait un seul mot :
                VOUS.
                « Quoi qu’il VOUS en coûte » !!


              • Et hop ! Et hop ! 1er décembre 2023 14:43

                @Plus robert que Redford

                C’est comme le « Ça coûte rien, c’est l’État qui paye. » de son prédécesseur (qui se vantait d’avoir été grassement payé pendant des décennies par la Cour des Comptes en ne fichant rien).


              • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 12:56

                L’arnaque écologique est une merveilleuse aventure en bande très organisée qui a pour but de subventionner les plus grands pollueurs mondiaux via un marché parallèle hyper lucratif.... c’est qui le dindon de cette farce honteuse ??? pouah smiley


                • jymb 30 novembre 2023 13:03

                  @charlyposte
                  Le but est surtout d’interdire, taxer, surveiller, radarifier, contraindre, humilier, infantiliser
                  Quand on voit l’enfer que sont devenus les villes tenus par des mires escrologistes radicalisés....


                • charlyposte charlyposte 30 novembre 2023 13:10

                  @jymb
                  Avec une pensée pour Gérard Collomb qui s’est fait mettre par la macronie et les escrolos smiley si COLLOMB était resté à sa place, il serait à ce jour maire de LYON ...................


                • Plus robert que Redford 30 novembre 2023 19:46

                  @charlyposte
                  J’apprends sur le ’ternet le décès hier de M. Heinz Alfred Kissinger...
                  CHAMPAGNE !!!


                • cilaos 1er décembre 2023 12:39

                  consternant le bilan carbone des « armées » dans le monde auquel participe allégrement tous les écologistes car ils sont avant tout patriote 

                   https://www.tni.org/en/publication/climate-collateral?translation=fr# : :text=Les%20d%C3%A9penses%20militaires%20augmentent%20les,gaz%20%C3%A0%20effet%20de%20serre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité