• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourtant tout avait bien commencé !

Pourtant tout avait bien commencé !

C'est une France en ruine qui est libérée en 1944 et 1945. Tout est à reconstruire. Et pourtant, c'est à cette époque que l'on va établir les piliers de l'État social en s'appuyant sur le programme du Conseil national de la Résistance (CNR). Ce programme, adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 , sous le titre « les Jours heureux » jette les bases des mesures à appliquer dès la libération du territoire. Sur le plan politique, il prévoit « l'instauration d'une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l'éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l'économie ». Sur le plan social, il envisage « un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail » et « la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d'un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l'organisation de la vie économique et sociale ». Le programme du Conseil national de la Résistance demande également « le retour à la nation de tous les grands moyens de productions monopolisées, fruits du travail commun, des sources d'énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d'assurance et des grandes banques, la mise en place d'une « démocratie économique et sociale », la rationalisation de l'économie et l'urgence de la reconstruction ». On nationalise donc, les Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais et les Charbonnages de France, qui exploitent des matériaux stratégiques au redressement du pays. Renault est nationalisé sans compensation financière, pour collaboration avec l'ennemi, et devient une régie. Sont nationalisés également les transports aériens et l'industrie aéronautique, la Banque de France et les quatre plus grandes banques françaises (le Crédit lyonnais, la Société générale, le Comptoir national d'escompte de Paris, la Banque nationale pour le commerce et l'industrie. Le gaz et l’électricité et les onze plus importantes compagnies d’assurance sont elles aussi nationalisés. Bien sûr, Il y a aussi l'histoire du plan Marshall, qui aurait permis la reconstruction de l'Europe occidentale, mais, en réalité, il s’agissait sans doute, moins de tendre une main secourable à l’Europe que de mettre en place une hégémonie financière, commerciale, politique et culturelle américaine. « America first », les américains ne font jamais rien pour rien !

La dernière vague de nationalisation résulte de la volonté du gouvernement socialo-communiste dirigé par François Mitterrand avant qu’il ne se renie et prenne délibérément une direction plus libérale. Elle concerne des groupes engagés dans une compétition européenne et mondiale, notamment dans l’industrie aérospatiale (Dassault, Bull, Matra, Thomson-Brandt) ; il s’agit même de multinationales (Saint-Gobain, Bull, PUK, Rhône-Poulenc) ou de filiales de multinationales (ITT-France). Outre ces entreprises industrielles, plus de trente banques (y compris de petits établissements régionaux) et groupes financiers sont également nationalisés. Ces nationalisations sont supposées compléter la vague de 1945-1946 et parachever le contrôle de la Nation sur les richesses qu’elle crée… puis est arrivée la grande vague néolibérale, et les citoyens bercés de bonnes paroles se sont laissé endormir. Depuis, c’est le mouvement inverse qui s’est opéré, « les privatisations » ont asséché les recettes de l’état au bénéfice exclusif d’investisseurs et d’actionnaires privés.

 Comment se fait-il que ce qui était possible dans un pays qui sortait d’une guerre ne l’est plus aujourd’hui alors que le PIB de la France depuis 1950 a été multiplié par 5  ? Une des raisons est la baisse des recettes de l’état. Le taux normal d’imposition sur les sociétés était de 50 % jusqu'en 1985, depuis il n’a cessé de descendre, il est depuis janvier 2022 à 25 %, et Bercy parle d’une imposition a 15% pour le futur ! les niches fiscales accordées aux entreprises sans condition ni contrôle s’élèvent à 100 milliards  ! Toutes les réductions de cotisation (et pas de charge !) et les cadeaux fiscaux successifs n’ont fait que creuser le déficit sans apporter aucune amélioration. Les réformateurs néolibéraux qualifient souvent le modèle social français de fardeau insoutenable pour l’entreprenariat privé. Pourtant, au cours des dernières décennies, les aides publiques aux entreprises ont presque triplé en pourcentage du PIB, ce qui montre que les interventions de l’État soutiennent de plus en plus les profits privé. En France, l’État est interventionniste mais toujours au bénéfice du capital !

 

Sources :

La Tribune, le 27/05/2013 : « 70 ans après, que reste-t-il du programme du Conseil national de la résistance ? ». 

La nationalisation des banques s'est effectuée de manière rapide, afin d'éviter des mouvements spéculatifs qui ont pour but la réalisation de bénéfices à court terme. Le projet de loi a été déposé le vendredi 30 novembre au soir, après la fermeture de la bourse, pour être voté le 2 décembre et publié au Journal officiel dès le lendemain.

« Les Origines du plan Marshall, Le mythe de "l'aide" américaine », d’Annie Lacroix-Riz, aux Editions Dunod. (17) Elucid.média, le 05/10 2021 : « France : analyse historique du PIB ». 

L’Humanité, le 7.07.23 : « Budget  : 60 milliards à trouver d’ici 2027, la Cour des comptes crie haro sur les niches fiscales ». 

Gouvernement.fr, le 25/08/2021 ! « La réduction des charges et de la fiscalité des entreprises et la relance de l'investissement ». 

Les crises.fr, le 07/10/2023 : « En France, l’État est interventionniste mais toujours au bénéfice du capital. ».

http://2ccr.unblog.fr/2024/02/21/pourtant-tout-avait-bien-commence/


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • pasglop 21 février 21:00

    On nationalisera les banques quand elles auront été mises en faillite et non pas quand elles auront fait faillite.


    • Sirius S. Lampion 22 février 08:58

      1. " Comment se fait-il que ce qui était possible dans un pays qui sortait d’une guerre ne l’est plus aujourd’hui   ?" En 1944, les rapports de forces avaient été bouleversés par rapport à l’avant-guerre. Le réseau de la résistance était sur le terrain et non pas à Londres comme le dit la version officielle,et le noyau dur était constitué de communistes (FTP ? MOI dont Manouchian). Paris a été libéré par Rol-Tanguy, pas par De Gaulle. Ces résistants pesaient lourd dans le CNR puis dans le GPRF, et ils étaient encore armés (ça aide). Ajoutez à ça la représentation électorale du PCF dans le pays et l’influence de l’URSS, et vous aurez quelques éclairages intéressants. Aujourd’hui, le rapport de forces est revenu à ce qu’il était, mais l’URSS a disparu des écrans radar et un nouveau front populaire ne se dessine pas à l’horizon. Alors, c’est la fête du slip pour les gros chats.

      2. Plan Marshall. L’article Wikipedia sur ce sujet est très instructif et commence par : "Le plan Marshall  est un programme américain de prêts accordés aux différents États d’Europe pour aider à la reconstruction des villes et des installations bombardées lors de la Seconde Guerre mondiale. Ces prêts sont assortis de la condition d’importer pour un montant équivalent d’équipements et de produits américains. Outre les ambitions géopolitiques que vous évoquez à juste titre, il ne s’agit donc pas d’une aide gratuite, et ces prêts (accordés par des banques privées et non pas par l’état américain) étaient assortis d’intérêts. Il imposait aussi imposait l’obligation de projeter chaque année dans les salles de cinéma au moins 30 % de films produits à Hollywood.Le journal Le Monde en date du 3 juillet 1962 expliquait clairement : M. Gavin, ambassadeur des États-Unis à Paris, a été reçu à 12 h. 45 par M. Giscard d’Estaing, qui lui a remis solennellement l’ordre de virement au Trésor américain d’une somme de 293 400 000 dollars, représentant le remboursement anticipé aux États-Unis des prêts accordés en 1948, 1950 et 1952 notamment au titre du plan Marshall.". Ce n’était donc pas un cadeau.


      • Robert GIL Robert GIL 22 février 09:22

        @S. Lampion
        merci de me rappeler tout ça, j’en ferais bon usage


      • hans-de-lunéville 1 24 février 18:22

        @S. Lampion
        et le bassin de Briey en 14


      • zygzornifle zygzornifle 22 février 09:14

        L’armée allemande avait mis le fRance en ruine nous on a nos politiques et Bruxelles pour cela et ils sont d’une efficacité redoutable ....


        • Et hop ! Et hop ! 22 février 16:50

          @zygzornifle

          C’est pas du tout l’armée allemande qui a mis la France en ruines, ce sont les bombardemant anglo-américains qui ont commencé en 1940 avec celui de Mers-el-Kébir, et qui se sont intensifiés pendant toute la guerre : plus de 1400 villes bombardées dans toute la France, certaines en partie ruinée, beaucoup complètement.

          La reconstruction en 1945, c’était celle des destructions anglo-américaine.


        • Nowhere Man 23 février 09:24

          @Et hop !
          J’ai vécu 12 ans à St Etienne en ignorant que la ville avait été bombardée par les alliés. Ce bombardement américain a causé la mort de 925 personnes dont 99 enfants (24 tués dans les caves d’une école ainsi que 8 instituteurs), 1 400 blessés et près de 25 000 sinistrés.
          « 440 tonnes de bombes explosives et incendiaires déversées ce matin du 26 mai 1944 sur Saint-Etienne »


        • Et hop ! Et hop ! 23 février 10:02

          @Nowhere Man

          Pendant ce temps là, les usine Ford et General Motors à Allemagne n’ont jamais été bombardées, ni confisquées à la Libération, elle produisaient pour la Wehrmacht.


        • Et hop ! Et hop ! 23 février 10:06

          @Nowhere Man : «  J’ai vécu 12 ans à St Etienne en ignorant que la ville avait été bombardée par les alliés. »

          Il n’y a aucune plaque, ni mémorial, ni cérémonie de souvenir nulle part pour les bombardements alliés et leurs victimes. Par contre des mémoriaux de la Shoah, il y en a partout, à la TV, dans les collèges, dans toutes les villes de France et des musées dans tous les pays du monde.


        • Clocel Clocel 22 février 09:42

          Il faut lire Annie-Lacroix-Riz, et, Marc Bloch, « l’étrange défaite », sortir du « narrative », les collabos étaient à l’oeuvre bien avant la fin de la guerre et ils n’ont jamais été bien loin du pouvoir, qu’ils occupent aujourd’hui encore dans la plupart des pays européens, en France même, depuis au moins VGE, grand suceur de casque à pointe.

          Mais on préfère parler du CNR, le grand cocufiage et ses légendes fétides.


          • Robert GIL Robert GIL 22 février 09:46

            @Clocel

            vous dites : « Mais on préfère parler du CNR, le grand cocufiage et ses légendes fétides »... pouvez-vous développer ?


          • Clocel Clocel 22 février 09:51

            @Robert GIL

            Ça a été fait par des gens très divers et avec beaucoup plus de talent que moi, voyez sur ce sujet Asselineau, et... le nom m’échappe pour le moment... Je reviendrai vers vous si cela me revient.


          • Robert GIL Robert GIL 22 février 10:05

            @Clocel
            le père de la sécurité sociale est Ambroise Croizat, mais comme il était communiste on préfère l’oublier. Il y a un excellent film que je conseille :
            https://www.lasociale.fr/


          • Clocel Clocel 22 février 10:15

            @Robert GIL

            Je connais Ambroise Croizat, j’ai été auditeur de Là-bas si j’y suis dans une autre vie.

            Cela dit, les assurances sociales existaient déjà, il n’a fait que les généraliser sous « un seul » régime, mais ça nous amènerait trop loin...

            Il faut lire et écouter Bernard Friot sur ce thème.


          • Robert GIL Robert GIL 22 février 10:59

            @Clocel
            en parlant de Friot un copain m’a fait passer cette vidéo, il faut que je la regarde :
            https://www.youtube.com/watch?v=WvA7x9kxkOc


          • Et hop ! Et hop ! 22 février 16:53

            @Robert GIL : «  le père de la sécurité sociale est Ambroise Croizat, mais comme il était communiste on préfère l’oublier. »

            Le créateur de la Caisse Nationale des Assurances Retraites" c’est le gouvernement de vichy, mais on préfère l’oublier et dire que c’est le CNR.


          • Et hop ! Et hop ! 22 février 16:54

            Édite : Caisse Nationale des Assurances Vieillesses (CNAV).


          • Jelena Jelena 22 février 11:54

            >> C’est une France en ruine qui est libérée en 1944 et 1945. Tout est à reconstruire.

            Prétendre que la France était « en ruine » en 45, c’est une falsification de l’histoire. Hormis l’Allemagne, toutes les villes en ruine se trouvaient en Europe de l’Est (et particulièrement dans le trio Russie-Ukraine-Bielorussie).


            • Robert GIL Robert GIL 22 février 12:22

              @Jelena
              d’accord avec vous, la guerre s’est principalement faite a l’est, mais la situation de la France n’était pas pour autant florissante au point de vue économique, et nombres de secteurs industrielles était à la peine, l’agriculture était également à la rue ... bref pour relancer la machine il fallait faire des efforts.


            • Clocel Clocel 22 février 13:35

              @Robert GIL

              Ma famille appartenait au monde rural, ils ont toujours claironné à qui voulait les entendre qu’ils n’ont jamais été aussi peinards et heureux que pendant la guerre, pour eux, ça n’avait rien changé, sauf qu’on leur foutait la paix.


            • Et hop ! Et hop ! 22 février 16:57

              @Jelena : «  Prétendre que la France était « en ruine » en 45, c’est une falsification de l’histoire. »

              1 402 villes bombardées dans toute la France par les Anglo-Américains de 1940 à 1945, des centaines complètement rasées, sans tuer quasiment aucun soldat allemand. C’était la préparation du Plan Marshall.


            • Octave Lebel Octave Lebel 22 février 13:01

              Et la mystification est bien entretenue.

              "En France, l’État est interventionniste mais toujours au bénéfice du capital !

              "


              • jymb 22 février 13:18

                Louis Renault a surtout été battu à mort dans sa prison, et main basse a été faite sur sa société qui avait malgré la contrainte...moins produit que Citroën ( si mes souvenirs sont bons ) 


                • Clocel Clocel 22 février 13:41

                  @jymb

                  Louis Renault était un électron libre, totalement indépendant des banques, il autofinançait toutes ses entreprises, tous ses projets, et ça, pour le capital, c’était insupportable.

                  André Citroën avait été dépouillé avant la guerre, tombé dans le piège de la dette il n’était plus Maître « chez lui », la famille Michelin avait beaucoup œuvré en ce sens.


                • Et hop ! Et hop ! 22 février 17:01

                  @jymb

                  Les usines Ford et General Motors ont tourné en Allemagne pendant toute la guerre, elles produisaient pour la Wehrmacht, elles n’ont jamais été bombardées, ni confisquées à la fin de la guerre, contrairement aux usines Renault à Boulogne-Billancourt, Peugeot à Sochaux bombardées plusieurs fois.


                • Samy Levrai Samy Levrai 22 février 13:45

                  Le programme de l’UPR est celui des jours heureux, ce qui l’empeche est l’UE, l’euro et l’OTAN.


                  • Robert GIL Robert GIL 22 février 16:15

                    @Samy Levrai
                    c’est aussi la volonté du Capital et de la Grande Bourgeoisie Française et l’apathie de la population


                  • Samy Levrai Samy Levrai 23 février 12:49

                    @Robert GIL
                    Les euro-atlantistes...
                    l’UE est au service exclusif de la finance. le conditionnement et la censure font rage, le peuple ne peut réfléchir qu’avec les informations qu’il reçoit.


                  • Clocel Clocel 22 février 15:02

                    Pour ceux qui se croient encore en « démocratie », à voir absolument.

                    Je décline toutes responsabilités en cas de saignements anals consécutifs au visionnage...


                    • Gérard Luçon Gérard Luçon 23 février 07:42

                      Marcel Sembat a été remplacé par Manu S’en Bat lec...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité