• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > On pense avec les mots

On pense avec les mots

C'est le titre d'un livre de S.I. Hayakawa. Effectivement, suivant les langues utilisées, les choses peuvent se dire plus ou moins clairement, en utilisant des termes précis ou parfois de longues périphrases. Blaise Pascal, dans la Lettre à Fermat (page 149 dans l'édition des œuvres complètes, tome I, de la Pléiade), dit ceci : "Par exemple, et je vous le dirai en latin, car le français n'y vaut rien : Si quolibet litterarum, ......". Bien sûr, un mathématicien d'aujourd'hui pourrait sans doute le dire clairement en français, mais en 1654 le français était encore une langue jeune.

Si des choses nouvelles apparaissent, comme c'est le cas notamment dans les sciences, particulièrement en mathématique, on peut aussi utiliser des mots existants et les affecter à un nouvel objet. Nicolas Bourbaki, entre autres, est passé maître dans ce domaine : Par exemple, dans la théorie des espaces localement convexes, un tonneau est un ensemble convexe, cerclé, fermé et absorbant. On parle en théorie des probabilités de clans et de tribus. Sans inventer de nouveaux mots, on peut aussi adopter des mots d'autres langues, que ce soit en latin ("sine die"), en anglais, (un match), éventuellement en les transformant légèrement (sérendipité pour serendipity), ou en allemand (le Dasein, en philosophie). 

Certes, on peut exprimer des tas de choses en français, mais aucune langue n'est parfaite. Ainsi le mot "homme" désigne habituellement aussi bien un membre du genre humain qu'un individu mâle. En allemand comme en anglais et dans d'autres langues, on distingue Mensch et Mann, en anglais human et man. C'est un peu différent en malagasy, les hommes (the humans) se disent "ny olona", les Hommes (ny men) "ny lehilahy" et les femmes "ny vehivavy" ou 'ny vavy". En français, je choisirais l'Homme avec majuscule pour l'individu du genre humain, pour le distinguer de l'homme avec minuscule, l'individu mâle.

C'est une problématique voisine de celle de l'écriture inclusive. Je dis bien "écriture", car à l'oral, ça ne passe pas. Ainsi, on peut parler des françai-s-es, mais que dirait-on si l'on entendait le Président déclamer "Françai-s-es" au lieu de dire simplement "Françaises, Français !" . En malgache, pour distinguer par exemple les bœufs (mâles) des vaches (femelles), on ajoute simplement les suffixes "-lahy" et "-vavy" au mot "omby". Mais la langue la plus simple me semble être celle des Pirahas, une tribu amazonienne décrite dans "Le règne du langage" de Tom Wolfe, une tribu que le missionnaire Dan Everett a voulu convertir ou "civiliser". Un article de Wikipedia à ce sujet vous en dira plus si vous êtes curieux.

Parlons peu, mais parlons bien !


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • SilentArrow 30 mars 2023 15:22

    @il faudrait

     

    les bœufs (mâles) des vaches (femelles)

    Euh ?


    • John John 30 mars 2023 15:58

      SilentArrow salut !

      « Euh ? »

      Déjà on ne dit pas euh ... Mais Meuh ...

      Ce que j’aimerais savoir c’est comment qu’on fait pour les chapons (mâles) et les poules (femelles) ... 


    • SilentArrow 31 mars 2023 00:56

      @John

      Les chapons, c’est comme les bœufs, c’est ce qu’on appelait jadis des eunuques, et aujourd’hui, des transgenres.


    • @SilentArrow
      Rhhooh
       smiley smiley smiley smiley


    • Xenozoid Xenozoid 30 mars 2023 16:05

      vous êtes vous jamais demander si vous revez en francais ? ou si vous etes bilingue, en quelle langue vous rêvez ?


      • Xenozoid Xenozoid 30 mars 2023 16:13

        @Xenozoid

        sérieusement ,peut ont rêver dans plusieurs langues ?


      • Pic de la Mirandole Pic de la Mirandole 30 mars 2023 16:19

        @Xenozoid

        Oui bien sûr. En immersion totale dans un pays étranger, on finit par rêver dans la langue du pays.


      • Xenozoid Xenozoid 30 mars 2023 16:24

        @Pic de la Mirandole
        hummm ! i have yet to find proof about it, je pense en 3 langues, mais je suis incapable de savoir si mon reve est une langue,c’est un language. mais a part les endyves et les noms des fruits et légume le reste ,reste tres général


      • sophie 30 mars 2023 16:44

        @Xenozoid
        intéressant, je parle trois langues et j’imagine toujours rêver en français, je n’ai jamais fait attention à cela, cela doit avoir à faire avec la zone de broca.


      • SilentArrow 30 mars 2023 16:51

        @Xenozoid
         

        sérieusement ,peut ont rêver dans plusieurs langues ?

        Oui

      • Xenozoid Xenozoid 30 mars 2023 16:52

        @sophie

        j’ai posté cela car j’ai un pote qui en parle 6 et une fois je lui est posé la question et il ne savais pas, mais il n’a pas aimé, en ce jour je me demande toujours pourquoi 


      • Xenozoid Xenozoid 30 mars 2023 16:57

        @Xenozoid

        je signal que je suis incapable de savoir en quelle langue je rêve, si il n’y a pas de qui proco sur des objet,mais ils sont possible dans toute les langues


      • Xenozoid Xenozoid 30 mars 2023 17:17

        @sophie

        . Ainsi, à la fois en écriture et en langage, cette partie du système nerveux central est spécialisée dans la production d’un message à cohérence interne et articulé par les fractions correspondantes du langage, qu’il s’agisse de lettres ou de phonèmes.

        et sa guérison était la fameuse lobotomie ?


      • Sirius paparazzo 30 mars 2023 16:25

        Une allemande qui avait appris que le mot « fromage » français se traduisait par « cheese » en anglais, elle avait dit : « Warum ? »Käse«  ist viel natürlicher ! ».

        Elle ne savait pas qu’en plus, elle avait dans la tête du fromage blanc en disant ce mot, alors que l’Anglais pensait à une sorte de cheddar cuit et pressé, et le Français à du camembert coulant et délicieusement parfumé.


        • Attila Attila 30 mars 2023 19:41

          Je pense avec malice !

          .


          • Panoramix Panoramix 31 mars 2023 11:01

            Il y a effectivement un lien entre le vocabulaire dont on dispose, et le mode de pensée. Des termes anglais comme ’’management’’, ’’glamour’’, et plus récemment ’’woke’’ etc. n’ont pas d’exact équivalent en français. Ce n’est pas que le vocabulaire qui s’anglo-saxonise, mais la culture mondiale.

            Même en français, il y a des mots en vogue qui imprègnent l’état d’esprit du moment. Par exemple le terme de ’’motivation’’ dans le monde professionnel dans les années 80 (ce n’est plus guère une préoccupation semble-t-il). On récemment le fameux ’’résilience’’ mis à toute les sauces (faculté de surmonter ...ou de se résigner). La genrisation des métiers et titres adapte également les mots à l’idéologie du moment (un député a été sanctionné pour avoir dit ’’madame le président’’ à la présidente de l’assemblée nationale).


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 31 mars 2023 15:15

               ’’On pense avec les mots’’

              >

               Ben oui ! par définition, vu que la pensée s’exprime par la parole, donc des mots. Les autres moyens d’expressions que nous partageons peu ou prou avec les animaux : la gestuelle, les grognements, la musique

               

              L’animal sait, il ne pense pas ; l’idiot ne sait pas mais il pense. Ou plutôt, il croit qu’il pense.

               

              « Non non, vous ne pensez pas. Vous êtes juste en train d’être logique.  » Niels Bohr

               
               « Les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils préfèrent éviter » Sören Kierkegaard

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

zoreol

zoreol
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité