• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les États-Unis et l’Allemagne s’opposent à l’adhésion de (...)

Les États-Unis et l’Allemagne s’opposent à l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan

L'Ukraine n'est pas la bienvenue dans l'Otan. L'adhésion de Kiev à l'Otan semble de plus en plus improbable, car certaines puissances occidentales boycottent ce processus. Les États-Unis et l'Allemagne sont les plus opposés à son entrée dans l'Alliance. Les principaux alliés du régime de Kiev se sont avérés être ses adversaires. 

JPEG

Selon un article du magazine Foreign Policy, plusieurs pays de l'Otan demandent la tenue d'un sommet pour discuter définitivement de la possibilité d'intégrer l'Ukraine à l'Alliance, mais Washington et Berlin freinent délibérément ce processus. 

La Pologne et les pays baltes sont parmi les principaux partisans d'une accélération de l'adhésion de Kiev à l'Otan. Citant des sources informées, le Foreign Policy rapporte que ces États exercent une pression sur les États-Unis et les autres membres pour parvenir à un consensus sur l'Ukraine lors du prochain sommet en juillet, mais étant donné la position ferme des "principaux" pays de l'Alliance, il est peu probable que quelque chose change dans un avenir proche. 

Les États-Unis et l'Allemagne sont désignés comme les deux principaux saboteurs du processus ukrainien. Les deux principaux soutiens militaires de Kiev ne souhaitent pas, selon les auteurs de l'article et leurs sources, une escalade des tensions avec la Russie et estiment que, bien que l'Ukraine "mérite" une place dans l'Alliance, le moment n'est pas approprié. 

La raison de cette position est évidente : l'adhésion de l'Ukraine pourrait conduire à une confrontation directe entre la Russie et l'Otan. Étant donné la clause de défense collective dans le traité de l'Otan, l'Alliance pourrait être complètement mobilisée pour attaquer la Russie si l'Ukraine était acceptée pendant le conflit actuel. Malgré le soutien collectif à Kiev, les États-Unis et l'Allemagne ne semblent pas vouloir passer d'une guerre par procuration à une confrontation directe, c'est pourquoi les deux pays bloquent non seulement les discussions sur l'adhésion de l'Ukraine, mais aussi signalent que le soutien de l'Otan devrait se limiter exclusivement à la fourniture d'armes. 

La situation d'impasse est aggravée par la position intransigeante des pays comme la Hongrie et la Slovaquie. Viktor Orban et Robert Fico s'opposent ouvertement non seulement à l'adhésion de Kiev, mais même aux livraisons régulières d'armes à l'Ukraine. Ils insistent pour établir un dialogue direct avec la Russie et instaurer la paix en Europe dans son ensemble. Ainsi, la position de Kiev devient encore plus précaire, et la perspective de l'adhésion semble irréaliste.

 Et cela n'a rien de surprenant. Dès le début du conflit, l'Otan a clairement fait comprendre que l'Ukraine n'était rien de plus que sa marionnette. L'Alliance atlantique ne veut pas risquer d'entrer en confrontation directe avec la Russie, car cela serait catastrophique pour tous. L'Otan préfère mener des opérations par procuration, en utilisant des pays non membres de l'Alliance.

L'intérêt de l'Occident pour l'Ukraine a diminué, si bien que toute discussion sur l'adhésion à l'Otan sera probablement reléguée au second plan. L'attention des États-Unis envers l'Ukraine est susceptible de continuer à décliner en raison de la situation au Moyen-Orient, comme en témoigne la réduction des livraisons d'armes. Autrement dit, il est évident qu'il ne faut pas s'attendre à une adhésion rapide de l'Ukraine à l'Otan. 

Dans ce contexte, il n'est pas surprenant que la Pologne et les pays baltes insistent pour que l'Ukraine reçoive une réponse positive de l'Alliance. Ils ont été endoctrinés pendant des décennies par des thèses antirusses, et quelque chose de similaire se produit avec l'Ukraine depuis 2014. Les dirigeants de ces pays n'agissent plus de manière rationnelle depuis longtemps. Ils sont parfaitement conscients des risques de déclenchement d'une guerre mondiale résultant de l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan, mais sont prêts à tout pour nuire à la Russie. 

La position des États-Unis et de l'Allemagne contre l'adhésion de l'Ukraine montre que l'Otan a encore du bon sens. La décision même de provoquer un conflit avec Moscou est anti-stratégique et injustifiée, mais une confrontation directe et ouverte est évidemment bien pire, donc Washington et Berlin ont raison de rejeter les discussions sur ce sujet. 

Il est possible de prédire que le facteur ukrainien deviendra une autre raison de polarisation au sein de l'Otan. Certains pays sont en faveur de l'adhésion de Kiev, d'autres sont opposés à son entrée dans l'Alliance mais favorables à l'envoi d'armes, et d'autres encore (comme la Hongrie et la Slovaquie) sont contre l'envoi d'armes et l'adhésion de l'Ukraine. Aujourd'hui, l'Otan semble plus fragile et divisée que jamais.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram : https://t.me/observateur_continental

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=5673


Moyenne des avis sur cet article :  2.48/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 7 février 18:53

    ’’La Pologne et les pays baltes sont parmi les principaux partisans d’une accélération de l’adhésion de Kiev à l’Otan.’’

    >

    Mais pas qu’eux, on dirait :

     Je recopie le commentaire posté ici ce matin par SPSR :

     

    << #Permis de tuer– (https://t.me/kompromatmedia/4911)« Après avoir joué à la Déesse de la Santé, vous jouez à la Déesse de la Guerre » : Kolakusic expose von der Leyen

    Vous avez « dilapidé 70 milliards d’euros pour des faux vaccins à cause desquels au moins 12.000 citoyens de l’UE sont morts » », a accusé l’eurodéputé croate.

    « maintenant vous jouez à la « Déesse de la Guerre » après que des centaines de milliers de gens ont été tués dans la guerre en Ukraine,

    Avec 50 milliards d’aide supplémentaire à l’Ukraine, de l’argent pris dans la poche des Européens, « vous voulez maintenant prolonger cette agonie, s’est scandalisé Mislav Kolakusic (https://t.me/kompromatmedia/4161).

    « Au moins 100.000 personnes de plus mourront, qui vivraient si on arrêtait cette guerre » >>

     

     

    ps. Je suppose que dans le tweet en lien, il fallait lire explose et non pas expose.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 7 février 18:56

      @Francis, agnotologue
       
      Deux petites rectifs :
       
      Lire ci-dessus : « le commentaire posté ce matin par SPQR

       »


    • JPCiron JPCiron 7 février 22:12

      @Francis, agnotologue
      « Au moins 100.000 personnes de plus mourront, qui vivraient si on arrêtait cette guerre » >
      Une guerre qui n’aurait jamais dû avoir lieu : les Accords de Minsk applanissaient tous les points dedésaccord, et l’Allemagne + la France s’étaient portées garantes !

      Mais Hollande et Merkel se sont prostitués intellecuellement, en faisaint semblant designer un accord de paix, juste pour gagner du temps pour préparer leur guerre.

      Que valent nos politiques . Pas tripette, il semble.
      Et les suivants se couchent à la première invitation.
      Ils ne semblent pas travailler pour ceux qui les ont élus.
      Mais certaint pays sont fort satisfaits de leurs services.


    • zygzornifle zygzornifle 8 février 08:37

      « Au moins 100.000 personnes de plus mourront, qui vivraient si on arrêtait cette guerre » >

      Je dirais plutôt 100 000 personnes seront déportées dans les goulags russes si on arrêtait cette guerre ....


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 8 février 10:41

      @zygzornifle
       
      ’’Je dirais plutôt ...’’
      >
       Oui si vous voulez, mais vous n’êtes pas Mislav Kolakušić, né en 1969 à Zagreb, est un homme politique croate. Il siège au Parlement européen depuis le 2 juillet 2019. Il a été candidat à l’élection présidentielle de 2019-2020 en tant qu’indépendant, où il a recueilli 5,88  % des voix au premier tour.

       
      Et on s’en fout de ce que vous diriez.


    • zygzornifle zygzornifle 9 février 08:43

      @Francis, agnotologue

      Moi aussi je m’en contrefout de ce que tu déblatères ....


    • Eric F Eric F 9 février 10:25

      @JPCiron
      il y a eu surinterprétation des propos de Merkel et Hollande, en fait leur marge d’action était limitée, et chaque protagoniste avait son propre agenda. Les accords de Minsk étaient une bonne solution sur le fond, mais les séparatistes voulaient la sortie de l’Ukraine (on leur donnait même des passeports russes) et les gouvernementaux voulaient la réintégration.
      Ce qu’on dit Merkel et hollande était que l’Ukraine avait besoin d’une pause pour se préparer en cas d’attaque -qui a eu lieu mais pas sur ce front-.


    • roby roby 9 février 11:42

      @zygzornifle
      Pourquoi vous n’allez pas vous engager dans l’armée UK ?


    • JPCiron JPCiron 13 février 17:51

      @Eric F

      en fait leur marge d’action était limitée >

      Les prostitués font leur métier, qui est de faire ce qu’on leur enjoint de faire, vous avez raison...


    • Com une outre 7 février 19:27

      Il y en a un en Russie qui doit bien se marrer.


      • zygzornifle zygzornifle 8 février 08:39

        Alors pourquoi ils livrent des armes a l’Ukraine, pour accélérer sa défaite ils devraient les livrer a la Russie pendant qu’on y est ....


        • saint louis 9 février 19:43

          @zygzornifle
          C’est exactement la question que je me pose.
          Si l’UKN n’est pas dans les plans pour être membre de l’OTAN pourquoi continuer à encore

          leur fournir des armes ?
          Probablement pour respecter le terme employé« jusqu’au dernier Ukrainien ».
          Sauf que Blackrock ne pourra plus récupérer les territoires conquis pas la Russie.


        • Eric F Eric F 8 février 11:11

          L’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN, avec son désir d’en découdre et prendre sa revanche, serait un énorme risque pour la sécurité du reste de l’Europe. En outre, elle a accumulé de l’armement qu’on lui a livré et se posera en leader continental.

          La question n’est donc pas de différer l’adhésion, mais de l’écarter par principe. Cette question pèsera de toute façon lors des pourparlers avec la Russie et conventions suite au présent conflit.

          -----

          J’ajoute qu’elle ne devrait pas non plus être intégrée à l’UE, car ce serait la mort de notre agriculture déjà moribonde, des délocalisations supplémentaires, et une charge financière colossale de reconstruction et relance payée par les pays contributeurs dont la France est l’un des principaux.
          Faisons gaffe sur le choix des représentants que nous élirons au Parlement européen, pour que l’UE cesse d’être le seul bloc au monde à favoriser l’extérieur par rapport aux pays membres.

          Seuls 29% des Français souhaitent que l’Ukraine entre dans l’Union européenne

          Ce n’est pas une question de sentiment, mais de faire prévaloir nos intérêts, dans l’état de fragilité et de délabrement où nous sommes déjà,


          • Iris Iris 11 février 12:15

            @Eric F
            Les politiques feront ce qu’il faut pour intégrer l’Ukraine dans l’UE. Ca va permettre aux oligarques de faire de belles affaires, et en primes ils seront des héros bienveillants. Les conséquences économiques ils s’en fichent, ils feront payer le peuple qui a parait-il encore quelques économies. Bon après va falloir qu’ils fassent attention quand même à pas énerver de trop.

             Faisons gaffe sur le choix des représentants que nous élirons au Parlement européen, pour que l’UE cesse d’être le seul bloc au monde à favoriser l’extérieur par rapport aux pays membres.

            J’ignore si les partis politiques ont officiellement pris position.
             

          • jjwaDal jjwaDal 11 février 13:53

            @Eric F
            Plusieurs choses sont soigneusement balayées sous le tapis aujourd’hui pour ne pas voir l’étendue du désastre consécutif à des choix politiques prévisiblement très dangereux.
            La première est que « nous » (les USA pour simplifier) aurions des droits exclusifs autoproclamés, interdits à tout autre pays, comme installer des bases militaires potentiellement offensives dans un pays tiers sous les fenêtres d’une puissance nucléaire...
            On oublie la doctrine « Monroe » qui interdit à tout pays « proche » des USA, d’Amérique centrale et Latine d’avoir des bases militaires étrangères chez eux, alors même qu’aucun (songeons à Cuba en 1962) n’a de frontière avec les USA.
            Si on considère que l’Ukraine a le droit d’entrer dans l’OTAN et les conséquences, alors le Mexique ou Cuba ont le même droit d’héberger des bases militaires russes ou chinoises ou d’ouvrir leurs ports à la marine militaire de ces deux pays. Or on sait que la réaction des USA serait violente comme en 1962.
            Il s’en suivrait une crise des « Pershing » gravissime, à savoir une muraille de missiles hypersoniques nucléaires de part et d’autre d’une frontière terrestre, avec le risque que toute erreur, en l’absence de délai de réflexion suffisant, entraîne ce que tout le monde veut éviter, savoir un échange nucléaire. Les USA ont ouvertement alimenté la paranoïa russe en parlant de démantèlement de la Russie et même de frappes préventives dans le passé.
            Ensuite si tout le monde en Europe a baissé la garde depuis la chute du mur, c’est que tout le monde voyait que Poutine ne maintenait pas ni ne bâtissait une armée d’invasion, tout le contraire (d’où les 180 000 soldats envoyés en Ukraine, soit 10% des effectifs qu’il aurait fallu pour envahir le pays). La neutralité de l’Ukraine (pour apaiser la Russie) et la prise en compte des séquelles de l’histoire , avec le statut spécial demandé pour l’est ukrainien était très raisonnable. Factuellement la Russie a attendu 8 ans en refusant la demande d’intégration à la Russie, une solution préservant le Donbass en Ukraine.
            Tout indique que cette guerre était parfaitement évitable, car ni les russes ni les européens (les pays qui comptent) n’y avait intérêt, tout au contraire.
            On l’a, car un pays non européen (mais le plus influent politiquement dans l’U.E., à savoir les USA) a voulu accorder à l’Ukraine un privilège qu’il refuserait à la Russie ou la Chine, à savoir servir de base avancée à la politique de projection de force d’un Etat ouvertement hostile à l’Etat voisin.
            Si on avait des dirigeants européens soucieux de l’intérêt de leur pays ou même de ceux de la communauté de pays à laquelle ils appartiennent, ce conflit n’aurait jamais existé.
            On sait qu’il n’en est rien...


          • Tolzan Tolzan 8 février 11:33

            Que les Polonais soient favorables à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est logique. Ils sont viscéralement hyper-archi-antirusses et il faut reconnaître qu’ils ont historiquement des raisons pour l’expliquer.
            Que les Allemands soient opposés à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est logique parce qu’ils sont d’accord pour donner des armes à Kiev, mais ils se rappellent que c’est l’armée rouge qui détruisit principalement l’armée du IIIe Reich en Europe centrale et que les Russes arrivèrent jusque Berlin qui fut réduite en en champ de ruine. Ensuite, les Russes occupèrent la ville au ¾ pendant plus de 30 ans, ce que l’on a appelé Berlin-Est.

            Que les Américains soient opposés à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est logique parce qu’ils sont prêts à faire tuer jusqu’au dernier Ukrainien pour asseoir leur domination mondiale… mais n’ont nullement envie de risquer, par le jeu des alliances, une guerre mondiale contre la Russie qui serait infiniment plus dangereuse pour eux que de balancer des bombes atomiques sur le Japon qui ne pouvait pas riposter. En fait, la situation actuelle en Ukraine convient parfaitement aux Américains qui ont atteint leurs objectifs : 1) Faire la guerre aux Russes par procuration ; 2) Ruiner économiquement l’Europe occidentale qui s’est engagée dans le suicide des sanctions antirusses et a perdu un approvisionnement en énergie bon marché.


            • Eric F Eric F 8 février 14:14

              @Tolzan
              -Polonais antirusses : c’est vrai

              -Allemands : si on suivait votre évocation de la seconde guerre mondiale, ils devraient tout autant être antirusses. La question est donc d’une autre nature, c’est qu’ils sont conscients qu’il ne faut pas rendre endémique l’état de conflit (ils avaient bénéficié de la détente et coopération avec la Russie jusqu’en 2022)

              -Américains : ils ont compris qu’ils ont poussé leur pion une case trop loin, ils ne veulent pas une propagation.
              Ils y perdent en terme d’influence mondiale, et ont échoué à affaiblir la Russie ce qui était leur objectif. Vis à vis de l’Europe qui était déjà larguée économiquement, l’Amérique a quand même intérêt à garder ses vassaux assez valides pour en tirer profit, et également pour se désengager militairement à l’avenir.
              Les ’’affaires’’ ont effectivement tiré leur épingle du jeu, mais pas le prestige.


            • Tolzan Tolzan 8 février 16:24

              @Eric F. Bonsoir Eric, 

              La vérité sur la position allemande de s’opposer à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est sans doute intermédiaire entre votre interprétation (ne pas rendre la guerre endémique) et ma vision qui est que les Allemands savent qu’une la guerre contre les Russes peut coûter très très cher. Ils n’ont pas oublié la IIe guerre mondiale. Certes, ils sont allés par exemple jusque Leningrad, mais, ils ne sont pas passés… même si l’on estime aujourd’hui à 800 000 le nombre de Russes décédés dans cette bataille, principalement de froid et de faim. C’est la version russe de « no pasaran ».

              Par la suite, les Russes n’ont pas fait de quartier quand, à partir de 1943, ils progressèrent vers l’Ouest détruisant les armées allemandes… pour avancer jusque Berlin, détruire la ville et occuper les ruines. Nous, Français, n’avons pas idée du niveau de destruction de Berlin, même en 1962 quand je l’ai visitée, spécialement Berlin Est. Les Allemands ont une mémoire collective et nullement envie de courir le risque d’un tel drame où le jeu des alliances pourrait les conduire si Kiev entrait dans l’OTAN. Le jeu des alliances : les Allemands se souviennent aussi de la guerre de 14-18 !

              Prudence est mère de sûreté.


            • Et hop ! Et hop ! 8 février 19:00

              @Tolzan :

              L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est absolument impossible parce que les statuts interdisent formellement l’adhésion d’un pays en guerre : c’est un traité d’e défense de pays en paix, pour le cas où l’un d’eux serait attaqué. C’est comme une assurance qu’on ne peut pas souscrire pour un sinistre qui est déjà commencé.

              C’est pour ça que M. Biden avait déjà dit que ce serait envisageable uniquement quand l’Ukraine ne serait plus en guerre.


            • Eric F Eric F 9 février 10:16

              @Et hop !
              La condition de ne plus être en guerre n’est pas suffisante, il faut que les causes de guerres soient réglées, sinon elle peut se rallumer à tout moment, donc il faut davantage qu’un cessez le feu, mais un traité ou convention.


            • Et hop ! Et hop ! 9 février 15:15

              @Eric F :

              Plus précisément, le traité de l’OTAN interdit l’adhésion à un pays qui a un conflit frontalier en cours, car son adhésion obligerait automatiquement tous les pays membres à prendre part à au conflit, donc à entrer en guerre.


            • Eric F Eric F 9 février 17:56

              @Et hop !
              Si ça se termine ’’à la coréenne’’ par un armistice sans traité, le conflit risque de rester latent pendant longtemps, faisant obstacle à l’adhésion à l’OTAN.
              Et par ailleurs, on n’imagine pas la Russie accepter dans un accord de fin de conflit l’otanisation de l’Ukraine après avoir fait une guerre pour la contrecarrer.
              Donc il est probable que l’Ukraine n’intégrera jamais l’OTAN.

              Cela peut même faire obstacle à une entrée de l’Ukraine dans l’UE, sachant qu’il existe une clause de défense entre états membre qui se superpose à celle de l’OTAN dont certains pays ne sont pas membres.


            • Et hop ! Et hop ! 12 février 00:22

              @Eric F
              Les Américains ne déclarent jamais la guerre, ils ne respectent pas les accords de la Haye et les Conventions de Genève, et ils ne signent jamais de traité de paix avec le chef de l’État vaincu : ils le jugent sommairement et l’assassinent. C’est ce qu’ils auraient fait avec M. Poutine si ils avaient gagné.

              Comme les Américains ne sont pas officiellement belligérants, ils n’auront pas leur mot à dire sur le traité qui mettra fin à la guerre entre le gouvernement ukrainien et le gouvernement russe, ni la perfide Albion, ni les autres pays hostiles comme la France et l’Allemagne. Toutes leurs représentations devront quitter le pays définitivement : ONG, laboratoires biologiques, trafics de drogue, d’enfants, d’organes, investisseurs, et autres propriétaires de terres, entreprises, conseillers, mercenaires, etc. ; C’est le principal but de guerre de la Russie.


            • https://t.me/russiejournal/39472

              Я RUSSIE News" vous propose de regarder L’interview complète tant attendue en version française : Tucker Carlson interroge Vladimir Poutine (durée 2h08mn)

              Malgré toutes les tentatives visant à empêcher un journaliste et présentateur de télévision américain de réaliser cette interview sensationnelle, Tucker Carlson s’est rendu en Russie pour s’entretenir avec Vladimir Poutine. Carlson a ouvertement déclaré que son objectif était de diffuser des informations véridiques sur ce qui se passe en Russie, afin de faire la lumière sur un sujet de plus en plus déformé par les médias.
              t.me/russiejournal

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité