• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les contradictions autodestructrices de l’Occident

Les contradictions autodestructrices de l’Occident

L’Occident qui veut encore dominer le monde, est devenu le lieu d’insoutenables contradictions qui le menacent à terme.

 

La première, la plus importante, peut-être ontologique, est celle de son capitalisme qui a changé de paradigme.

En passant du capitalisme classique au capitalisme immatériel, que je nomme également turbo-capitalisme, il est parvenu à une étape décisive à partir de laquelle sa chute est la perspective la plus probable de son avenir.

Fondé sur une alliance entre les GAFAM, le big pharma et la finance déterritorialisée, le système a visé essentiellement à se débarrasser le plus possible de ce qui est matériel, physique, construit à base de matière et d’énergie et demandant un travail, pour le remplacer par des services immatériels, ou des objets eux-mêmes, par exemple connectés, contenant plus d’immatériel que de matériel.

Pour cela, il faut désindustrialiser les pays les plus avancés, l’Europe et les USA, et remplacer le travail de fabrication par celui de l’information. De la même façon, cela nécessite de se débarrasser d’une partie de la population, via les hausses vertigineuses des prix, la rareté de l’énergie, la disparition des soins et de la justice, l’allongement sans fin de l’âge de la retraite.

Pour imposer ce modèle à la planète, justifié par la modération énergétique et la décarbonisation, les USA et l’UE ont décidé d’attaquer la Russie et la Chine, qui n’entrent pas dans un tel paradigme de destruction des populations par les élites.

La folie hystérique des Ukrainiens a fait le bon job, russophobes attaquant sans cesse les russophones jusqu’à ce que la Russie décide de les protéger.

Les sanctions économiques auraient dû la faire disparaître rapidement, la désorganisation et l’incapacité légendaire des Russes à défendre leur territoire achevant sur le terrain la déroute économique. En quelques mois, Biden et La Hyène auraient dû débarquer à Moscou dans l’acclamation du peuple russe enfin libéré d’un tyran épuisé et malade.

La Russie n’a pas craqué, bien au contraire et ce sont les peuples occidentaux qui, comme au Royaume-Uni ou en France, défilent dans les rues et font grève, face à des gouvernements qui nient tout droit au peuple auquel ils ont demandé les scrutins et qu’ils haïssent ouvertement.

Le désastre économique n’est pas du côté où il aurait dû être, mais touche ceux qui ont décidé des sanctions. Sur le terrain, le désastre est le même via le nombre de disparus du côté du bien, le seul, c’est-à-dire le nôtre.

Le dilemme occidental se situe entre le fait de renforcer le côté industriel traditionnel, au risque de perdre l’avancée antérieure sur les taux de profits, ou bien garantir ceux-ci au risque de voir l’équilibre des forces basculer en faveur des ennemis déclarés de l’occident, la Russie, le Chine et désormais des pays de plus en plus nombreux qui se détachent du modèle occidental à la vue de ce qu’il est devenu.

L’effondrement industriel est programmé depuis longtemps, entre la baisse systématique de l’enseignement, de la recherche, et la perte de prestige des emplois qui y sont liés, face à un gonflement spectaculaire des secteurs de la communication, du marketing, et bien entendu de la sphère de haute technologie numérique et d’interneti(i).

L’Union européenne, par exemple, ne cesse de vouloir désindustrialiser et digitaliser, pour entrer dans une ère numérique avec le mythe que cette transformation résoudrait y compris les problèmes de santé ou d’énergie. Bien entendu, le contrôle systémique des citoyens est l’une des clefs de cette réussite hypothétique.

Remplacer l’homme par la machine, n’avoir des relations humaines qu’à travers les écrans maîtrisés par les GAFAM, nous faire manger des insectes, ne plus nous chauffer, ne plus rien posséder de concret, rencontrer des médecins virtuels, c’est l’avenir qui nous est prévu, avec en justification l’avenir de la planète, qui n’est qu’un slogan destiné à nous faire accepter ce totalitarisme vert.

Mais si les peuples anesthésiés de l’Europe épuisée et soumise aux États-uniens acceptent le pire des avenirs dystopiques, le reste du monde garde la tête froide et se rend compte de la supercherie. Ils sont non pas dans le paradis immatériel que veulent nous faire avaler nos dirigeants psychotiques, mais dans le réel.

Dans une entrevue remarquable, Jacques Sapirii(ii) a bien expliqué la problématique actuelle et l’incapacité occidentale à produire ce qu’ils ont besoin pour réaliser leurs promesses.

La contradiction à l’œuvre n’aide pas à ouvrir les yeux, mais au lieu de l’affronter, elle aide à créer un monde dichotomique où la démophobie, c’est-à-dire la haine des peuples, pousse les gouvernements à généraliser les mensonges afin de se cacher de la vérité, et nous enfoncent encore plus.

JPEG

La deuxième contradiction, qui en découle, est de demander une adhésion sans borne à une population que l’on voue à la destruction.

C’est au sein de l’UE que cette contradiction est la plus flagrante, car elle s’affiche en donneuse de leçon universelle, avec des règles qu’elle invente et recrée à sa guise.

L’UE basée sur des valeurs universelles, est censée nous garantir la démocratie, la paix et la prospérité. Mais en vérité, au-delà du discours, c’est exactement l’inverse qui advient.

Lorsqu’elle parle d’égalité, il s’agit uniquement d’assurer celle-ci sur les marchés, que ce soit de l’emploi, de la consommation, des capitaux, voire de la détresse. L’unique souci en la matière de l’UE est que nul ni rien n’échappe au marché, afin d’assurer la concurrence libre et non faussée de tous contre tous. Il n’y a derrière cela aucun humanisme, aucun respect de l’être humain dans son intégrité, aucun souci de la dignité personnelle de chacun.

Lorsqu’elle parle de démocratie, de la même façon, il faut non pas entendre la libre expression des citoyens, mais la soumission de la population à la règle précédente, à savoir l’obéissance au marché qui est estimé être la valeur en soi de la démocratie européenne. Cette obéissance inclut désormais l’acceptation des contraintes imposées par l’idéologie du réchauffement et l’écologie totalitaire, impliquait restrictions, abandon de la réflexion, et soumission des nations au marché du carbone, car bien entendu la seule vision d’une solution passe par… le marché. Il est inutile dans ce cas de dire que le but est l’enrichissement d’entreprises « vertes », comme peuvent l’être les mégapoles capitalistiques de l’énergie. Les médias sont désormais ouvertement sommés de trier les idées adéquates au système de celles indésirables jusqu’à rendre celles-ci illégales et passibles de poursuite.

Lorsqu’elle parle de prospérité, c’est pour nous faire avaler l’effacement progressif des conditions de vie qui nous ont permis jusque-là de vivre. Destruction des pavillons avec leurs jardinets remplacés par des écoquartiers où pas un brin d’herbe ne pousse ni le moindre animal ne vit, suppression drastique de l’énergie bon marché, remplacement de la nourriture traditionnelle par des ersatz que pas même les nazis n’avaient pensé, comme les insectes ou leurs larvesiii(iii), mise en fiche générale des citoyens tant dans leurs déplacements que dans la gestion de leur santé, de leur consommation quotidienne à travers les objets connectés, de leurs ressources énergétiques, ou de leurs idées via internet, en lien direct avec la perte de la vraie démocratie dans un monde où penser hors de la norme peut mener en prison.

L’utopie universaliste que devait représenter l’Europe s’est transformée en dystopie totalitaire, notamment à partir du Covid où la propagande de masse associée à une multiplication des interdictions a permis de voir jusqu’où les peuples pouvaient être aliénés. L’expérience a malheureusement montré que les populations européennes n’avaient aucune limite, comme déjà le nazisme l’avait démontré, seule une fraction minimale de la population ayant résisté, ce qui a sauvé malgré tout la bonne conscience des autres.

Aujourd’hui, les résistants, qui à l’époque étaient vilipendés comme « juiverie internationale » ou « milieux interlopes » sont dénoncés comme complotistes et l’affaire est jouée. Les mêmes mécanismes produisent les mêmes effets, même si les mots changent.

La cerise sur le gâteux, si l’on veut bien admettre l’expression, est bien entendu l’idéal de paix soi-disant à la base de la construction européenne, transformée désormais ouvertement en machine de guerre. Appuyée par les USA qui s’en lavent les mains, assistant avec joie à son suicide, l’UE, avec à sa tête l’Allemagne, suivie benoîtement par une France félonne, veut de nouveau ouvrir un vaste front de l’Est via l’Ukraine et marcher sur Moscou avec ses chars. Il va sans dire que le retour du même est effarant, puisque tout le monde avait pensé « plus jamais ça ! ». Eh bien voilà, nous y retournons. L’horreur n’a pas de limite chez ces gens-là.

S’il reste aux peuples un tant soit peu de jugeote, il est temps, grand temps, de dire « non », avant que tout ne soit détruit d’une Europe qui une fois de plus s’emploie à de détruire elle-même sous la houlette de son mentor états-unien. Mais cette fois-ci, le reste du monde n’est plus passif et sait que le temps de sa domination est fini, définitivement. La résurgence économique via le pillage d’autrui n’aura plus lieu.

 

D’autres contradictions secouent l’Occident, dont le risque systémique lié au dollar, une des causes de l’agression anti-russe, mais qui, au lieu d’imposer la « redollarisation » pousse au contraire nombres de pays à se dédollariser, entraînant une probabilité accrue d’effondrement financier, notamment aux USA. Plus ils sont agressifs, plus ils deviennent problématiques et plus nombre de pays cherchent à se défaire du système-dollar, entraînant, non pas un ralliement par la contraire, mais un éloignement par l’anticipation des risques.

 

Nous sommes peut-être entrés dans une ère de perfect storm dont il est difficile de savoir comment on en sortira.

 

iiVoir la vidéo sur le site de vu du droit : https://www.vududroit.com/2023/02/la-guerre-en-ukraine-video-n-25/

 

iiiVoir le site les règlements d’exécution : https://eur-lex.europa.eu/eli/reg_impl/2023/58/oj et https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32022R0188&qid=1675971409746 sur les nouvelles catégories d’aliment permettant que les farines puissent contenir soit des larves, pour le premier, soit des grillons pour le second !


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Étirév 10 février 09:25

    Exposé fait par René Guénon le 17 décembre 1925 à Paris à la Sorbonne :
    Pour nous, la grande différence entre l’Orient et l’Occident (et il s’agit ici exclusivement de l’Occident moderne), la seule différence même qui soit vraiment essentielle, car toutes les autres en sont dérivées, c’est celle-ci : d’une part, conservation de la tradition avec tout ce qu’elle implique ; de l’autre, oubli et perte de cette même tradition ; d’un côté, maintien de la connaissance métaphysique ; de l’autre, ignorance complète de tout ce qui se rapporte à ce domaine. Entre des civilisations qui ouvrent à leur élite les possibilités que nous avons essayé de faire entrevoir, qui lui donnent les moyens tes plus appropriés pour réaliser effectivement ces possibilités, et qui, à quelques-uns tout au moins, permettent ainsi de les réaliser dans leur plénitude, entre ces civilisations traditionnelles et une civilisation qui s’est développée dans un sens purement matériel, comment pourrait-on trouver une commune mesure ? Et qui donc, à moins d’être aveuglé par je ne sais quel parti pris, osera prétendre que la supériorité matérielle compense l’infériorité intellectuelle ? Intellectuelle, disons-nous, mais en entendant par là la véritable intellectualité, celle qui ne se limite pas à l’ordre humain ni à l’ordre naturel, celle qui rend possible la connaissance métaphysique pure dans son absolue transcendance. Il me semble qu’il suffit de réfléchir un instant à ces questions pour n’avoir aucun doute ni aucune hésitation sur la réponse qu’il convient d’y apporter.
    La supériorité matérielle de l’Occident moderne n’est pas contestable ; personne ne la lui conteste non plus, mais personne ne la lui envie. Il faut aller plus loin : ce développement matériel excessif, l’Occident risque d’en périr tôt ou tard s’il ne se ressaisit à temps, et s’il n’en vient à envisager sérieusement le « retour aux origines », suivant une expression qui est en usage dans certaines écoles d’ésotérisme islamique. De divers côtés, on parle beaucoup aujourd’hui de « défense de l’Occident » ; mais, malheureusement, on ne semble pas comprendre que c’est contre lui-même surtout que l’Occident a besoin d’être défendu, que c’est de ses propres tendances actuelles que viennent les principaux et les plus redoutables de tous les dangers qui le menacent réellement. Il serait bon de méditer là-dessus un peu profondément, et l’on ne saurait trop y inviter tous ceux qui sont encore capables de réfléchir.
    Terrain d’entente entre l’Orient et l’Occident


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 10 février 11:21

      @Étirév

      Exactement, mais il faut remarquer que l’Occident s’est également servi de certaines traditions Orientales en les recyclant pour détruire les traditions Occidentales de l’intérieur.

      Le dévelloppement personnel, le positivisme et la tolérance systématique ont permis de faire croire à un renouveau du spirituel dans la sphère ultra-matérielle alors qu’elles ne visent qu’a tuer dans l’oeuf toute transcendance véritable et de rendre le recours au matérialisme incontournable.

      Si bien que les bienveillants tolérants de l’Occident n’ont plus rien à envier aux sagesses orientales qui ne sont plus bonnes qu’a comptempler lors d’un voyage dépaysant et démonstatif.


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 10 février 11:24

      @Florian LeBaroudeur

      Si bien que les bienveillants tolérants de l’Occident n’ont plus rien à envier aux sagesses orientales qui ne sont plus bonnes qu’a comtempler lors d’un voyage dépaysant et démonstratif.


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 10 février 09:54

      Vous avez parfaitement décrit l’insoutenable impasse à laquelle nous sommes confrontés et l’impossibilité de s’en extraire, car il n’est maintenant plus possible de faire quoi que ce soit sans bobo.

      Nous sommes comme à bord du bus du film SPEED où si le bus ralentit, la bombe explose, si le bus continue sa route, la bombe finira par exploser faute d’essence.

      Dans ces conditions, la démence des passagers ainsi que le besoin de maintien d’ordre du conducteur en se raccrochant chacun à un sauvetage miraculeux et utopique ne fait qu’accroitre la pesanteur de l’atmosphère ambiante jusqu’à l’initiative fatal qui ne fait que précipiter l’inéluctable.  


      • tashrin 10 février 10:39

        Très bon article, tant sur le fond que sur la forme, merci


        • GoldoBlack 10 février 19:47

          @tashrin
          Faut juste pas être exigeant. Mais en effet, c’est un article de nature à plaire aux veaux !


        • JPCiron JPCiron 11 février 08:43

          @tashrin

          Oui, c’est un Article très intéressant.

          Il fait aussi très justement remarquer notre tendance à la soumission :

          < La démocratie = la soumission, l’obéissance au marché > (l’ auteur)


          En effet, nous avons depuis longtemps été formatés à la soumission et à l’obéissance

          < Car l’amour de Dieu consiste a garder ses commandements> (1jean 5:3)
          Voir aussi (Jean 14:21) (Deut 27:10) etc etc


          L’obéissante soumission, nous l’avons maintenant dans l’ADN, et on l’applique partout. Tout en faisant mine de se rebeller, parfois. Mais sur le fond, nos sociétés sont construites avec une architecture de soumission obéissante.


        • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 10 février 11:23

          Une petite correction (erratum) :

          au lieu de

          Plus ils sont agressifs, plus ils deviennent problématiques et plus nombre de pays cherchent à se défaire du système-dollar, entraînant, non pas un ralliement par la contraire, mais un éloignement par l’anticipation des risques.

          lire

          ... non pas un ralliement par la contrainte...


          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 10 février 16:44

            @Jean-Paul Foscarvel
             Juste une question : puisque vous aimez la Russie et la Chine, pourquoi n’y allez-vous pour y vivre ?


          • Grincheux paparazzo 10 février 11:29

            Merci pour cette analyse pertinente

            malheureusement, vous ne proposez pas de stratégie pour en sortir,, et en plus, si « La deuxième contradiction, qui en découle, est de demander une adhésion sans borne à une population que l’on voue à la destruction. »

            on ne peut que constater que ça marche, car la première de ces « adhésions » consiste à devenir addict de la « connexion » à commencer par l’adoption du smartphone (et vous et moi n’échappons pas à ce conditionnement)


            • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 10 février 11:47

              @paparazzo

              L’auteur a juste le tord d’étre trop « réaliste »

              Il faut arrêter de se raconter de belles histoires, se sortir de la m...exige de se faire violence tant sur le plan physique que sur le plan psychique pour survivre. C’est la loi de la nature, elle est implacable, incontounable et nul ne peut s’y soustraire.


            • microf 10 février 14:11

              @paparazzo

              Très bon et pertinent article dans le fond et dans la forme, bravo á l´auteur.

              Heureusement que ce n´est pas @microf qui a écrit cet article, on m´aurait déjá traité comme á chaque fois que je critique cet Occident, d´anti-culture occidentale, d´anti-Blancs, jaloux des réussites occidentales.

              À quoi cela servira-t-il si l´auteur propose des stratégies ? Il ya en Occident des personnes qui proposent des stratégies pour sortir de la crise dans laquelle se trouve cet Occident, sont-elles écoutées ?

              D´après moi, il ya des stratégies dans comment en sortir de cette crise dans laquelle l´Occident se trouve aujourd´hui dans l´article de l´auteur, il suffit de lire l´article et de faire le contraire de ce qui est fait ou a été fait pour en arriver lá.
              Mais est-ce que la volonté y est en Occident de faire démi tour ?

              L´auteur a même proposé qu´il ne reste plus qu´au peuple de se lever et de dire NON. Le pouvoir appartient au peuple, si ces peuples occidentaux se levaient en masse et disaient NON á l´abattoir vers lequel ils sont conduits, il y aurait un changement.

              Prenons le cas de l´Ukraine et de ce que viennent de dire l´ex-Chancelière Merkel et l´ex-Président Hollande. Après de telles déclarations, ces deux devraient déjá être aux arrêts, traduits en justice et enfermés á vie, eh bien non, ces deux continuent á péronner,á se ballader et á narguer le monde entier.

              Comment Merkel et Hollande ont attisé la guerre en Ukraine
              https://www.institutschiller.org › article
              17 Jan 2023 — Or, le 7 décembre 2022, dans un entretien à Die Zeit, Angela Merkel avoua que les Accords de Minsk n’avaient été, en réalité, qu’une tentative ...

              Si les peuples occidentaux ne se lèvent pas, alors, ils vont disparaitre.
              Il n´est jamais trop tard, Peuples occidentaux levez-vous et dites NON á cette politique de vos Dirigeants qui vous entrainent á votre disparition.

            • GoldoBlack 10 février 19:46

              @Florian LeBaroudeur
              Le torD ?
              C’est tordu, tordant ou tortueux de faire ainsi gratuitement du tort par ces leurres à l’heure du thé ?


            • JPCiron JPCiron 11 février 08:48

              @paparazzo

              Bonjour,

              stratégie pour en sortir >

              Mon sentiment est que, globalement, nous sommes un produit du Système et des ’’Valeurs’’ qui le sous-tendent.

              Pour passer à un autre Système, nous devrions d’abord acquérir d’autres ’’Valeurs’’, qui, nécessairement, nous font horreur aujourd’hui...

              C’est pourquoi, je pense qu’il faudra que nous nous écrasions contre un mur pour repartir sur un autre pied. Peut-être.


            • yakafokon 11 février 11:49

              @paparazzo
              La seule stratégie possible, c’est de sortir de l’Union Européenne, en faisant comme les britanniques : par le BREXIT !
              Contrairement à la Grande-Bretagne, la France n’est pas une île, mais un nœud économique incontournable pour toute l’Europe !
              Les importations, les exportations, empruntent nos autoroutes, notre réseau ferroviaire, nos canaux, nos fleuves, nos ports, et nos aéroports.
              Si la France ( puissance nucléaire ) sort de l’Union Européenne, c’en est fini de l’OTAN !
              Nous ne serons pas entrainés vers la guerre pour défendre les intérêts des Etats-Unis, nous retrouverons nos frontières, notre contrôle des trafics clandestins et de l’immigration clandestine, notre Banque de France, notre monnaie le Franc, notre industrie, notre agriculture...et notre liberté !
              Bien sûr notre monnaie sera dévaluée, mais ce sera autant de gagné pour nos exportations !
              Et nous verrons revenir les touristes chinois, dont le pouvoir d’achat sera boosté !
              Maintenant, si les smartphones deviennent trop chers, il faudra apprendre à s’en passer ( comme moi ).
              Celui qui peut déclencher le processus de sortie de l’Union Européenne, c’est notre « Roi Soleil » Emmanuel 1er, car il est le seul à en avoir le droit !
              Il faut donc le virer de gré ou de force, par tous les moyens !
              Sinon on est morts !
              Allez sur le site de François Asselineau, il vous expliquera tout ça !
              www.upr.fr


            • 1) La folie hystérique des Ukrainiens a fait le bon job, russophobes attaquant sans cesse les russophones jusqu’à ce que la Russie décide de les protéger.

              Au bout de presque 12 mois de conflits, des commentateurs politiques se souviennent de la déclaration de Merkel :

              «  Le Protocole de Minsk était un leurre pour gagner le temps de l’armement de l’Ukraine »

              un bémol contradictoire cependant : le Gvt allemand était réticent à rompre ses liens commerciaux et énergétique avec la Russie...au point de forcer les Rozbifs à détruire le Nordstream 2 à la demande du Ynakee.

              2) Appuyée par les USA qui s’en lavent les mains, assistant avec joie à son suicide, l’UE, avec à sa tête l’Allemagne, suivie benoîtement par une France félonne,

              selon des commentateurs assez nombreux et hors des clous, ce serait plutôt l’inverse. Le Yankee est tête de cordée pour décider de la politique, Zizy-Piano ne commence-t-il pas par Washington le tour des Capitales du « Monde Libre »


              • roman_garev 10 février 12:08

                Dmitry Medvedev :

                Le barbon Biden se présente comme candidat très probable pour un second mandat.

                Ce qui a été noté sur le premier :
                1. Il confond les noms, les titres, les dates et se perd dans son propre bureau.
                2. Il garde des documents secrets dans le garage de sa maison personnelle.
                3. Il a dépensé plus de cent milliards de dollars pour un pays en train de s’effondrer et inconnu des Américains ordinaires, mais :
                4. il déverse tous les problèmes économiques des États-Unis sur les machinations de la Russie.
                5. Il peut déclencher une troisième guerre mondiale en raison de la distraction.

                Bien sûr, la démence progressive n’est pas un obstacle à la réélection du président des États-Unis.

                ===============

                J’ajouterai : vous avez mérité vos bidens, vos scholz et vos microns.

                Bonne chance dans votre guerre contre contre la Russie avec des chefs des armées pareils !


                • karibo karibo 10 février 14:29

                  @roman_garev
                  Je dirai vous avez aimé biden, macron merkel vous allez adorer les successeurs , voir revoter pour, n’ oubliez pas il faut faire barrage au fascisme Le pen et voter pour le démocrate zelenski ...
                  les lobotomisés du cerveau et particulièrement ces dominants embrayages n’ ont que ce qu’ ils méritent !


                • William William 10 février 18:49

                  @roman_garev
                  ’’5. Il peut déclencher une troisième guerre mondiale en raison de la distraction’’


                  si ce n’est que Biden n’est pas en capacité de retenir le code de déclenchement de l’arme nucléaire.


                • chapoutier 10 février 19:02

                  @William
                  si ce n’est que Biden n’est pas en capacité de retenir le code de déclenchement de l’arme nucléaire.

                  si c’est censé nous rassurer c’est un peu loupé


                • William William 10 février 19:28

                  @chapoutier
                  désolé, c’était juste une tentative loupée d’ironiser.


                • chapoutier 10 février 19:33

                  @William
                  je me sens beaucoup plus rassuré d’un coup smiley


                • yakafokon 11 février 11:09

                  @William
                  Ne vous inquiétez pas ! Il y a du monde derrière lui pour lui souffler le code, et lui tenir le doigt qui va appuyer sur le bouton !
                  Ce sera la fin des Etats-Unis, qui seront réduits en un petit tas de gravats, à la satisfaction générale, et les rares survivants seront obligés à vivre comme l’homme de Néanderthal !
                  Il ne faut pas oublier que ce pays de tarés se situe sur une zone de failles tectoniques, et qu’une ogive hypersonique sur la faille de San Andréa, ou sur la caldera du parc de Yellowstone transformerait le pays en volcan géant !
                  Par-contre, la Russie n’a aucune zone sismique sur son territoire, et possède des centaines d’abri anti-atomiques dans les principales villes, et une défense anti-aérienne à la pointe de la technologie !
                  Mais faire la guerre à la Russie, alors qu’ils savent qu’ils la perdront, n’est pas dans l’intention des Etats-Unis ( on ne fait pas la guerre à son principal fournisseur de g.n.l. Yamal livré par méthaniers, et de pétrole Urals par tankers ).
                  Non ! Ce qu’ils veulent, c’est désindustrialiser, affaiblir l’Union Européenne, et la pousser à affronter la Russie, de façon à empêcher à tout prix la formation d’un bloc économique allant de la pointe de la Bretagne jusqu’à la frontière chinoise.
                  Et ces charognards s’y emploient depuis 1945 !
                  Mais les dirigeants européens sont tellement cons ou vendus, qu’ils vont nous envoyer comme esclaves soumis, nous faire trouer la peau en Ukraine pour sauver le régime nazi de ce pays corrompu jusqu’à l’os, sur ordre de l’Oncle Sam !
                  Alors qu’il nous suffit de sortir de l’Union Européenne, de la Banque Centrale Européenne, en appliquant les articles de la Constitution Européenne qui nous le permettent ( article 50, et article 13 de la partie consacrée à la défense, pour sortir de l’ O.T.A.N. ).
                  Mais pour cela en France, il faudrait réunir 1.500.000 voix pour demander un référendum.
                  Sauf que...le seul à pouvoir le mettre en œuvre, c’est notre nazi en chef !
                  Il ne nous reste plus que la rue pour arriver à sortir de ce « piège à cons » savamment élaboré par les Etats-Unis, qui nous entrainent vers une catastrophe économique voulue par tous les cons qui ont voté Macron au 2ème tour !
                  De la lecture ?
                  www.upr.fr
                  Ou bien Wikipedia, pour savoir qui vous avez loupé ! ( interdit des plateaux-télé ).
                  Sinon, ce sera à vous de voir : la bouffe , la bagnole, ou le chauffage !
                  On peut également se chauffer au plutonium, il parait que ça chauffe très bien ( un peu trop, peut-être ) !


                • roby roby 10 février 14:33

                  Le 8 février 2023, lors d’une visite éclair du Président ukrainien à Paris, Emmanuel Macron a décerné la légion d’honneur à Volodymyr Zelensky, déshonorant ainsi définitivement la France.

                  Après n’avoir rien fait pour que l’Ukraine respecte les accords de Minsk, après avoir fourni des armes sans fin à Kiev pour qu’elle puisse continuer à massacrer les civils du Donbass, après avoir encouragé Zelensky dans sa folie suicidaire en refusant que la Russie puisse gagner cette guerre, poussant de fait l’Ukraine à envoyer tous ses hommes se faire massacrer pour rien (car Moscou gagnera cette guerre, même des experts militaires américains le disent) au lieu de la pousser à s’asseoir à la table des négociations, voilà qu’Emmanuel Macron vient de décerner à son homologue ukrainien la légion d’honneur, finissant ainsi de déshonorer totalement la France.

                  les moutons enragés.


                  • William William 10 février 19:03

                    @roby
                    Macron est obligé de faire un surcroit de Zèle pro-ukrainien pour se faire pardonner d’avoir prôné une solution diplomatique au début du conflit. Les bellicistes du camp occidental ont du évoquer des représailles contre la France, comme suite au refus de participer à la guerre d’Irak il y a vingt ans. Le sabotage du gazoduc sous marin était déjà un avertissement à l’Allemagne et aux pays voisins.


                  • Eric F Eric F 11 février 09:47

                    @roby
                    ’’après avoir encouragé Zelensky dans sa folie suicidaire en refusant que la Russie puisse gagner cette guerre...’’


                     Le critère qui détermine en quoi consiste le fait de ’’gagner’’ la guerre dépend des objectifs de celle-ci.
                    Pour la Russe, est-ce que le rattachement du Donbass et la côte de la mer d’Azov serait une victoire ?
                    Pour l’Ukraine, le retour aux frontières d’avant le 24 février 22 (sans reprendre Crimée ni zones séparatistes) serait-il une victoire ?
                    On voit qu’il peut y avoir des situations sans ’’grand perdant’’ ni ’’grand vainqueur’’.
                    Ce qui est certain c’est qu’une ’’victoire totale’’ (contrôle de l’ensemble de l’Ukraine d’avant 2014) de l’un comme de l’autre ne se ferait que sur un champ de ruines


                  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 10 février 16:08

                    « la Russie et la Chine, qui n’entrent pas dans un tel paradigme de destruction des populations par les élites. »

                    Quand j’ai lu cela, j’ai eu le hoquet...

                    Les élites, c’est quoi ?

                    Wiki l’explique

                    Les oligarques ne sont donc pas considérées comme des élites...


                    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 10 février 16:11

                      Autre absurdité « ce sont les peuples occidentaux qui, comme au Royaume-Uni ou en France, défilent dans les rues et font grève, face à des gouvernements qui nient tout droit au peuple auquel ils ont demandé les scrutins et qu’ils haïssent ouvertement. »
                      S’ils font la grève, ils sont mis en prison. Qui est ce qui haït le peuple plus qu’un oligarque ?


                    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 10 février 16:12

                      Ce n’est d’ailleurs pas haïr, mais ignorer.


                    • Xenozoid Xenozoid 10 février 16:13

                      @Réflexions du Miroir

                      c’est l’indifférence


                    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 10 février 16:14

                      Je continue « L’Union européenne, par exemple, ne cesse de vouloir désindustrialiser et digitaliser, pour entrer dans une ère numérique avec le mythe que cette transformation résoudrait y compris les problèmes de santé ou d’énergie. »

                      Connaissez-vous la cyberguerre en provenance de Russie ?


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 10 février 16:16

                        Connaissez-vous la fortune de Poutine et de sa clique ?


                      • Xenozoid Xenozoid 10 février 16:18

                        @Réflexions du Miroir
                        Connaissez-vous la cyberguerre en provenance de Russie ?

                        elle vous pousse a faire des provisions sur les bacons de bruxelle,en pleine épidémie de folie


                      • Xenozoid Xenozoid 10 février 16:19

                        @Xenozoid
                        *balcons


                      • Xenozoid Xenozoid 10 février 16:32

                        @Réflexions du Miroir
                        Connaissez-vous la fortune de Poutine et de sa clique ?

                        a tout hasard ? toi ?


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 10 février 16:41

                        @Xenozoid
                         Comme je l’ai écrit cette dans « Woke de là » ;
                        « T’es riche, moi pas » et « T’es pauvre, moi pas » smiley


                      • Xenozoid Xenozoid 10 février 16:44

                        @Réflexions du Miroir


                        « T’es riche, moi pas » et « T’es pauvre, moi pas »


                        et ma grand mère aussi, elle disait si tu veux faire une banque devient banquier


                      • jjwaDal jjwaDal 10 février 18:54

                        On voit bien que le système économique dominant a basculé dans un mode cannibaliste et psychotique.
                        On peut certes prêter beaucoup d’intentions à nos « zélites », qui sont en fait des zélotes d’une religion qui ne dit pas son nom. On peut aussi légitimement supposer qu’ils essaient encore et encore de pallier par une nouvelle boulette pour rémédier à la précédente, dépassés par la complexité du monde qu’ils ont largement contribué à créer et biaisés dans leurs choix possibles par les intérêts qu’ils défendent (tout sauf les nôtres).
                        Il fallait écouter Alan Greenspan s’étonner de la crise financière de 2008, alors qu’il avait usé de toute son influence pour museler la SEC et Brooksley Born, il fallait écouter dans les années 1970, ceux prétendant qu’abandonner le privilège de battre monnaie allait empêcher les Etats de trop s’endetter en se faisant rançonner par les marchés financiers et voir leur regard (même pas) ahuri en constatant 50 ans plus tard l’endettement catastrophique de ces mêmes Etats (avec la majeure partie constitué des intérêts à payer...), il fallait entendre ceux qui nous disaient que délocalisation les industries manufacturières en Chine allait être bénéfique pour tous. Non seulement la Chine n’est pas devenu une « démocratie », mais elle nous fait concurrence dans tous les domaines et USA comme U.E. ont une balance commerciale catastrophique avec elle, après avoir perdu les millions d’emplois, les savoir faire, et s’être mis dans une position de dépendance dangereuse. Pire, nous avons fait exploser les émissions de polluants et accessoirement de CO2 qu’on voudrait pallier en pure perte en brassant de l’air avec des moulins à vent.
                        Par tous les bouts qu’on puisse l’observer, ils ont créé un monde de cinglés, de multiples usines à gaz faisant irrésistiblement penser aux improbables machines des Shadocks.
                        Ils pompent (nous pompent l’air surtout) de peur de ce qui pourrait se passer s’ils arrêtent de pomper.
                        Quant à savoir pourquoi il faut pomper, personne n’ose plus leur poser la question.


                        • William William 10 février 19:26

                          ’’ l’UE, avec à sa tête l’Allemagne, suivie benoîtement par une France félonne, veut de nouveau ouvrir un vaste front de l’Est via l’Ukraine et marcher sur Moscou avec ses chars’’

                          L’Allemagne comme la France ont plutôt eu une attitude moins belliciste au début du conflit, et ont cherché à ménager ce qu’il était possible de garder comme relations avec la Russie. Ce sont les pays de l’Est et le Royaume Uni qui ont poussé à un engagement croissant vis à vis de l’Ukraine, allant parfois au delà de la position des USA. L’Allemagne et la France ont été amenées à suivre, puis faire du zèle pour se racheter au yeux du nouveau ’’héro de la démocratie’’ (ben mon colon !).

                          Quand aux chars, certains ont effectivement franchi la frontière, mais dans le sens Russie vers Ukraine. Aucun plan dans le sens inverse, car la Russie étant une puissance nucléaire, l’attaque du ’’sanctuaire national’’ entrainerait une riposte apocalyptique. Les occidentaux voulaient réduire sa zone d’influence, mais sont tombé sur un os.


                          • GoldoBlack 10 février 19:27

                            Encore un troll poutinien qui vient nous crier qu’il bande pour le fascisme russe !


                            • Berthe 11 février 05:13

                              @GoldoBlack
                              qui çà nous ? Vous êtes combien là dedans ? 
                              Il est temps de consulter je crois. Visio consultation possible sur Doctolib il parait haha 


                            • jjwaDal jjwaDal 11 février 07:52

                              @GoldoBlack
                              Quand les tambours de la guerre résonnent, on sait que la vérité est la cible principale. Il faut un camp de bien absolu contre l’empire du mal absolu, quand le monde n’est que nuances de gris.
                              Historiquement, quand les USA ont-ils toléré l’installation à leurs frontières de forces qui leur seraient ouvertement hostiles ? Poutine est en place depuis 20 ans, quand a t’il dit dans les yeux à un président US , « Vous ne pouvez pas rester au pouvoir... » ?
                              Les frontières européennes ont été largement redéfinies depuis 1989. URSS, Yougoslavie, Tchécoslovaquie ne sont plus.
                              Qui a envahi un pays ne menaçant aucun voisin (la Serbie en l’occurence) sous des prétextes mensongers (l’OTAN, donc les USA) pour en décrocher le « Kosovo » qui était Serbe depuis des siècles ?
                              Quel président russe a alors déclaré qu’on venait d’ouvrir la « Boîte de Pandore » ?
                              Il savait que le Donbass a été raccroché par Lénine en 1922, il savait que des russes sont encore un peu partout, héritage d’une longue histoire et que faire entrer dans l’OTAN un pays contenant une fraction substantielle de russes serait courir à une guerre civile. Il suffirait par ex d’un coup d’Etat organisé pour faire basculer le pays en question dans une posture « anti russe » dirigé contre ces minorités. Autant le droit des minorités est crucial chez nous, autant chez les autres...
                              Combien de pays les russes ont-ils agressé depuis 2000 (arrivée de Poutine) ? Combien par les USA (toutes interventions confondues) ?
                              Vous voyez bien qu’en couchant sur le papier le « deux poids, deux mesures » flagrant et les faits tout simplement on comprend mieux la position russe.
                              Puisqu’on sait maintenant par le pouvoir ukrainien et Angela Merkel que les « accords de Minsk » étaient une farce pour gagner du temps, on peut se poser la question de savoir qui courait sciemment le risque d’un conflit en s’en lavant les mains ? La Russie qui a vu pendant 8 ans l’OTAN former sous ses yeux les forces armées ukrainiennes ?
                              Il y a clairement un agresseur et un agressé, mais c’était le cas en Afghanistan, au Yemen, en Syrie, en Irak, en Libye. Vous voyez que les nuances de gris sont indispensables pour éviter de verser dans un fanatisme pour une cause perdue d’avance.
                              Qui condamnait et sanctionnait l’agresseur alors ? Nous ? allons donc...


                            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 11 février 08:54

                              @jjwaDal
                               
                               ’’Quand les tambours de la guerre résonnent, on sait que la vérité est la cible principale. Il faut un camp de bien absolu contre l’empire du mal absolu, quand le monde n’est que nuances de gris.’’
                              >.
                               
                               Lord William Harry Ponsonby, homme politique, écrivain Britannique, est souvent cité comme l’auteur des principes élémentaires de la propagande de guerre qui consistent à dire et à répéter :
                              1– Nous ne voulons pas la guerre ;
                              2– Le camp adverse est seul responsable de la guerre ;
                              3 – L’ennemi a les trait du diable ou du « méchant de service » ;
                              4– C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers ;
                              5– L’ennemi provoque intentionnellement des atrocités ; nous ne pouvons commettre que des « bavures » involontaires ;
                              6– L’ennemi use d’armes illégales ;
                              7– Les pertes de l’ennemi sont importantes, les nôtres sont faibles ;
                              8– Les artistes et les intellectuels sont acquis à notre cause ;
                              9– Notre cause a un caractère sacré ;
                              10 – Ceux qui mettent en doute la propagande sont des traîtres.
                              https://hoggar.org/2022/07/18/guerre-en-ukraine-recours-aux-enfants-soldats-dazov/
                               
                               « Quand les drapeaux sont déployés, toute l’intelligence est dans la trompette » Stefan Zweig
                               
                               La trompette dans les démocrassies, ce sont les médias.


                            • Eric F Eric F 11 février 09:37

                              @jjwaDal

                              ’’ Il faut un camp de bien absolu contre l’empire du mal absolu, quand le monde n’est que nuances de gris’’


                              Totalement d’accord sur ce point, car même lorsqu’il y a clairement un agresseur et un agressé, les conditions qui ont amené à cette situation sont dues à des responsabilités partagées : l’OTAN/UE qui a voulu étendre sa zone d’influence jusqu’à la frontière russe, les nationalistes ukrainiens avec des mesures russophobes, la Russie qui veut maintenir sa suzeraineté sur les états voisins et a mis en oeuvre une opération militaire de mise au pas comme à l’époque soviétique.
                              Que l’OTAN ait voulu empêcher la perte de souveraineté ukrainienne pouvait se justifier, mais au stade actuel, l’escalade ne fera qu’aggraver les destructions et augmenter les victimes, les ’’nuances de gris’’ s’appliquent aussi à une sortie de conflit par des négociations et une solution de compromis territorial (le ’’précédent’’ Serbie/Kosovo peut effectivement être allégué).

                              PS : cette approche en ’’nuance de gris’’ m’est parfois reprochée sur d’autres sujets, or la complexité s’applique aussi en science, en politique intérieure, sur la question sociale, etc.


                            • jjwaDal jjwaDal 11 février 12:05

                              @Eric F
                              Le manichéisme est partout présent, on l’a vu avec la crise « Covid », où ceux défendant leur droit régalien de ne pas servir de cobaye dans une expérimentation à nos frais et nos dépends de « Big Pharma » étaient derechef qualifiés du sceau infamant de « antivaxx , par une cohorte se torchant avec le »Code de Nuremberg« .
                              Il n’y a qu’en maintenant la discussion au niveau de la caricature et de l’invective gratuite qu’on peut éviter tout débat argumenté qui mettrait en lumière les intentions cachées qui sont souvent de défendre un point de vue à n’importe quel prix, y compris et surtout au prix de la vérité des faits.
                              Todd parlait récemment d’une nouvelle idéologie apparu assez récemment qu’il nomme le »Journalisme", comme nous eûmes le communisme, le capitalisme, le fascisme, qui semble vouloir défendre des thèses à tout prix justement.


                            • GoldoBlack 13 février 08:28

                              @jjwaDal
                              Beaucoup de mots pour une analyse largement défaillante.
                              Qui a mis un système fasciste en place ?
                              Les USA ? L’Europe ?
                              L’Iran ? La Corée du Nord ? La Russie ? La Syrie ?
                              Ou fait-on des coups d’État à la chaîne ? Chez les alliés de l’Otan ou chez les amis des fascistes russes ?
                              Vous nous parlez de la Tchétchénie ? Des massacres de Wagner en Syrie ?
                              Vous êtes hémiplégique.


                            • hamia 10 février 19:42

                              « Nous sommes peut-être entrés dans une ère de perfect storm dont il est difficile de savoir comment on en sortira. » Exact , le danger est réel , mais les moyens de s’en sortir existent : A Economie 1 supression de tous les interets bancaires et redonner aux banques nationales , leurs indépendances et les soustraire aux rapaces financiers qui les étouffent sous les dettes monstrueuses  :« Ô les croyants ! Ne pratiquez pas l’usure en multipliant démesurément votre capital. Et craignez Dieu afin que vous réussissiez ! ». Coran Sourate III (Al-Imran) verset 130.

                              2 élimination des impots sur salaires , comme au Quatar , Dubai , Oman etc pour ne pas léser le travailleur et encourager la consommation raisonnable 3-imposer l’ impot zakat islamique sur l’argent bloqué sur 1 an à 2.5 % , pour encourager l’investissement  B Valeurs morales : revenir aux fondamentaux des religions révélées , base de tout bien , consignées dans le Coran . Le bonheur de l’humanité est à ce prix .


                              • Berthe 11 février 05:18

                                @hamia
                                « élimination des impots sur salaires , comme au Quatar , Dubai , Oman »... vous rêvez ? Ces pays ont acheté la paix sociale en redistribuant les rentes pétrolières et gaz. Il n’y a pas il n’y aura jamais de révolution dans ces pays, comme en Libye avant le putsch. Moralité, on sait ce qu’on laisse, on ne sait pas ce qu’on trouve. 


                              • Glosspan 15 février 20:15

                                @Berthe
                                 smiley


                              • Berthe 11 février 05:35

                                Rien à redire du billet l’auteur, c’est tout à fait ce que je pense depuis le début de ce conflit. Il suffit de revoir toutes les piges de l’époque qui démontre clairement les manipulations des uns et des autres. Depuis Hollande et l’annulation de la livraison des paquebots à la Russie, la mise en vrac du projet d’Edf en Russie (un contrat qui se chiffrait en millions d’E et qui datait de bien avant 2008 d’ailleurs). En même temps, détruire la Syrie pour tjrs à cause des pipelines gaziers !! Il faut reprendre la chronologie de la période pour se rendre compte que tout est lié et que tout a foiré parce que la baudruche hollande et son acolyte pseudo dame de fer, merkel n’ont même jamais prévu la perte de contrôle, comme en Libye. C’est drôle parce que je m’en souviens comme si c’était hier. 


                                • Berthe 11 février 05:47

                                  @Berthe
                                  le pire est qu’ils ont créé le même problème au Maghreb entre l’Algérie et le Maroc via l’Espagne... Le Burkina Fasso a fermé ses portes, viré RFI et viré l’armée française pour une alliance avec le Mali et je ne sais plus quel pays. Depuis hier, il n’y a plus d’ambassadeur algérien ni marocain en France. Le Maroc, jadis chouchou de la finance européenne, est visé par l’UE pour une affaire de « corruption » CQFD (je n’y crois pas un seul instant).... Le comble de l’ironie, la France exfiltre une nana lambda qui n’est absolument rien sur le plan diplomatique et moins encore journaliste, d’Algérie via la Tunisie (Sartre ? Camus ? on se le demande, elle n’a fait que mouvementer les manifs de 2019, antivax et anti confinement, à l’instar des GJ. Chez nous, ils sont éborgnés, incarcérés etc mais c’est pour la bonne cause qu’il faut l’exfiltrer !! Quelque chose nous échappe)... C’est un signe il y a une volonté de talibaniser le Maghreb et une partie de l’Europe, c’est clair.. 


                                • yakafokon 11 février 08:01

                                  Je vais essayer d’être plus bref !

                                  Les Etats-Unis ont provoqué, organisé, et financé le coup d’état du Maïdan, en 2014 à Kiev, aidé en cela par les nazis britanniques, polonais, et ukrainiens ( milices Pravy Sektor et Svoboda en particulier ).

                                  Le président ukrainien, démocratiquement élu, a dû fuir le pays pour ne pas être assassiné ! ( il voulait conserver des liens commerciaux avec la Russie ).

                                  Lors du coup d’état, la milice Pravy Sektor a tiré indistinctement sur les manifestants de la place du Maïdan, et sur les berkouts ( police nationale ) depuis le 9ème étage de l’hôtel Ukraïnia, qu’elle occupait en totalité.

                                  Les massacres se sont poursuivis à Kiev, Odessa, Marioupol, puis dans le Donbass à majorité russophone, qui s’est soulevé et a pris les armes, avant de créer deux républiques auto-proclamées : celle de Donetsk, et celle de Lougansk.

                                  Sentant venir le danger, les habitants de la Crimée ont demandé l’aide des militaires russes de la base navale de Sébastopol, lesquels ont désarmé les militaires ukrainiens, sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré !

                                  Dans la foulée, un référendum d’indépendance a été organisé par la population, et le résultat a été sans appel : un OUI massif, même chez les tatars musulmans !

                                  Au vu du résultat, un magnifique feu d’artifice a été tiré sur la rade de Sébastopol, au milieu d’une foule en liesse ( la vidéo est toujours sur le Net ).

                                  Mais les nazis ukrainiens progressant vers la Crimée, celle-ci a demandé à être rattachée à la Russie, ce qui lui a été accordé immédiatement ( la Russie n’allait pas se priver d’un tel cadeau ), et l’avancée des nazillons de Kiev s’est arrêtée net !

                                  Courageux, mais pas téméraires, les disciples d’Adolf Hitler ! Massacrer des civils sans défense c’est une chose, mais se frotter à l’armée russe, s’en est une autre !

                                  Conclusion : si les Etats-Unis ( comme à leur habitude ) n’avaient pas semé la merde en Ukraine, il n’y aurait pas en de coup d’état, pas de massacres de populations ( 19.000 morts en 8 ans ), pas d’indépendance du Donbass, la Crimée serait toujours Ukrainienne, et la flotte russe de la Mer Noire serait toujours locataire de la base navale de Sébastopol jusqu’en 2042  !

                                  Il a gagné quoi, le « joueur de piano à queue » de Kiev ?

                                  Il va tout perdre, et c’est normal ! Le jour où les nazis seront intelligents, il gèlera en enfer !


                                  • Basile 11 février 22:50

                                    @yakafokon
                                    aidé en cela par les nazis britanniques, polonais, et ukrainiens

                                    Pas utile de convoquer les nazis pour expliquer l’enchaînement qui a conduit à la guerre.

                                    Aux origines de cette tragédie ukrainienne, il y a des phénomènes structurels, plus forts et déterminants que la volonté des-uns et des-autres.

                                    Les migrants, les sociétés, les pays se tournent de préférence vers la richesse. Les ukrainiens pauvres ont vu les Polonais s’enrichir du fait de l’UE. On peut comprendre qu’ils cherchent à imiter ce modèle polonais.

                                    L’UE est une structure en expansion depuis des décennies. Une sorte d’empire qui cherche à s’agrandir. Plein de raisons à ça, mais c’est d’abord une garantie de survie pour l’UE (et aussi un risque de dissolution), un peu comme certains gouvernements quand ils sortent de leurs frontières de façon agressive pour empêcher les désordres intérieurs.

                                    Le problème avec cette croissance de l’UE, en soi assez normale (absorber des pays moins riches), c’est l’OTAN et les USA. Pour les USA, UE = OTAN. Une façon pour les USA de renforcer leur domination sur l’Europe. Et c’est là que ça coince avec la Russie. Mettre l’OTAN à la frontière russe, c’est pour la Russie un casus belli, une menace trop forte pour sa sécurité. On y est, la guerre, et c’était inévitable comme un tremblement de terre quand des plaques opposées se rencontrent et se compriment.

                                    La contre mesure eut été une politique convaincante de sécurité européenne. Mais quand on voit les USA installer ce qu’ils veulent en Roumanie et Pologne en termes de missiles, et voir France et Allemagne n’avoir aucun avis à ce sujet (sinon être consentants/complices), on comprend que cette notion de sécurité européenne, pour soi et vis à vis de ses voisins, est une chimère.

                                    Cette guerre est une tragédie inévitable compte tenu de la nature de l’UE, elle-même incapable d’avoir une vraie politique étrangère (l’UE n’a même pas de frontières respectées), et interdisant aux Etats membres d’exprimer des préoccupations souveraines en Europe (par exemple des réserves françaises sur la politique des USA en Europe, alors que l’Allemagne est liée aux USA depuis 1945), préoccupations souveraines qui pourraient mettre en péril la cohésion de l’UE et son existence.

                                    UE = pas de politique de sécurité européenne = guerre en Europe.


                                  • Tzecoatl Tzecoatl 11 février 10:25

                                    Je n’ai pas lu beaucoup de contradiction explicite dans votre article, je vous en livre une :

                                    Les secteurs de la destruction (Big Arma, Big Pharma-avec réserves, ils font également défense et mouton à 5 pattes) ne créent pas de valeurs et sont donc inflationnistes, déstabilisant pour l’Oxydant des autres peuples.


                                    • Tolzan Tolzan 11 février 12:23

                                      Enfin une analyse excellente qui aborde des questions de fond et nous permet d’échapper aux daubes indigestes que nous servent à répétitions les Rakotomachin, Salembidule et autre Rosemartruc....Enfin une excellente analyse qui aborde des questions de fond et nous permet d’échapper aux daubes indigestes que nous servent à répétitions les Rakotomachin, Salembidule et autre Rosemartruc....


                                      • hamia 11 février 12:53

                                        L’usure et interets bancaires sont stictement interdits par Dieu , dans toutes les Révélations divines , car elle est la source de tous les maux . La solution : redonner aux états leurs autorités sur leurs banques centrales en éliminant les financiers privés qui nous enfoncent dans la dette monstrueuse . 


                                        • SilentArrow 11 février 13:11

                                          @hamia
                                           

                                          L’usure et interets bancaires sont stictement interdits par Dieu

                                          Dans la finance normale, on emprunte à la banque la somme nécessaire pour acheter une maison et on rembourse ce prêt, plus les intérêts, pendant un certain nombre d’années.

                                          Dans la finance islamique, la banque achète la maison et vous la revend à un prix plus élevé, mais que vous pouvez payer en un certain nombre d’années.

                                          Dans les deux cas, la banque fait un bénéfice. Quelle est la différence ? Pourquoi une pratique est-elle halal et l’autre pas alors qu’au final, l’acheteur de la maison finit dans les deux cas par payer plus que le prix et que cette différence est empochée par la banque ?

                                          La différence, c’est l’hypocrisie islamique qui consiste à dire que la finance islamique ne prend pas d’intérêts. L’hypocrisie islamique qui plaît à l’idole des Bédouins.


                                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 février 13:18

                                          @hamia
                                          Vous avez le 06 de dieu ?


                                        • Astrolabe Astrolabe 11 février 13:50

                                          @Aita Pea Pea
                                           
                                          Ça fait un bon moment qu’il ne capte plus.
                                          Une histoire de zone blanche, parait-il ..


                                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 février 13:57

                                          @Astrolabe
                                          Blanche en plus ...quelle horreur !


                                        • Glosspan 15 février 20:15

                                          @SilentArrow
                                           smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité