• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’attaque du Hamas et l’assassinat de Soleimani

L’attaque du Hamas et l’assassinat de Soleimani

JPEG

Après une période d’analyses, de conclusions et même de déclarations officielles liant l’Iran à l’attaque terroriste menée par le mouvement Hamas contre Israël le 7 octobre, cette question est revenue sur le devant de la scène.

Cela s’est produit après que le porte-parole des Gardiens de la révolution iraniens, Ramadan Sharif, a déclaré que l’opération du déluge d’Al-Aqsa était une réponse à l’assassinat de l’ancien commandant des Gardiens de la révolution, Qasem Soleimani. Cette déclaration a relancé le débat sur les motifs de cette attaque dévastatrice, qui a causé d’importants dégâts dans la bande de Gaza.

Il convient de noter que le responsable des Gardiens de la révolution n’a mentionné ni le peuple palestinien, ni sa cause, ni aucune des raisons invoquées par le Hamas pour motiver son attaque.

Il a plutôt réduit la question à ce qui a été rapporté par l’agence iranienne Mehr, en disant que l’opération du déluge d’Al-Aqsa était l’une des opérations de représailles menées par l’axe de la résistance contre les sionistes pour le martyre du général Soleimani.

Les Gardiens de la révolution ont cherché à clarifier ce qu’ils ont décrit comme un «  malentendu  » qui s’est produit dans une partie de sa déclaration concernant l’opération d’inondation d’Al-Aqsa.

Le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général Hossein Salami, a déclaré que le déluge d’Al-Aqsa est une opération purement palestinienne, indépendante de toute influence extérieure, et qu’il opère indépendamment de «  nos représailles pour le sang de l’ancien commandant des Gardiens, Qasem Soleimani ».

Il a ajouté que, sans aucun doute, le front de résistance a de nombreux points communs, mais que chaque membre est indépendant dans ses actions, soulignant que «  nous soutenons le peuple palestinien jusqu’au dernier souffle et nous soutenons les opérations que nous entreprenons sans crainte de quiconque ».

Ce qui me frappe en tant qu’observateur, c’est que les Gardiens de la Révolution considèrent le Hamas comme l’un des bras de ce qu’ils appellent l’axe de la résistance, et la relation entre les deux est une relation organisationnelle qui relie la branche à la racine. Il ne s’agit pas d’une relation de coopération fondée sur des motifs idéologiques ou autres.

Le deuxième point est la raison pour laquelle Ramadan Sharif, le porte-parole de la Garde, a lié l’attaque du 7 octobre à la question de la vengeance de la mort de Soleimani, que ce soit en totalité ou en partie.

On ne voit pas comment il a pu tomber dans ce que les déclarations des Gardiens de la Révolution appellent un «  malentendu », étant donné que son travail consiste à clarifier les points de confusion et d’ambiguïté afin que les autres puissent comprendre toute position ou politique liée aux Gardiens de la Révolution.

L’Iran, qui pèse toujours soigneusement le pour et le contre de ses positions politiques, a peut-être conclu que le fait d’être directement associé à l’attaque terroriste du Hamas l’emportait sur les avantages stratégiques pouvant résulter d’une politique de déni plausible.

Insister sur le fait que la décision de l’attaque est venue du Hamas et que l’Iran n’a aucune influence sur les décisions du mouvement en la matière, d’autant plus qu’une acceptation ou une annonce officielle sans démenti implique une forte probabilité que l’Iran paie le prix de toutes ces attaques et des pertes humaines et matérielles qu’elles ont causées, tant à Israël qu’à d’autres pays (en particulier en ce qui concerne les attaques des Houthis en mer Rouge).

L’oscillation entre reconnaissance et déni reste donc une tactique choisie par Téhéran pour affirmer son rôle sans en assumer les conséquences. La déclaration de Ramadan Sharif n’a certainement pas fait l’objet d’un malentendu, d’une mauvaise interprétation ou d’une distorsion.

Les responsables des gardiens de la révolution en sont bien conscients, et il est plus probable qu’un message spécifique soit adressé, soit à Israël, soit aux parties régionales et internationales concernées par la question palestinienne, en particulier par les événements de Gaza.

L’Iran craint l’effondrement de ses «  investissements  » à Gaza en éliminant l’influence du Hamas et en écartant définitivement le mouvement de l’équation palestinienne.

La question essentielle est de savoir pourquoi maintenant  ? Comment un fonctionnaire occupant le poste de porte-parole des Gardiens de la révolution iraniens peut-il faire une telle déclaration alors qu’il est parfaitement conscient des tensions croissantes dans l’environnement géostratégique régional et des discussions de plus en plus nombreuses sur la possibilité d’une guerre élargie à Gaza en raison des attaques des Houthis et de la menace qui pèse sur le commerce international en mer Rouge, dont les États-Unis et les puissances internationales occidentales tiennent l’Iran pour responsable  ?

La réponse à cette question et à d’autres questions déroutantes pourrait être trouvée dans les prochains jours.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • pasglop 20 janvier 10:13

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, accuse Israël d’avoir créé et financé le Hamas, afin d’affaiblir le Fatah.

    Un commentaire ?


    • Brutus S. Lampion 20 janvier 15:36

      @pasglop

      vieille technique utilisée par la CIA un peu partout depuis 1947 (FO en France, Solidarnosc en Pologne, Talibans en Afghanistan, etc.)

      le MOSSAD a été à bonne école


    • Hervé Hum Hervé Hum 22 janvier 13:35

      @pasglop

      Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, accuse Israël d’avoir créé et financé le Hamas, afin d’affaiblir le Fatah

      absurde !!!

      la véritable raison ne peut pas être pour affaiblir le Fatah, étant donné qu’à ce moment là, le Fatah avait reconnu l’existence d’Israêl et signé des accords de paix.

      On affaiblit pas celui qu’on est supposé soutenir, pour soutenir celui qu’on prétend vouloir éradiquer, sauf si on veut se servir de ce dernier pour motiver le génocide en cours et qui donc à commencé il y a près de 30 ans sur la stratégie utilisant le principe de la cocote minute et d’attendre patiemment qu’elle explose avec des phases différentes selon l’évolution de la situation géopolitique intérieure et extérieure, mais en maintenant toujours un minimum de pression.


    • Lynwec 20 janvier 10:46

      Ah, s’ils pouvaient les « tirer par les cheveux », les Iraniens pour les amener à la guerre contre la marionnette USAIPAC, qu’est-ce que ce serait profitable pour la « seule démocratie ».... !

      Mais c’est qu’ils sont roublards, ces Iraniens, ne voulant pas entrer dans ce petit jeu (malsain)...

      Alors, on trépigne, tout en génocidant, l’air de rien...


      • leypanou 21 janvier 16:40

        @Lynwec
        L’Iran n’a pas les moyens de contrer l’état Jabotinsky, c’est pourquoi malgré la mort de nombreux membres de l’IRGC en Syrie car la Syrie n’a pas les moyens de descendre les avions attaquants, l’Iran ne fait rien.
        En plus, avec l’idéologie débile comme quoi leur religion les empêche d’avoir toutes les armes possibles, ils sont coincés.
        D’autre part, la Russie elle-même n’est pas très nette : elle n’a jamais voulu vendre les S400 à l’Iran, mais n’a pas hésité à le faire avec la Turquie, l’Iran n’a donc que les vieux S300.
        Bref, tout ça n’est que de la géopolitique.


      • Seth 20 janvier 12:34

        Les Iraniens, ça tourne à la fixette maladive chez le Dr A.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité