• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Interdiction des « abayas » : entre harcèlement institutionnel et (...)

Interdiction des « abayas » : entre harcèlement institutionnel et complotisme d’Etat

JPEG

L’interdiction de l’abaya dans les établissements scolaires constitue une grave violation des droits fondamentaux des collégiennes et lycéennes de confession musulmane, injustement stigmatisées et discriminées. Avec cette décision, qui repose sur la conception caricaturale de la laïcité adoptée par le Président Emmanuel Macron, le ministre de l’Education Nationale Gabriel Attal a opéré un retour aux « fondamentaux » établis par ses prédécesseurs, friands de telles polémiques nauséabondes.

Qu’est-ce qu’une abaya ?

Le terme « abaya » désigne toute une variété de robes plus ou moins longues qui ne sont en aucun cas des vêtements spécifiques à une religion, mais de simples articles de mode qui ont tout au plus une connotation culturelle. Les grandes enseignes comme Zara, H & M et Dolce & Gabbana s’en sont du reste emparées de longue date. Pour preuve, lorsque Sonia Backès, la Secrétaire d’État chargée de la citoyenneté, s’est vu présenter sur BFM TV plusieurs modèles de robes pour savoir s’il s’agissait d’abayas et si elles devaient être acceptées ou interdites dans les établissements scolaires, elle a hésité, bafouillé et botté en touche, répondant que « ça dépend du contexte ». Ainsi, de manière quasi-officielle, les critères d’acceptation ou de rejet ne dépendent pas de la typologie du vêtement lui-même mais de la personne qui le porte et de sa religion présumée, qui ne peut être déterminée que selon le faciès et/ou le patronyme. Comble de l’hypocrisie, Gabriel Attal a justifié cette discrimination flagrante par le fait que « vous ne devez pas être capable de distinguer, d’identifier la religion des élèves en les regardant ». 

Une rentrée traumatisante

C’est pourtant ce qui se passe depuis la rentrée scolaire, avec des centaines voire des milliers de collégiennes et lycéennes qui, seulement parce qu’elles sont racisées, se voient scruter, traquer, stigmatiser et humilier, voire sommées de se dévêtir partiellement ou d’être renvoyées chez elles pour des tenues aussi neutres qu’une tunique, une jupe ou un kimono, jugés trop amples ou trop couvrants, comme si la pudeur soupçonnée était un crime de lèse-laïcité. Cette obsession à vouloir contrôler le corps des femmes n’est pas sans rappeler la période coloniale.

Illustration 1

On ne peut que s’indigner face à la criminalisation d’adolescentes via des interrogatoires et exclusions traumatisants, qui se sont produits hors de tout cadre légal, seule une procédure disciplinaire en bonne et due forme pouvant les justifier. Le cabinet de Gabriel Attal a recensé les cas à l’unité près (contrairement aux professeurs manquants dans la moitié des établissements d’enseignement secondaire) et a même communiqué aux journalistes la liste des collèges et lycées concernés, les invitant à y couvrir la rentrée, au mépris de la sérénité et de la sécurité des personnels et élèves, sacrifiés au profit du battage médiatique autour de cette nouvelle chasse aux sorcières. Il s’agit d’un véritable harcèlement institutionnel, commandité par celui-là même qui prétend juger « insupportable qu’un élève aille à l’école la boule au ventre parce qu’il y est harcelé  » et faire de cette question une priorité (notamment via des « cours d'empathie », une qualité dont ce gouvernement est manifestement dépourvu). Un autre exemple éloquent du fameux « en même temps » macroniste.

Laïcité ou « laïcisme » ?

L’interdiction de l’abaya n’a rien à voir avec la laïcité, qui est même bafouée par cette tentative du politique d’étendre unilatéralement le domaine de ce qui serait religieux. Elle relève de ce que le candidat Emmanuel Macron dénonçait lui-même en 2016-2017 sous le nom de « laïcisme », cette « version radicale et extrême de la laïcité qui fait recette sur les peurs contemporaines », et qui cible exclusivement l’Islam, faisant des millions de nos concitoyens musulmans des « ennemis de la République  ». En considérant le port de simples tenues vestimentaires comme une atteinte délibérée à la laïcité, une attaque concertée « pour essayer de défier le système républicain », voire même une réminiscence des attaques terroristes de 2015 et de l’assassinat de Samuel Paty, Macron et ses ministres se démasquent, s’appropriant un discours qui était réservé à l’extrême droite la plus haineuse. En soupçonnant des dizaines de milliers d’adolescents & adolescentes d’être, derrière leurs « qamis » & abayas, des ennemis de l’intérieur coalisés pour abattre les valeurs républicaines et même des terroristes potentiels face auxquels il faudrait être « intraitable », ils versent dans un complotisme d’Etat aussi absurde qu’abject dont on ne peut que se dissocier. Cette logique insidieuse de stigmatisation et d’exclusion était déjà à l’œuvre dans la loi de 2004, à laquelle les syndicats enseignants comme la CGT Educ’action doivent se féliciter de s’être opposée, car elle ne ciblait véritablement que le voile islamique, qualifié de « prosélyte » et « ostentatoire » par un grotesque abus de langage annonciateur des dérives actuelles et à venir.

Loin de faire de l’école un « sanctuaire » préservé, ces mesures de basse politique y propagent le racisme, le sexisme et la haine, et en font un véritable champ de bataille. Cette prétendue volonté d’émancipation par la coercition pour imposer aux collégiennes et lycéennes suspectes une « tenue républicaine » arbitrairement définie bafoue l’égalité de traitement des élèves et le droit imprescriptible de certaines d’entre elles à choisir leur style vestimentaire, les poussant au mal-être et à l’échec scolaire. Faudra-t-il attendre un drame pour que cesse cette « honte  » ? Pis encore, ces mesures vexatoires peuvent susciter chez toute une génération d’adolescents & adolescentes, âge particulièrement sensible aux injustices, une défiance et un ressentiment légitimes et lourds de conséquences à l’encontre de l’institution et de ses personnels, transformés en auxiliaires zélés d’une sorte de « police du vêtement » doublée d’une « police des intentions » sommée de traquer de prétendus relents islamistes (qui seraient à la fois ostentatoires et dissimulés, une oxymore bien française) derrière d’inoffensives étoffes. Le « communautarisme » et le « séparatisme » prétendument honnis et combattus ne peuvent en sortir que renforcés, à l’instar de l’extrême droite, qui est plus proche du pouvoir que jamais grâce à la caution institutionnelle conférée à ses préjugés, sa rhétorique et ses combats fallacieux, adoptés par un « arc républicain » douteux qui englobe jusqu’au PCF.

Illustration 1

Exemples de tenues assimilées à des abayas par des chefs d'établissement. © Photomontage Mediapart

Les vraies priorités

Cette énième polémique, validée par des chambres d’écho médiatiques dociles et irresponsables, et par une partie de la gauche, éclipse commodément des gros titres d’actualité tous les problèmes criants dont souffrent l’instruction publique, ses personnels et usagers : pénurie d’enseignants & AESH, suppressions de postes et fermetures de classes, coupes budgétaires incessantes, manque d’attractivité de nos professions sous-payées, conditions de travail difficiles, classes surchargées et surchauffées du fait de la sous-dotation des établissements et inadéquation des équipements et locaux, déclassement international au niveau des acquis, réformite aigüe, inflation & paupérisation de la population, avec près de deux mille enfants à la rue, etc. Au lieu de s’attaquer à ces problèmes de fond, le gouvernement préfère poursuivre sa fuite en avant autoritaire et sa politique de destruction délibérée des services publics au profit du privé. Il aura du reste beau jeu de présenter le Service National Universel et l’uniforme, symboles de sa vision réactionnaire de l’école actuellement en cours d’expérimentation, comme la panacée à des problèmes qu’il aura créés de toutes pièces, et qui ne tendent qu’à mettre au pas la jeunesse et diviser davantage la société.

Chaque individu a le droit fondamental de choisir sa tenue vestimentaire sans être soumis à des restrictions discriminatoires. L’interdiction de l’abaya est une intrusion inacceptable dans l’intimité des élèves, et constitue une atteinte à leur liberté et à leur identité personnelle, qui foule aux pieds l’inclusion, le vivre-ensemble et l’acceptation de la différence officiellement prônées. Les chefs d’établissement, enseignants et personnels de vie scolaire doivent rejeter en bloc ces politiques ignobles, et faire remonter aux sections syndicales locales tous les abus commis. Ces dernières doivent apporter tout leur soutien aux victimes de cet acharnement institutionnel qui bafoue la vocation des personnels éducatifs et salit l’image de la France, et leur proposer un accompagnement juridique.

Salah Lamrani


Moyenne des avis sur cet article :  1.68/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • Jonas Jonas 25 septembre 11:44

    « L’interdiction de l’abaya dans les établissements scolaires constitue une grave violation des droits fondamentaux des collégiennes et lycéennes de confession musulmane »

    La France n’est pas la poubelle du Tiers-Monde, ce n’est ni l’Arabie Saoudite, ni le Pakistan, ni l’Iran, quand on s’y installe, on respecte ses coutumes et ses moeurs.

    L’abaya est l’arme des prédicateurs qui endoctrinent des milliers de jeunes filles pour faire entrer et imposer les valeurs et les moeurs de la civilisation islamique misogyne, antichrétienne et antisémite au sein de la société française et des écoles de la république :

    — interdiction de montrer la beauté d’une femme, car le corps féminin est une tentation corruptrice obscène. Il doit donc être entièrement recouvert d’une bâche
    — c’est la séparation entre les hommes et les femmes
    — c’est l’interdiction de manger impur en approuvant la notion de pureté (halal) et d’impuretés (haram) des êtres humains et des animaux, que le Christ avait aboli dans les Évangiles (Matthieu 15:10-20, Corinthiens I 8:8, Actes 10:9-48)

    Le but final est d’imposer progressivement les lois de la charia islamique, et détruire l’identité culturelle, ethnique et religieuse de la France, et de toute l’Europe.

    Cartographie de l’islam en France.


    • Zolko Zolko 25 septembre 17:39

      @Jonas : j’ai relevé ça aussi. Et puis la suite :

      cette décision, qui repose sur la conception caricaturale de la laïcité

       
      vous (l’auteur) avouez vous-même que c’est une tenue Musulmane, donc c’est une conception logique de la laïcité. C’est si dur que ça à comprendre ?
       
      Perso, je trouve scandaleux qu’il y ait un menu « spécial Musulmans » dans les écoles (sans porc). L’école n’a pas à s’occuper de religion, les questions religieuses n’y ont pas leur place : ni pour l’habillement ni pour la nourriture ni pour la prière. A Rome faites comme les Romains.

    • véronique 26 septembre 10:43

      @Zolko

      C’est-à-dire ? Comment faut-il s’habiller ? Une femme est-elle donc obligée de montrer ses jambes ou ses bras pour être conforme à l’idéal « français » (les guillemets s’imposent ici).


    • Jonas Jonas 25 septembre 11:46

      « des centaines voire des milliers de collégiennes et lycéennes qui, seulement parce qu’elles sont racisées, se voient scruter, traquer, stigmatiser et humilier, voire sommées de se dévêtir partiellement ou d’être renvoyées chez elles pour des tenues aussi neutres qu’une tunique, une jupe ou un kimono »

      En France, on ne vient pas à l’école publique en pyjama, en kimono, en robe de chambre, en robe de bure, en chasuble, en scapulaire, ou autre boubou africain, c’est interdit.
      L’abaya ne fait pas exception, d’autant qu’elle sert à rendre visible et à imposer les valeurs et les moeurs de la civilisation islamique misogyne, antichrétienne et antisémite au sein de la société française.


      • Fergus Fergus 26 septembre 09:54

        Bonjour, Jonas

        Je partage totalement votre commentaire.
        En prenant la position qu’il défend, l’auteur se fait le complice de ceux qui manipulent ces jeunes filles pour défier le concept laïc qui prévaut dans établissement scolaires publics.
        Une seule réserve : ce n’est pas la religion musulmane qui est en cause, mais sa lecture dévoyée et prosélyte par une minorité de dangereux intégristes. 


      • Aristide Aristide 26 septembre 13:25

        @Fergus

        Une seule réserve : ce n’est pas la religion musulmane qui est en cause, mais sa lecture dévoyée et prosélyte par une minorité de dangereux intégristes. 

        Je crois que la religion musulmane est particulière, elle ne se contente pas de régir les comportements individuels et de fixer des règles morales, ... Elle promeut un mode précis d’organisation de la société qui dépasse largement l’individu.

        Même si la grande majorité des musulmans ne sont pas des islamistes, il n’en demeure pas moins que la frontière entre ce qui dépend de la loi de notre république et ce qui dépend de la religion n’est pas aussi tranchée que cela.

        Preuve en est les multiples sondages qui mettent en exergue cette propension à donner à la charia une valeur supérieure aux lois de la république. Et malheureusement, c’est chez les jeunes que ce discours est passé. Une démonstration éclatante du refus d’intégration, et encore moins une assimilation ... 




      • Julien30 Julien30 25 septembre 12:24

        Bel étalage de pleurniche communautariste, on commence à avoir l’habitude mais on ne s’en lasse pas.


        • mmbbb 26 septembre 07:28

          @Julien30 je n ai pas lu cet mais que survole , La thématique est connue la méthode de démonstration l est aussi . On attaque de biais en mettant en avant  qu un laiicisme dévoie la liberte 

          C est encore une période ou ces radicaux avancent « voilée » , le terrain n est pas encore pres 


        • suispersonne 25 septembre 12:49

          Fait religieux et instrumentalisation de toutes les religions.


          De la laïcité organisée pour une vie en commun découlent des évidences :

          1. => Les croyances appartiennent à chacun des croyants.

          2. => Les croyances ne peuvent être imposées à personne.

          3. => Les prosélytismes sont totalement insupportables, et devraient être punis par la loi.

          4. => Les signes extérieurs des croyances sont une agression d’autrui.

          5. => Les rites religieux n’ont rien à faire en public.

          6. => Aucune pratique religieuse ne peut jamais surpasser le code civil.


          Il est indispensable de distinguer une croyance religieuse,


          - qui repose sur le pari d’une (ou plusieurs) divinité bienveillante,

          qui saura récompenser une bonne conduite morale dans une vie future (? ??),


          - de l’instrumentalisation de cette croyance pour justifier et renforcer un pouvoir quelconque, qui ne tiendrait pas autrement.


          Il est assez clair (n’est ce pas ?) que toutes les religions ont suscité des églises et des castes.

          Ces églises détournent les principes qui fondent une croyance vers une séparation entre les croyants qui feraient leur force, et tous les zotres qui seraient une menace.

          Le manichéisme en est une conséquence très dangereuse.

          Bien des violences, que l’histoire peut nous rappeler si on s’en donne la peine, en sont l’issue inévitable.

          Bien pire encore, de multiples détournements du fait religieux conduisent à des consignes horribles.


          Autrement dit.

          Débarrassons nous de toutes les zéglises !

          Traînons devant les tribunaux les prosélytes de toutes les religions !


          Et alors ? L’abaya ? … vous en pensez quoi ?


          Rien du tout. Hors sujet.


          Les jeunes femmes (très dangereux, ça, les femelles !)

          Réputées très cultivées,

          soucieuses d’une pudeur délibérée dans un environnement qui ne les rassure pas,

          Visiblement d’origine maghrébine,

          sentent le besoin de s’affirmer avec une tenue qui leur plaît,

          qu’elles ressentent comme confortable,

          sans aucun prosélytisme religieux.


          Et les lourdement carencés cognitifs qui en font leur dada sont totalement inconscients du fait qu’ils mettent le feu à une guerre de religion, et en sont chaleureusement remerciés par les pires extrémistes de toutes les religions.


          • Tolzan Tolzan 25 septembre 14:58

            @suispersonne

            Eh non ! Ils ne mettent pas le feu à une guerre de religion car celle-ci n’a jamais cessé depuis des siècles entre le monde chrétien et l’islam.

            Je me permets de vous communiquer quelques extraits emblématiques de sourates qui permettent d’apprécier quel sort la religion musulmane réserve aux infidèles.

            Sourate 5, Al-Mâ’idah, verset 51 : https://coran-seul.com/index.php/verset?sourate=5&verset=51

            « Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »

            Sourate 9, verset 29, https://coran-seul.com/index.php/verset?sourate=9&verset=29

            « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés »

            Sourate 47 verset 4 : https://coran-seul.com/index.php/verset?sourate=47&verset=4

            "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c’est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, il ne rendra jamais vaines leurs actions."

            Vous voyez, par comparaison, mein Kampf n’est finalement qu’un gentil conte pour enfant


          • suispersonne 25 septembre 19:22

            @Tolzan
            Vous n’avez pas tort de souligner des aspects terrifiants de ces écrits.
            Justement, il manque dans l’islam des gens pour s’en débarrasser.
            Serait ce possible ? Je n’en vois pas le début.


          • Pascal L 25 septembre 20:11

            @suispersonne
            Le Coran est réputé être la parole d’Allah inchangée, donc modifier le Coran est injurier Allah. Bien sûr, ce texte est bourré de contradictions qui ne peuvent venir de Dieu mais ils ne peuvent le voir. Si nous en faisons la remarque, la réponse est toujours « nous ne pouvons pas tout comprendre aujourd’hui, mais le texte sera parfaitement clair à la fin des temps »... Une bonne raison pour déclencher l’apocalypse.


          • véronique 26 septembre 11:02

            @Pascal L

            Parce que vous croyez sans doute qu’on peut modifier la bible ? 


          • véronique 26 septembre 11:04

            @Tolzan

            C’est pareil dans la bible. Violence et intolérance y trouvent leur place.


          • Pascal L 26 septembre 11:37

            @véronique
            La Bible ne doit pas être modifiée au risque de n’y rien comprendre. Au contraire, parce que nous pouvons la lire dans son état du 7ème siècle avant notre ère, nous pouvons comprendre les intentions des rédacteurs qui ne sont pas Dieu. La science nous permet de restituer un contexte et une culture originale. La violence dans la Bible est réelle mais c’est la violence des hommes à laquelle vous n’échappez pas vous-même. Si parfois, nous pouvons y trouver une injonction de Dieu à la guerre pour expliquer des événements passés, nous comprenons aujourd’hui que c’est la compréhension de ces événement par les Hébreux de l’époque. La connaissance de Dieu ne s’est pas fait en une journée, ni même en 20 ans, ce qui aurait le signe indéniable d’un Dieu créé par l’homme. Aujourd’hui, nous avons un peu avancé, grâce en particulier avec l’enseignement de Jésus mais nous ne sommes pas arrivé au bout de nos découvertes. La science est aujourd’hui une aide précieuse qui nous permet de séparer ce qui peut venir de Dieu de ce qui vient indéniablement du rédacteur.


          • Tolzan Tolzan 26 septembre 12:08

            @véronique

            Il faudrait peut-être ce que vous commenciez par expliquer ce que vous entendez par « la bible ». La bible hébraïque ou le nouveau testament ?

            Moi, qui suis de culture chrétienne (même si je n’ai pas fichu les pieds à l’église depuis un demi-siècle), je ne répondrai que sur le nouveau testament (c.a.d, les évangiles). Voici deux exemples de paroles de tolérance et d’amour du Christ rapportés dans l’Évangile selon Saint Jean :

            "Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres" , Jean 15.12 à 17)

             "Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre" (Jean 8.2-11)

            Pouvez-vous me citer des paroles similaires de Mahomet ? Quelles sourates ? Au contraire les sourates que j’ai citées plus haut sont d’une extrême violence, de la haine pure, des appels au meurtre à l’assassinat des non-croyants.

            Et après, on vient nous présenter l’islam comme soi-disant la religion d’amour et de paix !!!!! Finalement, vous auriez mieux faire de ne pas commenter !


          • véronique 26 septembre 14:51

            @Tolzan

            Je commente si je trouve que c’est nécessaire. N’est-ce pas votre cas ?

            Vous êtes comme les marcionistes. C’est vrai que c’est commode de se débarrasser de ce qui gêne. Mais pour la majorité des chrétiens et notamment ceux qui ont voix au chapitre en France, ancien et nouveau testaments sont indissociables, que ça nous plaise ou non.

            Quant à l’amour, les chrétiens ont eu maintes fois l’occasion de montrer que c’était une notion très relative.

            Tout ceci est politique. 


          • Pascal L 26 septembre 16:11

            @véronique
            L’amour de Dieu n’est pas une notion relative. Ceux qui ont fait l’expérience de la rencontre avec Dieu le savent. les autres doivent encore faire cette expérience.
            Vous avez raison sur l’indissociabilté des deux Testaments. Néanmoins, entre le premier et le deuxième, il y a l’enseignement de Jésus qui n’est pas rien et éclaire beaucoup de points restés obscurs. Nous avons autour de 4000 ans d’expérience de rencontres avec Dieu et nous ne sommes pas encore arrivé au bout du chemin. Dieu se révèle à nous, mais nous ne comprenons pas tout et parfois, nous refusons ce qu’il veut nous dire. Nous progressons et la science est une aide précieuse pour discerner. Jésus est un tournant dans notre compréhension. En principe, tout ce que nous devions savoir a été dit, mais nous n’avons toujours pas tout compris. Les révélations actuelles sont plutôt de type privé, non pour ajouter quelque chose a ce qui a été dit mais pour éclairer des points restés obscurs chez la personne qui reçoit la révélation.


          • Antoine 25 septembre 13:18

            A Rome, fais comme les romains ou tu retournes là d’où tu viens...


            • rogal 25 septembre 13:33

              D’accord sur la critique de la « laïcité ».

              Stricto sensu, c’est la neutralité imposée aux pouvoirs publics en matière de religion. On ferait mieux de s’en tenir à cela ; car, lato sensu, c’est devenu... ce que chacun trouve bon d’y mettre.

              Changeons le sens des mots si l’on veut, mais dans la clarté.


              • véronique 26 septembre 14:54

                @rogal

                c’est la neutralité imposée aux pouvoirs publics en matière de religion.

                --------------->  exactement !


              • SilentArrow 25 septembre 14:16

                @Salah Lamrani

                 

                L’interdiction de l’abaya dans les établissements scolaires constitue une grave violation des droits fondamentaux des collégiennes et lycéennes de confession musulmane, injustement stigmatisées et discriminées.

                Ce sont ces imbéciles de moustoufs qui se stigmatisent eux-mêmes en portant un uniforme du salafisme. Essayez un peu de vous promener en Arabie Saoudite dans une chasuble de Croisé !

                Il s’agit ni plus ni moins que d’une provocation, une de plus de la part d’une secte malfaisante qui teste continuellement jusqu’où elle peut aller.

                Pourquoi les moustoufs qui ont fui la crasse de leurs shitholes islamiques veulent-ils à tout prix transformer leur pays d’accueil en un autre shithole islamique ?


                • amiaplacidus amiaplacidus 25 septembre 14:36

                  Je serai totalement favorable au port de l’abaya par des femmes le voulant en France si, et seulement, si, par exemple, une femme voulant porter un bikini sur une plage d’Arabie pourra le faire sans risquer d’être fouettée.


                  • SilentArrow 25 septembre 14:42

                    À l’abaya, je préfère le niqab. Beaucoup plus seyant, comme vous pourrez en juger en voyant ce défilé de modes.


                    • zygzornifle zygzornifle 25 septembre 15:10

                      @SilentArrow

                       Défilé chez Mélenchon et ses apôtres ...


                    • zygzornifle zygzornifle 25 septembre 15:09

                      11 millions de citoyens sous le seuil de pauvreté n’en n’ont rien a foutre de l’abaya ....


                      • Orélien Péréol Orélien Péréol 25 septembre 15:50

                        La laïcité s’est gagnée contre l’Eglise catholique et ce fut un combat. De nos jours, Ii faut lutter pour la maintenir contre l’Islam radical.

                        L’Islam est très souple. Nous n’avons aucun intérêt à valoriser les formes dures, extrêmement dures de l’Islam. Nous avons intérêt à valoriser l’Islam doux.

                        L’abaya est interdite dans les écoles de nombre de pays musulmans.


                        • tashrin 25 septembre 17:06

                          Une chose est sure : peu importe quel tete d’affiche ils révérent, les religieux nous emmerdent prodigieusement. 


                          • amiaplacidus amiaplacidus 25 septembre 17:25

                            @tashrin

                            Et c’est peu de le dire.


                          • Pauline pas Bismutée 25 septembre 18:14

                            Je vais me faire lapider a coup de pierres (ici !), mais, euh, en Arabie Saoudite, à Djeddah (côte ouest), à la plage, on se baigne en maillot de bain ….(les seins nus, non, un deux pièces « normal »). La plage est ouverte à tous et à toutes, hommes et femmes…..Par contre, il n’y a pas de piscine.

                            (j’ai aussi une belle abaya brodée, un kimono, quelques sarongs, je vais ranger tout ça, au cas où…..)

                            Et puis ce n’est pas comme si une guerre risquait de nous pèter à la figure, des mômes disparaissaient ou se faisaient violer, ou trucider toutes les semaines, des français ne pouvaient pas se soigner ou ne pouvaient pas bouffer, ou dormaient sous les ponts….

                            Écorchons nous pour un bout de tissu, avant on voulait rhabiller les nanas, maintenant on veut les déshabiller…..

                            Est-ce que ce monde est sérieux….


                            • S.B. S.B. 25 septembre 18:59

                              En France, les femmes sont libres d’aimer qui elles veulent, comme elles veulent, quand elles veulent. Elles n’appartiennent ni à leur père, ni à leur frère, ni à leur mari, ni à leur « communauté ». Ce sont des personnes LIBRES.

                              On ne leur enseigne pas la honte de leur corps ni de leur féminité. On ne leur enseigne pas qu’elles doivent se cacher pour ne pas exciter les hommes ni qu’elles sont coupables si cette excitation ou le désir surviennent, coupables et méritant donc d’être traitées de « putes », harcelées voire agressées. « Ni putes ni soumises » comme se sont nommées elles-mêmes des femmes de banlieue.

                              Ces filles avec abaya sont exactements celles qui refusent dans les établissements scolaires les cours d’éducation à la sexualité où on leur explique le fonctionnement de leur corps, les cours sur l’égalité hommes/femmes ; ce sont exactement elles qui reprochent à des femmes enseignantes de porter des tee-shirts montrant leurs bras (là, quelques baffes méritées se perdent). Ce sont exactement elles, ou leurs mères, ou leurs pères, qui insultent à St-Denis des femmes archéologues en short et bermuda et dans une position « obscène » et « impie » parce qu’elles sont accroupies pour faire leur travail. Cette hantise et cette obssession du corps et de la sexualité confinent à la maladie mentale. Kamel Daoud, écrivain algérien, dit que le monde arabe est malade du désir, malade du désir pour le monde, malade du désir pour la femme.

                              Il n’y a aucune différence de nature entre voile, abaya, burkini et burka, juste une différence de degré. Cette mentalité mène directement à des femmes entièrement recouvertes de noir sur les plages, au bord de l’eau, alors que monsieur et les enfants se baignent en maillot de bain, comme je l’ai vu cet été. C’est une vision qui déchire le coeur et fait naître une grande colère.

                              C’est une guerre culturelle fondamentale qu’il faut mener et gagner. Il est hors de question que mes petits-enfants quand j’en aurai, mes petites-filles, vivent dans un pays où elles seraient menacées, insultées ou agressées par des malades mentaux qui ne supportent pas que des filles vivent comme elles l’entendent.


                            • S.B. S.B. 25 septembre 19:11

                              Par ailleurs, il faut complètement séparer les abayas, burkinis and co, de la laïcité, et les traiter pour ce qu’ils sont, à savoir des signes de discrimination massive des femmes et de leur relégation à de seuls objets sexuels, ou tas de viande, c’est la même chose. 

                              Il y a quelque temps à Strasbourg dans la rue, des « jeunes », dont on devine sans peine l’origine, ont frappé à coups de poing le visage d’une jeune femme parce que sa jupe était « trop courte ».

                              Mais p...n, dans quel monde on vit ?


                            • ZenZoe ZenZoe 25 septembre 18:47

                              L’auteur, allez donc vivre ailleurs et arrêtez de nous gonfler !


                              • Pascal L 25 septembre 19:24

                                L’abaya n’est pas un vêtement religieux, mais l’interdire, c’est attaquer l’islam. Il y a comme une contradiction qu’il vous faudra assumer.

                                Vous placez Allah au sommet, mais ensuite vous lui associez le Coran, Muḥammad, voire le calife. Lorsque vous manifestez pour un Coran brûlé, vous montrez que l’islam est une religion idolâtre. Le Coran, c’est du papier et de l’encre fait de la main de l’homme, exactement comme une idole, et le texte subsiste par ailleurs (encore sur du papier, à défaut d’être au ciel). En brûlant un Coran, on enlève rien à personne car car ce Coran là n’a pas été volé mais acheté. Les musulmans ont toujours leur Coran à la maison. Alors pourquoi cette colère, si ce n’est pour défendre une idole ?

                                Le Coran est d’ailleurs un texte que personne ne comprend vraiment car sa langue n’est la langue maternelle de personne. En y regardant de plus près, la langue du Coran est très proche du Syro-Araméen, une langue qui pouvait se parler à Damas, mais certainement pas à la Mecque. D’ailleurs, la Mecque ne pouvait pas exister au 7ème siècle. L’eau du puits de zemzem est aussi minéralisée que de l’eau de mer et contient de l’arsenic. Donc impossible d’en vivre. D’ailleurs, vous pouvez compter les oliviers et les figuiers à La Mecque. Ces arbres, capables d’aller chercher de l’eau profondément ne peuvent utiliser la nappe de zemzem et n’existent donc pas. Il a fallu les travaux pharaoniques d’un empire pour capter l’eau des 3/4 orages de l’année et la stocker dans d’immenses citernes dont les traces existent toujours. Aujourd’hui, l’eau vient des usines de dessalement et il se vent aux pèlerins 10 fois plus d’eau de zemzem que le débit du puits le permet.

                                En comparant avec le Syro-Araméen, on se rend compte que le sens de beaucoup de mots a été changé, sans doute au gré de la volonté des califes successifs. Par exemple Al Qadr de la sourate 97 ne signifie pas grand chose pour vous, sinon le 27ème jour du mois de Ramadan (attribution très tardive) alors qu’il s’agit de Noël en Syro-Araméen. Est qu’est-ce qui est descendu la nuit de Noël ? Certainement pas le Coran. En changeant le sens de ce mot, on introduit d’autres contradictions avec le texte du Coran lui-même. Le Coran est-il alors descendu en une nuit, un mois ou 20 ans. Toutes ces interprétations peuvent se déduire du Coran... J’ai déjà documenté plus de 100 incohérences du Coran et je suis encore très loin du compte. Autre contradiction : Qui a créé le mal ? Allāh, Shayṭān ou l’homme. Les trois interprétations sont dans le Coran avec une majorité pour Allah. Mais si Allah a créé le mal, vous ne pouvez pas le combattre, car c’est Allah que vous combattez !

                                Tout ça pour dire que le mensonge est partout dans le Coran et encore plus dans la Sirah ou les ahādīth. De fait, Dieu est absent de l’islam qui ressemble bien plus à une idéologie politique totalitaire qu’à une religion. Nous avons déjà connu quelques-unes de ces idéologies au siècle dernier et vu ce que cela pouvait produire. Ne recommençons pas !

                                J’ai entendu, il y a peu, un imam des Frères Musulmans affirmer sans rire que tous les hommes étaient incréés et que nous vivions au paradis avant notre naissance. Tous les hommes étaient donc musulmans avant la naissance, ce qui fait que tous les non-musulmans sont des apostats. Ce qu’il n’a pas oser ajouter devant son auditoire multi-religieux, c’est que dans l’islam, l’apostasie est punie par la mort. On ne peut être plus clair sur les intentions des Frères Musulmans envers les non-musulmans. Les Frères Musulmans veulent donc assassiner tous les non-musulmans et vous chouinez devant l’interdiction de l’abaya !

                                Je vous conseille donc de lire attentivement le Coran dans une langue que vous pouvez comprendre (en français par exemple) et d’en tirer par vous-même les conclusions qui s’imposent.


                                • Decouz 25 septembre 22:06

                                  @Pascal L
                                  Personne a dit qu’il y avait des oliviers à la Mecque à part vous, par contre les olives et l’huile d’olive voyagent très bien, de même les figues, on en trouve même en France.


                                • Decouz 25 septembre 22:13

                                  @Decouz

                                  « Notre étude a montré que les concentrations d’arsenic étaient inférieures à la limite de détection instrumentale dans tous les échantillons d’eau de Zamzam (échantillons en bouteille et prélevés au robinet). La concentration d’arsenic dans l’eau de Zamzam a donné des résultats contradictoires dans la littérature...En outre, il est possible que la concentration d’arsenic dans l’eau de Zamzam soit dynamique et affectée par les activités civiles à proximité du puits. À l’exception des habitants de longue date et des citoyens du pays d’Arabie Saoudite, la consommation d’eau de Zamzam devrait être un comportement temporaire étant limité par la période relativement courte du pèlerinage (jours-semaines), la relative indisponibilité de l’eau de Zamzam en dehors des zones rituelles, le volume d’eau relativement faible autorisé aux pèlerins à leur retour dans leur pays (un seul paquet autorisé de 5 litres d’eau Zamzam en bouteille est librement autorisé pour chaque personne de retour)... »https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7829203/



                                • Decouz 25 septembre 22:27

                                  @Decouz
                                  Et il n’y avait pas besoin à l’époque ancienne de travaux pharaoniques compte tenu des populations pas très nombreuses, même pour le pèlerinage, rien à voir avec la situation actuelle, oui là on peut parler de travaux pharaonique pour le traitement et la distribution (je ne crois pas que l’eau de la ville elle-même de la Mecque provienne de ce puits, je parle juste de l’eau de Zem Zem), la nappe a été cartographiée et étudiée, il y a peut-être des dizaines de km2, une nappe ça ne se remplit pas avec un orage, mais pendant des années, des siècles peut-être.


                                • Pascal L 26 septembre 11:10

                                  @Decouz
                                  Le Coran contient 6 références aux olives, dont 5 référence à l’arbre et une référence au fruit. Pour que le discours de Muḥammad fonctionne, il faut que ceux qui entendent ce discours sachent ce que peut être l’arbre et pas seulement le fruit. Or comment les habitants de La Mecque peuvent-ils connaître cet arbre qui ne peut pousser dans cet environnement. Par ailleurs, le fait qu’il faut tout importer, y compris le foin pour les animaux et qu’il n’y a aucune route caravanière qui passe par La Mecque rend ce lieu particulièrement impropre à une utilisation par les caravanes. Mais si vous placer la naissance de l’islam en Syrie, toutes les incohérences tombent. La présence du port de Lattaquié sur la route de la soie impose des bases caravanières dans cette région qui permet la culture de l’olivier et du figuier. La langue du Coran confirme cette implantation.
                                  Par ailleurs, il est dit dans la tradition qu’il pousse à La Mecque deux sortes d’herbes pour les animaux. Il vous faudra convenir que ce lieu ne peut être La Mecque.
                                  Zemzem est un puits, pas une source et c’est un point de concentration des eaux des orages. La nappe se rempli régulièrement sur une durée assez courte puisque les Saoudiens ont asséché plusieurs fois la nappe pour connaître ses limites. Elle n’a pas mis des siècle à se remplir. J’avais justement étudié une vidéo produite par les Saoudiens qui montraient les résultats de ces travaux. J’avais noté la quantité d’eau disponible sur l’année qui n’est pas très élevée. Dans cette même vidéo, ils nous montraient la mise en bidons de 10 litres, soit-disant de cette eau, mais ils ont fait une boulette car la quantité d’eau vendue tous les ans représente 10 fois la quantité que le puits peut produire. Oups ! Il est évident que l’eau prélevée ne vient pas de ce puits.
                                  De fait les analyses que l’on peut produire sur cette eau sont largement variables en fonction de l’origine réelle de cette eau. Si les Saoudiens vendent 10 fois plus d’eau que le puits ne peut produire, c’est que 9/10 au moins du contenu des bidons provient de l’usine de dessalement de Djeddah. Par ailleurs l’exportation de cette eau est interdite, ce qui fait que l’eau que vous pouvez acheter en France est d’origine totalement indéterminée. Les compositions que j’ai pu voir montrent qu’il n’est pas possible d’avoir un résultat fiable. Donc arsenic ou pas, j’ai tendance à croire les résultats qui sont compatibles avec l’absence de tout arbre sur le site. De toutes façons, la minéralité est incompatible avec l’usage quotidien de cette eau.
                                  Et même si nous supposons que cette eau est potable, le calcul du nombres de personnes qui peuvent vivre sur un seul puits nous montre un résultat très faible. Tout aux plus 3 ou 4 familles et aucun pèlerin. Faites le calcul, sachant qu’il faut puiser à plusieurs mètres de profondeur l’eau pour l’usage humain, mais aussi pour arroser les cultures, permettre à l’herbe de pousser pour les animaux et leur permettre de boire. 
                                  Parmi les autres faits troublants nous avons le verset 2, 158 : « 158. As Safa et Al Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah. Donc, quiconque fait le Hadj à la Maison ou fait l’Umra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est Reconnaissant, Omniscient. »
                                  Cette circulation entre Safa et Marwah existe bien dans le pèlerinage à La Mecque, mais Marwa (Mont Moriah (du Temple) et Safa (Mont Safa) de l’autre côté du Cedron sont bien des lieux de Jérusalem et ce ne sont pas des cailloux mais des montagnes.
                                  Hadj n’est pas un mot arabe mais ce mot existe en Hébreu et en Araméen et désigne la circumnambulation comme modalité de pèlerinage au Temple de Jérusalem. De même l’Oumra (Ombra en Hébreu) est un service religieux au Temple de Jérusalem. Le mot Maison, beit en arabe ou en Hébreu, désigne aussi le Temple en Hébreu. 
                                  Il semble clair que le site de La Mecque a bien été inventé pour masquer le pèlerinage à Jérusalem... Pas facile de bien mentir !

                                  Construire une ville dans un lieu impropre à la vie demande des subventions considérables et une implication totale d’un Etat puissant. Cela n’a pas été possible avant l’empire abbasside et d’ailleurs, les traces des maisons les plus anciennes retrouvées lors de la transformation récente de la ville montre une architecture abbasside. Coïncidence ? Il n’existe d’ailleurs aucune trace de cette ville avant cette époque. 
                                  Pour compléter les besoins actuels en eau, l’Etat saoudien vient de lancer un appel d’offre international pour mettre en place d’immenses citernes et un réseau de collecte de l’eau des orages. Tiens, un retour à l’empire abbasside !
                                  Si vous voulez d’autres détails, regardez la vidéo d’Odon Lafontaine. Il fait une excellente synthèse des travaux scientifiques sur le sujet en citant ses sources. Ainsi, vous pouvez vérifier.
                                  Vous y verrez également que le risque d’une inondation majeure sur le site et mortelle existe et est fort probable.


                                • paco 25 septembre 21:05

                                   Si j’avais 17 ans, j’adorerais me la jouer révolté.

                                   Du style entrer le visage bien maquillé genre cagole, habillé en totale abaya, dans la mosquée de mon quartier un vendredi soir, dans la salle des hommes, et crier qu’être trans non binaire mais couillu actif qui avale, c’est pas pécher.

                                   @Salah Lamrani, vous avez un prêche pour ça ? 

                                   


                                  • hamia 26 septembre 01:17

                                    Bravo pour cet excellent article ; le pouvoir veut stigmatiser 5 millions de musulmans ,en les empêchant les femmes de se vêtir ,d’une manière décente ,comme le veut Dieu , dans toutes Ses Révélations :

                                    « Ils veulent éteindre de leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah parachèvera Sa lumière en dépit de l’aversion des mécréants. »Coran sourate As-Saff 8

                                    • Pascal L 26 septembre 11:29

                                      @hamia
                                      Ah oui, la sourate 61 : « Allah aime ceux qui combattent dans Son chemin en rang serré pareils à un édifice renforcé » (verset 4), autrement dit, faites la guerre, vous serez récompensés...

                                      C’est vous qui voulez nous faire la guerre et nous devrions nous laisser faire ? Nous, nous savons que le Coran ne contient que des incohérences et ne peut donc pas venir d’Allah. Vous préférez ne pas savoir alors que vous avez les moyens de vérifier par vous-même. Nous, nous ne combattons pas avec des armes mais avec la vérité et c’est la vérité qui vous emportera.

                                      Pour les raisons de ce déni, j’aime citer l’islamologue belge Alfred Havenith qui met bien en évidence les mécanismes psychologique à l’œuvre chez les musulmans : « le succès des hérésies nestorienne et monophysite s’explique par les relents de paganisme qui subsistaient dans des populations encore mal évangélisées. Pour leurs adeptes, « la surdétermination de Dieu le rend incapable de s’incarner, le bloque dans sa toute-puissance et lui interdit la kénose. Et dans les deux cas, c’est finalement la peur, la vieille peur païenne qui joue : peur de rencontrer Dieu. On lui préfère un Seigneur lointain, incompréhensible, potentat, mais pas un Père. Et d’autre part, il y a le désir de l’homme de n’être lié à Dieu par rien et de n’avoir pas à se transcender. L’homme préfère abdiquer sa dignité de fils de Dieu et se préfère esclave de Dieu. Ainsi, n’étant plus responsable de lui-même, il peut se laisser aller à tous ses instincts et se pardonner ses actes les plus vils […]. Et les événements chimériques racontés par les apocryphes accentuent l’abîme entre Dieu et l’homme et le plongent dans la magie irresponsable » (Les Arabes chrétiens nomades au temps de Mohamed, Centre d’histoire des religions, Louvain-La-Neuve, 1988, p. 107-108). S’il cite les hérésie chrétiennes nestorienne et monophysites, c’est qu’elles sont à l’origine de l’islam.

                                      Au 3ème siècle, Origène distingue deux types d’Ébionites qui sont des groupes pratiquant ces hérésies : « Ce sont les deux sortes d’Ébionites : ceux qui admettent comme nous que Jésus est né d’une vierge, ceux qui ne le croient pas né de cette manière mais comme le reste des hommes » (Contre Celle V, 61). Curieusement, nous allons retrouver ces deux manières de penser dans le Coran et cette première sorte fait penser au groupe des Nazaréens. Eusèbe écrira plus tard (au 4ème siècle), de manière plus explicite : « Mais à côté de ces derniers, il y en avait d’autres qui portaient le même nom et qui échappaient à leur sottise étrange. Ils ne niaient pas que le Seigneur fût né d’une vierge et du Saint-Esprit ; pourtant, semblablement à eux, ils ne confessaient pas qu’il fut préexistant, comme Dieu, Verbe et Sagesse et ainsi, ils revenaient à l’impiété des premiers, d’autant plus que pareillement à eux, ils mettaient tout leur zèle à accomplir soigneusement les prescriptions charnelles de la Loi » (Histoire Ecclésiastique III, 27, 3). Ici, il n’est pas encore question de naṣārā, mais toute la christologie du Coran est présente dans ces groupes hérétiques.

                                      L’islam se trouve confronté à la vérité qui ne peut plus être cachée car Internet est un outil de diffusion phénoménal. Un imam des Frères musulmans n’a pas pu me dire autre chose que des injures à propos des réseaux sociaux. Je ne pense pas que l’islam y survivra.


                                    • hamia 27 septembre 00:19

                                      @Pascal L ; La seule religion qui survivra sera l’islam et cela sera confirmée par Jésus , lors de sa seconde venue à Damas , près du minaret blanc ; Jésus sera investi par Dieu ,de régner et d’établir la justice ,avec les lois du Coran et non avec l’Evangile.


                                    • SilentArrow 27 septembre 08:52

                                      @hamia
                                       

                                      La seule religion qui survivra sera l’islam et cela sera confirmée par Jésus , lors de sa seconde venue à Damas , près du minaret blanc ; Jésus sera investi par Dieu ,de régner et d’établir la justice ,avec les lois du Coran et non avec l’Evangile.

                                      Paroles d’Arabes qui veulent avoir l’air malins.

                                      Jésus qui est mort il y a 2000 ans reviendrait à Damas près du minaret blanc !

                                      Et l’islam qui est une invention d’Arabes dépravés, qui ne se maintient que par les menaces qu’elle fait peser sur les apostats, et qui est la religion la plus dégueulasse serait donc la dernière à survivre !

                                      À se tordre de rire.


                                    • SilentArrow 27 septembre 09:13

                                      @hamia
                                       

                                      le pouvoir veut stigmatiser 5 millions de musulmans

                                      Ah si seulement c’était vrai ! Si le pouvoir voulait vraiment stigmatiser 5 millions de mahométans !

                                      On pourrait dire : eh ben c’est pas trop tôt. Depuis le temps qu’ils nous emmerdent avec leurs superstitions de tarés ! Ça leur apprendra !

                                      Qu’est-ce qu’il attend, le pouvoir, pour foutre tout ce beau monde à la frontière ?

                                      Parce que, bande d’hypocrites, c’est vous qui êtes les spécialistes de la stigmatisation. Dans aucun de vos shitholes islamiques, les non islamiques n’ont autant de droit que les moustoufs en France. Quand ces trous de balles de moustoufs sont au pouvoir dans un pays, ils sont incapables de traiter les croyants des autres religions à égalité avec les moustoufs. Et la raison est simple : les stupides moustoufs considèrent que l’islam c’est bien et le reste c’est le diable, et on ne peut pas mettre le bien et le diable sur le même pied.

                                      Allez vous faire stigmatiser ailleurs bande de pleurnicheurs hypocrites !


                                    • L'apostilleur L’apostilleur 27 septembre 09:14

                                      @hamia
                                      Jésus était musulman ?
                                      De quel Coran parlez-vous ? Il y en a eu une dizaine. 
                                      Vous êtes sur la bonne voie, vous commencez à percevoir que Mahomet était un judéo-chrétien.
                                      https://onenpensequoi.over-blog.com/2023/05/les-musulmans-des-judeo-chretiens-qui-s-ignorent.html


                                    • Pascal L 27 septembre 11:27

                                      @hamia
                                      Jésus est déjà revenu. Il est là présent au milieu de nous et beaucoup de chrétiens n’ont aucun mal à le rencontrer. Pour la fin des temps, il n’a pas parlé d’une seconde venue, seulement qu’il se manifesterai, ce qui n’est pas la même chose. 
                                      Il a bien dit que son royaume n’est pas de ce monde et il est illusoire de penser qu’il va créer un royaume terrestre. Les lois du Coran sont des lois parfaitement terrestre qui n’ont rien à faire sans un royaume spirituel. Après la mort, vous n’aurez plus besoin de manger, de faire des enfants... et donc toutes les lois du Coran sont caduques, déjà aujourd’hui. D’ailleurs, comment suivre un livre bourré de contradictions... 
                                      Si vous vouliez rencontrer Jésus, vous vous rendrez compte de l’amour immense qu’il a pour vous comme pour chacune des personnes qui composent l’humanité. C’est finalement la peur qui vous empêche de le rencontrer. Vous lui préférez un dieu lointain, incompréhensible, potentat, mais pas un Père. Et d’autre part, il y a notre désir de n’être lié à Dieu par rien et de n’avoir pas à se transcender. L’homme préfère abdiquer sa dignité de fils de Dieu et se préfère esclave d’un dieu qu’il s’est créé. Ainsi, n’étant plus responsable de lui-même, il peut se laisser aller à tous ses instincts et se pardonner ses actes les plus vils.
                                      Ne me faîtes pas confiance, rencontrez Jésus et vous saurez.


                                    • Pascal L 27 septembre 11:43

                                      @L’apostilleur
                                      judéo-chrétiens, certes mais hérétiques, à la fois pour les juifs et les chrétiens. Toutes la christologie du Coran est dans les textes apocryphes. Par ailleurs, les références à la Bible sont des évocations avec des erreurs, bien plus que des citations, ce qui laisse supposer une culture principalement orale.
                                      Au 3ème siècle, Origène distingue deux types d’Ébionites : « Ce sont les deux sortes d’Ébionites : ceux qui admettent comme nous que Jésus est né d’une vierge, ceux qui ne le croient pas né de cette manière mais comme le reste des hommes » (Contre Celle V, 61). Curieusement, nous allons retrouver ces deux manières de penser dans le Coran et cette première sorte fait penser au groupe des Nazaréens. Eusèbe écrira plus tard, de manière plus explicite : « Mais à côté de ces derniers, il y en avait d’autres qui portaient le même nom et qui échappaient à leur sottise étrange. Ils ne niaient pas que le Seigneur fût né d’une vierge et du Saint-Esprit ; pourtant, semblablement à eux, ils ne confessaient pas qu’il fut préexistant, comme Dieu, Verbe et Sagesse et ainsi, ils revenaient à l’impiété des premiers, d’autant plus que pareillement à eux, ils mettaient tout leur zèle à accomplir soigneusement les prescriptions charnelles de la Loi » (Histoire Ecclésiastique III, 27, 3). Ici, il n’est pas encore question de naṣārā (Nazoréens), mais la christologie du Coran est bien présente.
                                      On ne sait pas vraiment qui était Muḥammad. il ne s’appelait pas encore ainsi et il a été oublié pendant les 60 années qui ont suivi sa mort, mais les textes contemporains nous parlent bien d’un judéo-christianisme avec la vision d’une apocalypse imminente. Tellement imminente qu’il n’était pas encore question de fonder une nouvelle religion, juste d’attendre la fin des temps. Ce personnage n’est pas loin du Philippulus de Tintin (l’île mystérieuse).


                                    • Gollum Gollum 27 septembre 11:56

                                      @Pascal L

                                      Pour la fin des temps, il n’a pas parlé d’une seconde venue, seulement qu’il se manifesterai, ce qui n’est pas la même chose. 

                                      Pfff... z’êtes clairement hérétique. https://fr.wikipedia.org/wiki/Parousie

                                      Il a bien dit que son royaume n’est pas de ce monde et il est illusoire de penser qu’il va créer un royaume terrestre.

                                      Menteur. Apocalypse chap 20 :

                                      Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main.

                                      20.2 Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans.

                                      20.3 Il le jeta dans l’abîme, ferma et scella l’entrée au-dessus de lui, afin qu’il ne séduisît plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps.

                                      20.4 Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans.

                                      20.5 Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est la première résurrection.

                                      20.6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans.

                                      C’est assez clair non ? Vous qui avez des rapports intimes avec Jésus sur l’oreiller il ne vous a pas mis au courant ??


                                      Ne me faîtes pas confiance

                                       smiley 
                                      C’est le moins qu’on puisse dire... 

                                      Et là vous allez me sortir votre sempiternelle : vous n’allez pas apprendre aux chrétiens.. et bla, bla, bla... smiley


                                    • Pascal L 27 septembre 15:02

                                      @Gollum
                                      Ben oui, vous ne pouvez pas apprendre aux chrétiens comment interpréter la Bible puisque vous n’y comprenez rien. Je vous ai déjà expliqué comment interpréter les prophéties et je n’y reviendrai pas. L’apocalypse n’est pas la parole de Jésus mais une interprétation humaine d’une révélation divine. Vous essayez de vous faire plus chrétien que les chrétiens pour imposer vos croyances mais les chrétiens ne sont pas dupes. Vous avez peur de rencontrer Dieu, et pourtant, lui, pourrait vous donner un enseignement bien plus fort que le mien. Vous préférez sans doute être esclave des dieux que vous vous êtes créé, tout cela pour échapper à votre responsabilité et pouvoir vous pardonner vous même le mal que vous avez fait.


                                    • Gollum Gollum 27 septembre 15:12

                                      @Pascal L

                                      C’est un régal de vous contrarier...  smiley

                                      Allez on va continuer votre debunkage (je sais que vous êtes trop bête, ou de mauvaise foi, et que donc ça ne sert à rien en ce qui vous concerne)

                                      L’apocalypse n’est pas la parole de Jésus

                                      Le début du texte c’est :

                                      Révélation de Jésus Christ

                                      On peut difficilement faire plus clair ce qui invalide votre discours là encore..

                                      Et au chap final 22 :

                                      Et il me dit : Ces paroles sont certaines et véritables ; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt.

                                      Là encore un gros carton rouge pour vous.

                                      Le final :

                                      Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin.

                                      22.17 Et l’Esprit et l’épouse disent : Viens. Et que celui qui entend dise : Viens. Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement.

                                      22.18 Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ;

                                      22.19 et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.

                                      Le verset 19 c’est pour vous puisque vous osez contredire ce livre et n’en faire qu’à votre tête et vos lubies... 

                                      Bienvenu chez Belzébuth. smiley


                                    • Gollum Gollum 27 septembre 15:14

                                      @Pascal L

                                      Je vous ai déjà expliqué comment interpréter les prophéties et je n’y reviendrai pas.

                                      Vous n’avez rien expliqué du tout et pour cause. Quant à y revenir.. 


                                    • Pascal L 29 septembre 15:44

                                      @Gollum
                                      Les versets que vous me citez ne sont pas incompatibles avec ce que j’ai écrit. Si vous voulez comprendre, faites appel à l’Esprit-Saint et à Jésus ressuscité. Ils savent, mais si vous avez peur de les rencontrer, c’est votre problème et pas le mien.


                                    • Gollum Gollum 29 septembre 17:20

                                      @Pascal L

                                      Ben allez y vous qui êtes si malin. J’attends votre exégèse. Je me marre d’avance.


                                    • L'apostilleur L’apostilleur 26 septembre 10:53

                                      @ l’auteur 

                                      « ...la conception caricaturale de la laïcité adoptée par le Président Emmanuel Macron.. »

                                      Vous préférez celle de l’Arabie Saoudite ?


                                      • L'apostilleur L’apostilleur 26 septembre 10:55

                                        @ l’auteur 

                                        « ...Cette obsession à vouloir contrôler le corps des femmes n’est pas sans rappeler la période coloniale.. »

                                        Pour les occidentaux c plutôt une obsession islamique 


                                        • L'apostilleur L’apostilleur 26 septembre 10:59

                                          @ l’auteur 

                                          « ...Chaque individu a le droit fondamental de choisir sa tenue vestimentaire sans être soumis à des restrictions discriminatoires... »

                                          Allez dire ça au Pakistan, à l’Iran, à l’Arabie Saoudite...

                                          C ce que disait Ramadan, le penseur islamique, méfiance !!



                                          • L'apostilleur L’apostilleur 26 septembre 11:03

                                            @ l’auteur 

                                            « ...Cette énième polémique, validée par des chambres d’écho médiatiques dociles et irresponsable... »

                                            Vous êtes le tam-tam médiatique de lfi, le collabo du sultan Mélenchon.



                                            • aliante 26 septembre 12:15

                                              l’etat fantoche macronien utilise les abayas pour ne pas parler du reste ,mais ce n’est pas parceque ils l’utilisent que l’abaya n’existe pas et que l’introduction de ces habits aux connotations religieuses n’ont pas lieux sous couvert de liberté individuelle qui n’est en rien qu’une distinction culturelle et religieuse facilement identifiable j’irai plus loin dans les tenues obligatoire à l’école comme le port obligatoire d’un uniforme d’écolier ,l’interdiction de signe de richesses ,des marques qu’ils soient d’habits ou de fourniture pour faire sortir le venin de la division dans l’école publique qui est un endroit ou on apprend a lire, compter et écrire Les gens ont tout le temps de faire comme bon leur semble après la classe 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Salah Lamrani


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité