• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comprendre comment le monde a progressé depuis 1914. Le sens évolutif et (...)

Comprendre comment le monde a progressé depuis 1914. Le sens évolutif et rationnel de l’histoire. 1ère partie

 La guerre, pourquoi la guerre ? La guerre existe depuis la nuit des temps ; c’est une facette de la nature humaine. Est-ce la faute aux hommes s’ils se font la guerre ? Puisqu’elle fait partie de la nature humaine, forcément ce n’est pas la faute aux hommes, mais aux relations difficiles qu’entretiennent entre eux les hommes ; ces relations relèvent de ce qu’ils sont dans le sens qu’ils sont rivaux par nature et cela fait partie de leur histoire. Bien plus, on peut même dire que la guerre a permis de structurer le monde ; donc en permettant d’éclore des nations, et toujours de nations plus structurées, l’histoire de l’humanité montre que la guerre, tout comme elle est dans la nature humaine, l’est aussi par nature dans la marche de l’humanité dans l’histoire.

 

Cependant, au fur et à mesure que l’humanité se structure solidement en nations souveraines dans le sens qu’elles se stabilisent et que les conflits ethniques, au sein de ces nations, se règlent et disparaissent permettant un vivre-ensemble naturel, le recours à la guerre se fait de plus en plus rare, voire même disparaît ne laissant que des relations économiques et commerciales pacifiques entre nations. Ne restent que les conflits anciens ou latents comme ceux qui se déroulent aujourd’hui, en particulier la guerre en Ukraine que l’on considère comme un conflit latent qui a éclaté en 2022, ou la guerre à Gaza qui est un conflit ancien qui date depuis 75 ans, et qui n’est toujours pas réglé, et ce en raison de la situation extrêmement conflictuelle dans les régions proche et moyen-orientales.

 

Bien sûr, un grand nombre de conflit sont en cours dans ces régions, guerre civile au Soudan, de même au Yémen avec l’intervention de coalition de pays, en Syrie, la Corée du Nord conflit depuis l’armistice de 1953. Bref d’autres conflits existent aussi en Afrique, qui ne sont toujours pas réglés, cependant force de dire, à part ces régions et l’Ukraine, il n’y a pas de guerre dans les autres continents.

 

Pourtant, et c’est une réalité, les guerres, pour qu’elles ont apporté, ont joué un grand rôle dans l’évolution du monde ; on peut même dire qu’elles ont apporté le plus grand tribut à la marche de l’histoire de l’humanité. Un véritable paradoxe que ce qu’est la guerre qui est synonyme de destructions, de pertes humaines, d’atrocité jusqu’aux génocides mais apporte aussi le renouveau de l’histoire.

 

Aujourd’hui, compte tenu du progrès du monde et surtout de l’avènement de l’arme absolue, et les arsenaux nucléaires que détiennent les grandes puissances, et ce que représentent ces arsenaux en termes de destruction pratiquement apocalyptiques où le temps de destruction se compte en minutes, en heures voire en quelques jours signifiant la destruction partielle ou totale immédiate d’une grande partie de l’humanité, « la propension de la nature humaine à la guerre est réellement tenue en respect précisément par ces armes apocalyptiques ». Les puissances sont désormais « mues par la raison » par le fait que les arsenaux nucléaires qu’elles ont érigés et les risques de guerre nucléaire qui pèsent sur elles leur pendent désormais comme une épée de Damoclès prête à les ramener à l’âge de la pierre.

 

La question qui se pose aujourd’hui est de comprendre comment l’humanité est arrivée à cette structure du monde comme elle l’est aujourd’hui ? Qu’en est-il des guerres en cours aujourd’hui, principalement la guerre en Ukraine et la guerre à Gaza ?

 

Pour comprendre les guerres et la marche de l’histoire, l’humanité a tellement avancé depuis le début du XXe siècle à aujourd’hui que les hommes peuvent désormais prendre conscience qu’il existe un phénomène évolutif dans les guerres ; ce phénomène évolutif n’a commencé à être réellement visible qu’avec la Première Guerre mondiale. Qu’en est-il ?

 

Pour savoir le sens des guerres dans l’histoire de la marche de l’humanité, partons du premier conflit mondial. Que s’est-il passé pour que cette première guerre mondiale se déclenche ? Comme le rapportent les récits historiques, la guerre a eu pour origine un événement terroriste, l’assassinat du couple héritier du trône austro-hongrois, le prince François-Ferdinand d’Autriche et son épouse la duchesse de Hohenberg, le 28 juin 1914, par un jeune nationaliste, originaire de Bosnie, Gavrilo Princip.

 

Après un ultimatum de 48 heures à l’encontre du Royaume de Serbie, une des exigences étant refusée par les Serbes, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie. La guerre qui devait se limiter à deux pays en conflit s’est transformée en guerre mondiale. Par le jeu d’alliances entre les grandes puissances européennes qui étaient à la tête d'empires coloniaux s'étendant sur plusieurs continents, et donc se retrouvant toutes engagées dans le conflit, la guerre déclarée le 28 juillet 1914 va durer plus de quatre années ; elle ne se terminera que le 11 novembre 1918.

 

Que peut-on dire de la Première Guerre mondiale qui a éclaté par un prétexte, un assassinat terroriste, qui relève plus d’un fait divers politique que d’un fait qui va changer le cours de l’histoire. En réalité, toutes les puissances, en particulier les puissances de l’axe (Allemagne, Autriche-Hongrie), étaient poussées à la guerre. Venue en retard dans le partage colonial à l’échelle mondiale, l’unité politique allemande ne s’étant opérée qu’en 1870, de même pour l’Italie, l’Allemagne réclamait de nouveaux gisements de minerais pour son industrie en pleine croissance et aussi la conquête de colonies.

 

La Première Guerre mondiale a été donc un passage obligé pour régler les comptes entre puissances. Les conséquences de la Première Guerre mondiale ont mis fin à trois empires, l’empire allemand, l’empire austro-hongrois et l’empire ottoman. Des pays ont été libérés, en particulier dans les Balkans : les colonies des empires allemand et ottoman passaient aux mains des puissances victorieuses, la France, l’Angleterre, le Japon…. Si la Première Guerre mondiale s’est terminée par la victoire des Alliés, c’est essentiellement grâce à l’entrée des États-Unis en guerre en 1917, qui ont changé le cours de la guerre au profit des Alliés.

 

Dans cette guerre, on constate un processus évolutif rationnel majeur de l’humanité. Non seulement trois empires coloniaux ont été démembrés, et ont cessé d’exister, mais cette guerre va aussi agir sur les consciences des peuples colonisés. L’affaiblissement des puissances coloniales après la Première Guerre mondial va sonner le réveil des peuples colonisés ; ils commenceront à revendiquer politiquement leurs indépendances ; de nombreux partis politiques vont naître dans les années 1920 et 1930. .

 

Une question de fond sur l’histoire : « Comment l’Angleterre est arrivé à coloniser l’Inde ? » Lorsque l’on sait que l’Angleterre ne comptait que 40 millions d’habitants, en 1914, avec une superficie de 246 690 km2 en Europe alors que l’Inde qui était très éloignée comptait, à la même époque, 250 millions d’habitants et une superficie de 4,169 millions de km2. Aucune comparaison possible avec les deux pays. Exploit d’une puissance européenne ou Exploit du progrès scientifique, industriel en Angleterre dû aux deux révolutions agricole et industrielle ?

 

Si c’est le progrès qui a permis à l’Angleterre de coloniser ces territoires lointains, il en va de même pour les autres puissances européennes, et cela ne peut être que le progrès, sans celui-ci, les pays européens n’auraient pu aller trop loin. La question essentielle qui se pose : « Pourquoi le progrès en Europe et non pour le reste du monde ?

 

L’Europe était-elle plus densément peuplée par rapport aux autres pays du monde ? Ou l’Europe était-elle plus intelligente que les autres peuples ? Et donc plus organisées ? Mais lorsque l’on regarde les guerres et les révolutions sociales qui se sont jouées en Europe, celles-ci ne se sont jouées nulle part ailleurs au monde.

 

On peut donc avancer toutes les explications possibles, il reste que l’Europe était en avance sur les pays du reste du monde. Un principe qui ressort de la marche de l’histoire, dans le sens que l’histoire a des desseins que les hommes ne peuvent comprendre. Pourquoi ? Parce qu’ils sont eux-mêmes compris dans le jeu de l’histoire, jeu qu’ils ne font qu’exécuter parce qu’ils sont des instruments de l’histoire ; et l’Europe a été en quelque sorte un instrument en colonisant le reste du monde a en fait mondialisé le monde. Ce qui explique les Guerres mondiales.

 

Et c’est ce qui fait avancer l’histoire ; l’humanité passe de stades en stades, mais toujours en faisant progresser l’histoire du monde selon un processus rationnel que l’on constate dans son développement, tout au long des siècles.

 

Aujourd’hui, le Royaume-Uni compte 69 millions d’habitants alors que l’Inde compte 1,4 milliards, aucune comparaison entre l’Inde et l’ancienne puissance coloniale qu’a été le Royaume-Uni, de même avec le Pakistan qui compte plus de 220 millions d’habitants.

 

Vingt ans passeront, un Deuxième Conflit mondial éclate et toujours provoqué par les puissances européennes. A la suite de cette deuxième guerre mondiale, une crise mondiale éclate préparant la Deuxième Guerre mondiale. La crise économique qui a éclaté, en 1929, aux États-Unis n’est en fait qu’une crise qui entre dans le processus évolutif du monde.

 

Nombre d’historiens, d’économistes en Occident ont cherché à expliquer pourquoi cette crise économique mondiale a fait irruption en 1929 aux États-Unis. En fait, par les événements même qui se sont passés, sur le plan économique, comme des millions de produits qui n’ont pas été vendus et ont été jetés à la mer – 80 millions de sacs de café, par exemple, des milliers de voitures invendus jetés à la casse, les huiles, etc. et la crise qui a éclaté aux États-Unis s’est étendue à l’Europe, l’Afrique, l’Asie, l’Amérique du Sud… – ne prouve qu’une chose : l’extrême faiblesse de la consommation mondiale.

 

Pourquoi ? La réponse est simple : plus des deux-tiers de l’humanité qui étaient colonisés ne comptaient pas dans la consommation mondiale ; des pays colonisés, les richesses naturelles de leurs terres (mines, etc.), en grande partie étaient transférées aux métropoles des puissances coloniales, auxquelles il faut ajouter leur force de travail presque gratuites, ces peuples vivant dans une extrême pauvreté.

 

Un déséquilibre flagrant au regard des formidables progrès industriels qui venaient de faire jour au début du XXe siècle, montrant l’impossible situation de la consommation mondiale. La crise économique de 1929 n’a été finalement que la sanction de l’écart économique des métropoles des pays occidentaux coloniaux et les pays du reste du monde vivant dans l’extrême pauvreté, et absents dans la consommation mondiale.

 

Précisément, les conséquences qui vont surgir de cette situation de crise mondiale, la mise en place de zones monétaires (zone franc, zone dollar, zone livre sterling) qui ne vont pas régler le problème économique entre les puissances, tout au plus à chercher à protéger leurs économies respectives. Mais l’événement majeur marquant cette crise a été la formidable hausse du chômage aux États-Unis ; le nombre de chômeurs qui était de 4 millions en 1930 est passé à 12 millions en 1932, soit 25% de la population active américaine ; cette hausse du chômage s’est étendue à l’Europe, mais c’est surtout en Allemagne où les chiffres du chômage ont été « catastrophiques », 43 % en 1932, avec 6 millions d’Allemands sans emploi ; une situation extrêmement grave sur le plan social en Allemagne ; le paradoxe de cette crise c’est qu’elle a permis au parti nazi de prendre le pouvoir en 1933.

 

Ainsi, constate-t-on que, dans les événements de la Première Guerre mondiale et de la crise économique de 1929 qui a suivi, tout s’enchaîne, que tout était, dans un certain sens, tracé par l’histoire, par l’évolution du monde. Une évolution liée à la fois aux formidables progrès scientifiques, industriels et économique aux États-Unis et en Europe, avec une forte croissance économique qui a été une conséquence et u retard manifeste dans les pays du reste du monde. D’autant plus que le rapport des forces était pratiquement impossible pour les peuples colonisés de sortir de la domination coloniale.

 

Précisément, un nouveau saut de l’histoire va surgir à la fin des années 1930, ce saut se fera avec l’irruption de la Deuxième Guerre mondiale, en 1939. Et c’est encore l’Allemagne, et au-delà du régime nazi, comme si elle était désignée par l’histoire dans cette mission pour ébranler et mettre fin à la puissance coloniale de l’Europe

 

L’ironie de l’histoire, c’est que l’Allemagne hitlérienne va chercher à coloniser l’Europe même ; elle s’attaquait aux puissances européennes et à l’Union soviétique ; la Deuxième Guerre mondiale qu’elle a provoqué a duré 6 ans et 1 jour, du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945.

 

A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les pays européens sortent très affaiblis ; deux puissances vont sortir victorieuses et qui domineront le monde ; ce sont les États-Unis et l’Union soviétique. En 1944, les États-Unis, anticipant la fin de la Guerre, l’Allemagne hitlérienne était partout en recul, ont cherché à se prémunir de l’après-guerre ; ils ont convoqué 44 pays, en juillet 1944, à Bretton Woods, pour préparer le système monétaire international qui devait régir le commerce mondial et les relations économiques, financières et monétaires internationales pour l’après-guerre.

 

La Conférence de Bretton Woods vient avaliser que le dollar US devenait la seule monnaie mondiale convertible en or au taux de 35 dollars l’once. L’anglais John Maynard Keynes qui a proposé une monnaie internationale, le bancor, a été éconduit ; compte tenu des enjeux, et de l’endettement des pays alliés européens vis-à-vis des États-Unis, le bancor de Keynes n’avait pas de sens ; le monde entier était dépendant de la puissance financière américaine. Un processus tout à fait naturel relevant de la situation économique mondiale fortement affectée par la guerre.

 

 Après 1945, une nouvelle ère s’élèvera pour le monde. Des frictions naîtront entre les deux puissances sorties victorieuses, les États-Unis et l’Union soviétique. Cependant, depuis la découverte de l’arme atomique en 1945 par les États-Unis, mené en secret par le Projet Manhattan, lors de l’essai de la première explosion nucléaire Trinity, le 16 juillet 1945 à Alamogordo au Nouveau-Mexique, moins de vingt jours plus tard de la nucléarisation de deux villes-martyr japonaises, Hiroshima le 3 août 1945 et Nagasaki le 9 août 1945, les États-Unis étaient le seul pays détenteur de l’arme nucléaire, dans le monde. Malgré ce déséquilibre avec les États-Unis, l’Union soviétique restera un rival potentiel à l’Amérique dans les affaires du monde ; c’est l’Union soviétique qui viendra à l’aide des pays du reste du monde colonisé, en premier aux troupes communistes chinois qu’elle aidera à prendre le pouvoir.

 

S’ensuivront l’Indépendance de l’Inde, en 1947, et après la scission, l’indépendance u Pakistan. Le 1er octobre 1949, à Pékin, du balcon de la Cité interdite des anciens empereurs, Mao Zedong proclame l'avènement de la république populaire de Chine. Mao Tsé Toung déclare, en1949, à Pékin, la République populaire en Chine. Une autre donne, c’est la création de l’État d’Israël en 1948, en Palestine ; création qui est venue en aval du pacte saoudo-américain, dit le pacte du Quincy, du nom du croiseur américain où se sont rencontrés le président américain Franklin D. Roosevelt, au retour de la conférence de Yalta (Crimée) en 1945, et le roi de l’Arabie saoudite, Abdelaziz ibn Saoud. Le pacte conclu garantissait à la monarchie saoudienne une protection militaire en échange d'un accès libre au pétrole saoudien.

 

Les guerres qui suivirent entre les années 1940 et 1970 ont été incessantes, déchirant surtout l’Afrique et l’Asie. Nous verrons dans la deuxième partie, combien même la guerre froide faisait rage entre l’Est et l’Ouest, le monde n’en continuait pas moins d’avancer positivement. Toutes ces guerres relèvent d’un processus évolutif historique précis, toujours en jeu dans la marche nécessaire du monde.

 

Medjdoub Hamed
Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Lynwec 13 novembre 2023 11:03

    Changé, indiscutablement ; progressé, ça reste à voir et ferait l’objet de longues discussions...en se mettant préalablement d’accord sur la définition du mot progrès...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité