• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ceux qui font, ceux qui font faire

Ceux qui font, ceux qui font faire

Le temps passant, presque tout disparaît. Une chose persiste malgré tout, il y a toujours ceux-qui-font et ceux-qui-font-faire qui constituent deux mondes étrangers l'un à l'autre. L’Histoire connait les uns, pas les autres.

Les cueilleurs-chasseurs n’avaient à disposition comme énergie que celle dérivant de la photosynthèse, du soleil donc. L’ensoleillement (en plus de l’eau) détermine la quantité d’herbes, donc de ruminants, donc de gibier… Malgré tout il faut exploiter judicieusement ce que la Nature offre, des innovations importantes ont été faites dans ce but : la pierre polie, la céramique, la fabrication d’outils en os... Les Hommes primitifs étaient principalement nomades et tendaient à n’avoir aucune structure hiérarchique stricte hormis, peut-être, celles induites par l’usage de la force brute lors de conflits territoriaux ou parce qu'il était nécessaire de choisir qui était le plus apte à déterminer où et quand il fallait trouver un meilleur territoire. La richesse consiste à savoir fabriquer arcs, haches, canots et à connaître quelques-uns des secrets des forêts. Les cueilleurs-chasseurs s’attachent à survivre et y parviendront.

L’existence de structures se fera plus prégnante dès la sédentarisation. Les éleveurs possédaient leurs bêtes, les cultivateurs leur terrain, des conflits d’usage devaient être solutionnés par une instance indiscutable. Tout le monde avait à disposition les mêmes biens matériels, mais la répartition ne dépendait plus seulement de la force brute. Il fallut imposer des normes arbitraires, le sens de l'honneur, le sentiment du sacré, afin que les nombreux se plient aux désirs d’une minorité. On peut étendre à l’infini les biens spirituels, ils sont disponibles pour tous, même pour la multitude, il suffit que l’on y croit. Riche d’un sacré imaginaire, les plus démunis, essentiellement ceux-qui-font, auront cependant juste de quoi survivre. Leur travail ne permettra que de satisfaire leurs besoins élémentaires. Ceux-qui-font-faire se draperont dans les mystères pour justifier leur pouvoir, personne ne connaissait les aptitudes qu’il fallait démontrer pour les rejoindre.

Mais la puissance installée permet de grandes choses impossibles sans elle. Les pharaons, plus dieux qu’hommes, firent construire des monuments funéraires grandioses en utilisant plusieurs dizaines de milliers d'hommes de peine ou d'esclaves pour ce faire. Ceux-ci, comme la grande majorité de la population, n’avaient que leur travail comme richesse.

Dès l’antiquité, l’idée même de travail est considérée avec mépris à cause de la subordination qu'il impliquait. Celui-ci comprenait alors les divers travaux de production mais aussi le commerce, les professions de poète, de médecin…Appliqué principalement aux serfs durant le moyen âge, le travail est aussi effectué à côté d’eux par les valets, les paysans astreints à des corvées, les artisans... Le charbon est récolté dès le début du moyen-âge sur les plages d’Angleterre sous forme de charbon de mer, ceci se révélera essentiel quelques siècles plus tard, mais alors il ne contribue pas significativement aux besoins énergétiques ; le solaire reste, de très loin, la principale source d’énergie. Les paysans représentent 95% de la population totale et le servage dominant n’a rien à envier à l’esclavage. L’immense majorité de la population travaille pour assurer sa seule subsistance, leur seule richesse est leur travail.

Au Grand Siècle, la France s’embellit de somptueuses demeures et de châteaux. Les français vivent encore en grande majorité à la campagne et dépendent pour l’essentiel de la Nature et des ressources naturelles pour vivre. Très peu possèdent un lopin de terre, la plupart sont ouvriers agricoles. Ils se contentent d’un pain fait d’orge et d’avoine et d’une soupe aux légumes. Leur travail ne leur apporte rien d’autre.

Une immense révolution s’amorce au XIXe siècle car il devient possible d’utiliser massivement d’immenses quantité d’énergie sous forme de charbon, de pétrole, de gaz, une énergie accumulée durant des millions d’années sous terre. Chaque humain aura potentiellement à sa disposition plusieurs centaines d’esclaves énergétiques pour produire plus, plus vite ou pour alléger ses souffrances. Pourtant les ceux-qui-font ne virent pas soudainement leur sort s’améliorer. En 1906, un « coup de poussier » ravagea la mine de charbon de Courrière dévastant 110 km de galeries et faisant 1099 morts. Les mineurs à l’époque étaient obligés de dépenser l’intégralité de leur salaire pour acheter les biens de première nécessité. Les enfants de 10-16 ans constituaient 10% des effectifs. La durée du travail dépendait de la demande mais était de l’ordre de 11 heures par jour. Les possibilités de dépense énergétique avaient été plus que décuplées mais le sort des ouvriers était comme précédemment de l’ordre de la survie.

La consommation mondiale d’énergie entre 1800 et 2000 a été multipliée par un facteur 30 grâce aux énergies fossiles. Le pouvoir s’est-il dilué dans la population, les ceux-qui-font se confondent-ils avec les ceux-qui-font-faire  ? Une caractéristique des propositions intellectuelles c’est que l’on ne peut juger de leur validité que bien longtemps après leur formulation, généralement après la mort de leur auteur. Les ceux-qui-font n’ont pas cette chance, la qualité de leur travail se juge au premier coup d’œil : ils ne peuvent pas devenir des dieux. Les autres non plus, mais il est plus difficile de s’en rendre compte. Les dominants ne dominent jamais par leur talent mais par la crainte qu’ils peuvent inspirer : ils peuvent devenir sorciers en jetant un sort ou ruiner un péquin. A travers les temps, les plus forts, ceux investi par les dieux, mystérieux mais omniprésents, ont régi le monde. Un autre dieu leur a succédé, moins puissant dans l'imaginaire mais plus efficace dans le réel, présent dans le monde entier avec le même visage, capable de miracles bien visibles : l’argent-roi. Longtemps les marchands ne pouvaient thésauriser qu'en contrepartie de biens réels, ce qui limitait leur mainmise sur la société. Lorsque le système bancaire permit la pure spéculation indépendamment de toute connexion au réel, la fortune fut élevée au divin. Les chiffres s'additionnent aux nombres sans que rien ne permette que l'on puisse toucher du doigt ce qui s'y attache. L'argent-roi était transmuté en argent-dieu, capable de tout et surtout de maintenir les ceux-qui-font dans leurs culs de basse-fosse.

La production de montagnes de richesses grâce aux abondantes énergies disponibles et à l'ingéniosité de quelques-uns (essentiellement d'ailleurs des ceux-qui-font) aurait pu conduire à gommer les différences entre manuels et intellectuels qui ne repose sur rien d'autre que sur l’instinct de domination. Ce ne fut pas le cas, et cet état de fait ne peut pas s'améliorer avec la disette énergétique qui se profile. La France d'aujourd'hui compte des millions de personnes qui, comme leurs aïeux, en sont réduites à survivre. Les efforts de production ont été pour l'essentiel délocalisés dans des pays lointains permettant de faire produire tout ce que les nations occidentales ont besoin par des ceux-qui-font dans la misère mais loin des yeux.

Les changements sociétaux que le Monde est condamné à subir n'iront pas vers plus de justice et ne permettront pas davantage au bon sens de pouvoir s'exprimer. Un Duce 2.0 , évidemment programmé par les ceux-qui-font-faire, prendra le relais pour remplacer des humains devenus visiblement trop semblables à leurs semblables.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.06/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Brutus S. Lampion 11 janvier 15:08

    ces deux mondes ne sont pas étrangers l’un à l’autre : les uns dominent, les autres sont dominés et, comme l’avait indiqué Rousseau à qui de nombreux théoriciens ont emboité le pas, cette domination repose sur la notion de propriété

    c’était sur la propriéte foncière qu’était construit le système féodal de suzerains et vassaus, et c’est sur la propriété des moyens de production (mines et usines) qu’est structurée la pyramide sociale des sociétés industrielles, au point que les dominants ont inventé la notion de « propriété intellectuelle ».

    le système est en train de se déliter, non pas, hélas par des coups de boutoirs des dominés, mais à cause de ses propres contradictions : les « invetisseurs » américains qui ont choisi de dominer les travailleurs chinois se retrouvent confrontés à une impossiblité logique qui va grandissant au fur et à mesure que la Chine se développe et s’émancipe

    ils tentent de faire valoir leurs « droits » de propriété intellectuelle sur la conception des produits fabriqués, sauf que le droit américain s’externalise de moins en moins, aucune structure juridique n’étant compétente pour faire appliquer des psuedo « lois » 

    la fiction a des limites qui sont celles de la crédibilité

    quand l’afabulateur n’est plus cru par pêrsonne, il n’a plus de pouvoirs sur les autres

    c’est ce qu’auraient du comprendre les enfants de Hamelin qui ont suivi le joueur de flutele joueur de flute


    • Brutus S. Lampion 11 janvier 16:48

      @S. Lampion

      Mais en fait, le monde n’est-il pas divisé en deux catégories : ceux qui croient que le monde est divisé en deux catégories et ceux qui ne le croient pas ?



    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 janvier 10:16

      @S. Lampion
      A ma façon, j’écris quelque chose de proche de ce que vous écrivez.


    • Clocel Clocel 11 janvier 15:46

      Ce qui détermine la fin d’un « régime », c’est le nombre de parasites par rapport aux productifs.


      • Brutus S. Lampion 11 janvier 16:02

        @Clocel

        ils ont réussi à le système en changeant d’échelle, en passant de tel ou tel pays au monde entier
        mais chaque atelier productif (Chine, Inde, Afrique du Nord, etc.) produisant au fur et à mesure ses propres parasites, on est en train de revenir aux proportions d’avant et les parasites n’ont fait que reculer pour mieux sauter, même (ou peut-être surtout) en faisant des robots les seuls productifs : du coup, les non-productifs non parasites n’ont plus de raison d’être
        suaf que, faute de consommateurs, la machine produira pour rien et sera rapidement incapable de fournir leurs rentes aux parasites


      • Brutus S. Lampion 11 janvier 16:07

        @S. Lampion

        merci de lire :
        « ils ont réussi à faire durer le système »


      • Clocel Clocel 11 janvier 16:13

        @S. Lampion

        La surpopulation des parasites vient des énergies pas chères, (ces énergies qui sont les esclaves du monde moderne) les gains de productivité ainsi obtenus ont été investi dans une classe de parasites qui sont la vitrine du système au détriment de ceux qui produisent la richesse, ce sont en quelques sortes les sous-rentiers qui soutiennent, par leurs suffrages, les authentiques rentiers. 

        La classe laborieuse, complètement écrasée, délocalisée, abrutie, devine qui va devenir la nouvelle variable d’ajustement ?


      • saint louis 11 janvier 16:31

        @Clocel
        Effectivement, quand l’énergie va devenir très chère, et qu’il va falloir se retrousser les manches pour obtenir sa subsistance, nous allons bien rigoler de voir les parasites réclamer pitance.


      • Clocel Clocel 11 janvier 18:10

        @saint louis

        Chez cette caste on tapine plus qu’on ne bine...


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 janvier 10:16

        @Clocel
        Je crains que vous ayez raison.


      • zygzornifle zygzornifle 12 janvier 09:35

        Les seules choses que l’on fait et que l’on ne peut pas faire faire par une autre personne c’est manger, respirer et le pipi caca ....


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 janvier 10:17

          @zygzornifle
          Certes, il manque peut-être deux trois choses.


        • Sylfaën.H. Sylfaën.H. 12 janvier 13:40

          FAIRE, DIRE
          Ceux-qui-disent sont un Etre,en-drapé, en-tel Vè depuis 1958.
          Ceux qui Font ne sont rien. En quoi serait-il intéressant que population se constitue, fasse ORDRE, en face de Vè ?, pour DIRE ?

          ¤ S.Lampion : propriété , durer système
          Propriété installée en art.17, là-bas, en tout dernier, pour sûreté réelle à banques, depuis 200Ans ; et députation à annoner, depuis 200Ans, son triptique régalien : investir-investir-investir !, pour crédit-dette, à banques ; à chaque étage du mille-feuille, en-Parti. franc’mac du bétonnage.
          Population n’a jamais pu capitaliser son travail, l’engloutissant immédiatement dans les cailloux, pour Construire ; produire crédit-(aliments de lA bÊte) de génération-en-génération en nous faisant racheter continuellement notre SOL : une des plus fumeuse escroquerie de l’Histoire.

          ¤ Clocel : charge-(parasites)/masse , énergie
          La mobilité est un gradient car elle n’a été conçu simplement pour le frêt, mais pour paresse collective, individuation, image, production-de-masse.
          Cette masse est-elle robuste à supporter charge ? Comment ?

          ¤ zygzornifle : (DURER)[temps] = (SOL)[xy] + <IN-[transformer]> - <OUT>,
          pour <manger, respirer, déchets>, qui condense le potentiel, les minima nécessaires à l’existence d’un ETRE, d’abord, first, primo.

          Toutes ces choses traitées en 2pages-pdf.
          Diffusion en cours depuis fin décembre.


          • gnozd gnozd 12 janvier 14:44

            @Sylfaën.H.

            Ca donne quoi en français ?!


          • Sylfaën.H. Sylfaën.H. 12 janvier 17:28

            @gnozd
            Entre Pouvoir & Connaissance.
            La diffusion s’opère sur lycée, sup.,tous sites de connaissance. Il suffit que çà infuse. Il manque un Minimum au système actuel pour qu’il soit pérenne. Nos représentations informées depuis fin-décembre attendent. Ils jouent, encore.
            Qu’ils se mettent à Loi, ou CRAMEZ-LES. Il y a des courriers pourTout-L€Mond€ et en particulier pour jeunes. DIFFUSEZ . TRADUISEZ . MONTRER-signes mi-février


          • Sylfaën.H. Sylfaën.H. 12 janvier 22:55

            L’Histoire connait les uns, pas les autres.

            L’Histoire est « à la gamelle ». Elle, comme sciences, est là pour assurer persistance du système qui les engraisse. Se constituer in-Vè est donner les clé du poulailler aux loups. ETRE doit donc se faire hors-ETRE-géniteur pour DIRE.

            Mais en fait, le monde n’est-il pas divisé en deux catégories : ceux qui croient que le monde est divisé en deux catégories et ceux qui ne le croient pas ?

            unité|multiplicité, vrai|faux, bien|mal, Acheter|Vendre, plaisirs|restrictions, +|-, travail|confort, Bénéfice|risques, confort|paresse, Pouvoir|Vouloir, Droit|devoirs, probable|possibles, se résument trop souvent à FRIC | pas-FRIC .

            La Presse te contient dans un binaire, évite de former un troisième, un environnement, un espace commun d’échange, une périmétrie constante ; le fameux : « toutes choses égales par ailleurs », toutes choses étant par ailleurs toutes égales car évaluées en FRIC. buz : REFERENCE CIRCULAIRE.

            En pays de Connaissance, ce troisième peut être :

            ¤ cause, contexte, pour-(« soit un système isolé... ») ;

            ¤ effet, d’effet, d’effet, ..., pour marronnage de presses ;

            ¤ finalité, à définir, pour pouvoir transitionner depuis l’Etat initial .

            De la qualité de la description du but fera sa réalisation.

            Une Connaissance causaliste, cause-effet-cause-effet-... REPETE .

            Une Connaissance finaliste oblige à COMPOSER.

            FAIRE ?

            DIFFUSEZ, TRADUISEZ, préférentiellement sur jeunes, lycées, sup., tous sites de connaissance. Tous documents libres de droit à la page . .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité