• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

tiers_inclus

tiers_inclus

Intuitionniste ...

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 543 0
1 mois 0 23 0
5 jours 0 2 0

Derniers commentaires



  • tiers_inclus tiers_inclus 13 avril 13:35

    Tous les messages de prévention se fondent sur des à priori philosophiques ou spirituels (pour la frange concernée) ni évoqués ni établis, qui ne sont pas nécessairement partagés. .

    Il m’appartient de décider si je souhaite vivre « bien » moins longtemps plutôt que l’inverse. Tout le monde ou presque connaît la teneur « rationnelle » des messages et pourtant fait comme il « veut » ou plutôt comme il peut selon son projet existentiel.

    Contradictoirement les conditions civilisationnelles préparatoires d’un projet existentiel mûri vont décrescendo tandis que les recettes et messages préventifs pullulent alors que nous n’ignorons pas leur poids relatif.

    La multiplication des messages me saoule désormais gravement par leur itération incongrue, par la non dimension philosophique et compassionnelle des messagers (je ne vous fais pas un procès, constat personnel en France) (dé)formés pour être des commerçants de médicaments alors que l’on attend des partenaires de santé. Dommage car la compassion est un moteur bien plus puissant que la raison.

    Cette propension à l’abêtissement d’une part, et à la rééducation d’autre part s’applique à tous les domaines, séparant les éleveurs des élevés, les pseudo savants des ignares.

    Alors ceux qui sont encore éveillés ont bien du mal à croire que toutes ces prescriptions censées pallier les conséquences des causes qu’elles promeuvent, visent le bien commun quand parallèlement les éleveurs s’interrogent sur l’euthanasie partielle du bétail devenu inutile.



  • tiers_inclus tiers_inclus 9 avril 10:44

    La seule chose que l’Europe taille, la décence m’interdit de le dire.



  • tiers_inclus tiers_inclus 5 avril 12:07

    @Fanny

    "Si le plan de paix est celui des Russes comme vous le supposez, même un peu aménagé, je ne vois pas bien quel pouvoir ukrainien pourrait l’accepter."

    Stop au délire. De quel pouvoir ukrainien parlez-vous ? En puissance il n’en restera rien c’est une conséquence de la défaite après une guerre d’attrition, et en forme ce qui renaîtra de ce pouvoir sera sans rapport avec l’actuel.
    Mieux, il est sûr que les ukrainiens comprendront qu’ils ont été joués, la souffrance rend intelligent les survivants.
    Et il n’y aura pas de schéma coréen faute d’un gap idéologique analogue (sauf pour les nazis ukrainiens qui seront chassés du pouvoir), faute d’un statut quo découlant d’ une usure symétrique des forces, et faute de soutien de l’hégémon en déclin qui aura d’autres chats à fouetter.

    Quant au caractère stratégique de l’Ukraine et références à Zbigniew Brzezinski (Le Grand Échiquier), les contextes ont évolué depuis 1997, au point de rendre beaucoup moins cruciale l’importance de l’Ukraine pour les US.

    Brzezinski anticipait à l’époque les risques du déclin américain mais les US avaient les cartes en main. Et bon gré mal gré les US ont concédé beaucoup dans une forme d’autoréalisation, ainsi l’alliance Russie-Chine-Iran est consommée, leur seul succès est la séparation de l’Europe qui n’a pas fini d’en payer les conséquences.

    Le carrefour commercial était essentiel à l’époque pour l’Eurasie dans un contexte de suprématie occidentale. Désormais la logique s’inverse, et c’est l’occident qui deviendra dépendant des flux de transit ukrainiens, de plus déjà contournés.
    Brzezinski

    anticipait les ressources mais la meilleure partie est déjà confisquée. Idem pour le rêve brisé d’une force de travail,démographie catastrophique oblige.

    Bref la belle Ukraine a perdu ses atours ! Plus grand chose à rogner.

    Alors que reste-il comme enjeu de la perspective Brzezinski

     ?
    La déstabilisation de la Russie, bon ça n’a pas marché, et celui que Poutine dénonce de longue date, la pression nucléaire à 5 minutes-missile de Moscou.

    Et tout dénouement de guerre devra intégrer l’exigence du vainqueur programmé sur cet aspect, quelques soient les modalités et les interlocuteurs.



  • tiers_inclus tiers_inclus 3 avril 13:57

    Pour y voir plus clair, il faut évacuer le « soldat » Macron de l’équation qui fait ce qu’on lui demande aux frais du peuple français, sauf à chercher une issue à son impopularité et au déclin en cours du projet UE. C’est une bonne situation et un bon candidat pour la manœuvre, c’est tout.

    Les commanditaires, bien qu’ils s’en défendent, sont comme toujours de l’autre côté de l’océan car aucun état européen ne peut imaginer tirer un avantage dans la situation courante, où l’heure pourrait être au mieux à la préparation plutôt qu’à l’action stérile.

    Les coups de menton cherchent à influencer le calendrier de la défaite occidentale mais tous les protagonistes savent qu’ils ne changeront plus la finalité. Calendrier devenu essentiel pour les néocons qui perdraient gros en cas d’élection de Trump.

    La stratégie de guerre d’attrition choisie par les Russes porte ses fruits. L’ennemi est aux abois et la situation est mûre pour pénétrer l’Ukraine à moindre coût et jusqu’où le voudra bien le vainqueur, quelques soient les spéculations de Blackrock. Pour que cet effort de guerre soit rentable et compte tenu du déni occidental la Russie ne se contentera pas d’une solution non pérenne. Il faut s’attendre à un démembrement de l’Ukraine qui ne figurait pas dans les objectifs de l’opération spéciale mais qui résulte de l’entêtement occidental.

    L’ambiguïté recherchée est de projeter l’ombre d’une escalade avec l’Otan sans engager réellement l’Otan (et pour cause). 

    La Russie a les moyens mais pas d’intérêt à l’escalade, l’Otan non plus, de surcroit la Chine a pris une position on ne peut plus claire pour une intervention n’importe où si l’Otan entrait dans la danse. C’est bien évidemment son intérêt et son appui ne compterait pas que militairement, mais aussi industriellement et en termes de confiscations de ressources primordiales.

    Comment l’Otan désindustrialisé, dépendant des matières premières indispensables pour conduire une guerre mondiale intense, mal armé pour ce genre de conflit, sans munitions ni capacité à moyen terme d’en produire, sans effectifs suffisants, sans formation adaptée à ce type de guerre intensive, bref gravement déficient, pourrait-il sérieusement se lancer dans un conflit mondial ? De surcroit il prendrait le risque de subir une frappe nucléaire préemptive compte tenu des nouveaux rapports de force à son désavantage et des capacités largement supérieures de défense anti-missile russe.En clair dans l’état actuel des forces, la Russie aurait logiquement intérêt à une première frappe et ainsi relativiser ce qui resterait de réponse.

    Donc sauf esprit suicidaire impensable nous savons que l’Otan ne rentrera pas directement dans un conflit mondial.

    Le pion français est donc instrumentalisé pour jouer le « canada dry » Otan sans grand risque. Une escalade improbable de la France hors du schéma d’intimidation conçu mènerait le plus probablement les US et l’Otan à nous laisser tomber, article 5 ou pas, faute d’accord Otan.

    Bref une gesticulation seulement en rapport avec les élections US, pas de défaite préalable, mais aussi pour impliquer les européens et compliquer la tâche de désamorçage de Trump en cas de victoire (logique d’ailleurs mais dans ce régime on peut s’attendre à tout... pour paraphraser nos médias).

     Vocation tactique à court terme et peut-être inflexion mineure du calendrier, qui servira aussi de méthode Coué pour certains, mais ridicule car inopérante à accélérer ou décélérer le timing et la gestion de la guerre d’attrition menée dont le plein succès dépend essentiellement du bon choix de ce timing. Les provocations terroristes et attaques de civils laisseraient même penser à la recherche d’une précipitation russe, à des fins de diabolisation pour la campagne, et de discrédit de Trump.

    Bref une fois de plus la caravane passera et atteindra sa destination..

    Maintenant,et c’est désolant, mais comme annoncé les militaires français ou européens seront tactiquement des cibles privilégiées pour tuer dans l’œuf toute velléité d’escalade. Rien de personnel, mais hélas pas bon pour le personnel.

    Bon courage aux sacrifiés sur l’autel du sénile escroc Biden.



  • tiers_inclus tiers_inclus 2 avril 15:59

    @Michel DROUET

    La question reste bien posée car notre système au résultat 50/50 (opposition/majorité) censé « définir » la démocratie est un leurre qui autorise la conduite d’une même politique de fond par les affidés élus et réversibles à volonté par leurs maîtres à moindre coût.

    Hollande « young leader » et candidat improbable ne présageait rien de bon si ce n’est de chasser son pathétique prédécesseur et grand prophète du nouvel ordre mondial incontournable qui n’adviendra pas. Mauvais disciple, Hollande préféra l’inertie et ralentit le calendrier, ce qui lui valut la porte.

    Le tout nouveau larbin zélé a récupéré le retard mais son « changement » ne sert ni la nation ni la société ni le peuple, mais il reste adoubé.

    S’agissant de changement, lorsque le pourquoi est limpide, par exemple congédier l’usurpateur pour arrêter le massacre, point de résistance au changement, point d’aversion au risque, le billet de loterie est gagnant à coup sûr et tout le monde y voit son intérêt, mais « tout le monde » n’est plus souverain.

    Recompter fébrilement les points à l’issue d’une partie truquée dans les grandes largeurs, c’est se rendre complice quand il aurait fallu renverser la table.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité


Agoravox.tv