• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de eric



  • eric 15 septembre 2007 10:39

    Article fasciste, raciste, négationniste, anti-démocratique et de circonstance.

    Évoque tout à fait ce que disait Primo Levy sur la déformation du langage dans les camps de concentration. Les mots et concepts étaient utilisé au contraire de leur sens et cela contribuait à rendre les gens fous.

    Il combat les droits de l’homme au non des droits de l’homme. Non à la primauté et au respect de la loi base dans la déclaration, si elle ne me plait pas.

    Grandiloquence des termes attaques personnelles et sur le physique des gens emphase moralisatrice : larmoyant hypocrite, tous relève du langage du fascisme.

    « L’abominable Persécution pleurnichait,glapi,obscène obsession âme damnée,la frange la plus abjecte,Le gros rougeaud, Sarkozy et sa clique« . « Obscénité » peut être surtout, qui au premier sens concerne ce qui offense la pudeur dans le domaine de la sexualité. PERRINEAUD a montré que la fascination pour les thèmes sexuels était un des indicateurs de l’inconscient totalitaire fasciste

    Révisionniste et négationnisme : compare un gouvernement imposé par un occupant à la mise en œuvre de lois démocratiquement votées et appliquées par différents gouvernements de toutes tendances politiques. Compare implicitement le renvoi en bielorussie d’une immigrante illégale à la déportation de juifs. Brûler les gens dans des fours ou ne pas accorder de permis de séjour, tous cela est un peu pareil.... ! Ce texte, assorti des commentaires de l’auteur tomberait facilement sous le coup de la loi gayssot sur la relativisation des crimes contre l’humanité.

    Raciste : « Les racistes électeurs du Front national, ça c’est sûr, mais les Français« . Volonté d’exclusion de la communauté nationale des gens qui ne votent pas comme lui. Guillebeau depuis longtemps montré que l’absence de critères de couleur de peau n’entraîne pas une différence de nature du phénomène. Koulaks, juifs électeurs du FN même combat.

    Hostilité à la démocratie, à deux reprise, lourde ironie sur un président qui prétend tenir ses promesses électorales.

    Texte de circonstance, cela fait longtemps que même avec l’alternance, il est des fonctionnaires qui appliquent la loi démocratique. Même cela le choque. « La dictature des quotas d’expulsions, imposés aux préfectures » L’idée qu’un fonctionnaire a pour vocation d’appliquer la loi et d’obéir aux élus du peuple serait une dictature. Quotas ? On attend avec impatience son article dénonçant la parité entre autre.

    Les gens comme l’auteur détestent le peuple. Qui ne les écoute plus. Les « pauvres Français » votent FN, les « pauvres immigrés » mettent des voiles. Il se lamentent sur l’impossibilité d’intégration des beurs de troisième génération et se félicitent qu’après 6 mois en France le jeune biélorusse soit déjà parfaitement Français. Argument massue, ils ne coûtent pas cher ! Ben voyons ! Et comme sans papier on ne peut travailler légalement, peu importe le sort de ceux qui coûtent cher dans la concurrence pour l’emploi. Mais l’auteur lui paye des impôts ce qui prouve vu les seuils d’imposition qu’il n’est pas menacé dans son emploi par de la main d’œuvre non qualifiée à bas prix. J’imagine qu’il est aussi opposé aux délocalisations...

    La vérité est qu’ils espèrent trouver dans les clandestins des pauvres suffisamment dépendant pour continuer à parler en leur nom sans leur demander leur avis.

    Je ne sais pas si ce texte est « obscène » mais il est assez répugnant

    Il est aussi assez pathètique que de nombreuses personnes de gauche honnête se laisse piéger à le défendre et ne reconnaissent pas sous ce galimatia pseudo social un vrai discour fachiste.



  • eric 13 septembre 2007 13:03

    Mon riche Leon... !

    C’est un aveux ! Être à gauche est une ascèse pour l’homme de gauche car cela ne lui est pas naturel , de ne pas se laisser aller a l’égoïsme, à la jouissance et aux instincts. D’ailleurs, il suffit de voir ce que font concrètement tous les hommes de vraie gauche concrets arrivés au pouvoir.

    La droite qui en tout temps et en tous lieux à présidé à tous les grands progrès sociaux durables le fait sans effort car pour elle la préoccupation éthique l’emporte toujours sur la priorité politique et le combat concret contre les vrais pauvretés sur la lutte contre les inégalités fantasmées.

    Ces confusions intellectuelles sont assez compréhensible dés lors que l’homme de gauche mets sur le même plan des modélisations de mécanismes économiques, le marché, et des choix éthiques, la morale. Remplacer la morale par le marché ????? Voila qui ne passerait pas par l’esprit d’un homme de droite. Remplacer le marché par du politique ? Cela fleure bon la gauche.

    Vous m’avez refusé ailleurs la compétence d’analyser ce que vous aviez dans la tête. Je vous laisse la liberté de croire que vous, vous savez ce qu’il y a dans les cœurs des électeurs de droite. Cela d’autant plus volontiers qu’il y a là un des secrets de nos succès électoraux. Sauf accident ; les vrais gauches au pouvoir ne sont que des accidents peu durables parce que la majorité des populations comprend bien, qu’on ne peut pas avoir une grande confiance démocratique en des gens qui sont persuadés qu’ils sont les seuls représentant de la vraie humanité vraie faisant face à des hordes inhumaines et égoïstes de barbares ultra mondialisés.

    Quand au négationnisme, la figure type sous nos latitude, c’est la femme adultère écharpée par les femmes du village sous les yeux un peu embêté des hommes vaguement réprobateurs et coupables à la fois.

    Enfin en russe dourak est une injure enfantine ou alors extrêmement vulgaire que ne se permettrait pas une personne kulturnie par égard pour elle-même. La violence de la réaction ne peut s’expliquer que de deux manière : méconnaissance de la langue ou pilosité cachée par cette photo coupée....



  • eric 13 septembre 2007 10:14

    A poils ? Il fallait commencer par se raser camarade !

    Je ne trouve pas cet article beaucoup plus nul que les autres du même genre. L’idée est toujours la même, nous sommes les forces du bien en lutte contre les forces du mal.

    Dans chacun entre eux se dessine en creux ce qu’est un homme de gauche.

    Ici, la passionnante question de la pilosité.

    L’homme de gauche passionné par les inégalités dont il pourrait être victime, affecte un égalitarisme de façade qui touche tous les domaines ;

    Un des plus rigolo est la passion pour l’inégalité homme femme. Hors période électorale, ou il faut faire semblant de s’intéresser aux pauvres même quand on est « à gauche », tapez inégalités sur google et vous verrez sortir tous les sites de gauche avec la femme en première ligne

    C‘est une des contradiction les plus comiques de la pensée de gauche. Croire que l‘état des relations hommes femmes pourrait être quoi que ce soit d‘autre que le résultat d‘un compromis accepté entre eux à une époque données et non le résultat d’une domination imposée, c’est bien affirmer que la femme serait une faible chose, manipulable, incapable par elle-même de s’émanciper sans le recours au politique et au collectif. C’est croire aussi à la violence et à la force physique comme déterminant dans les rapports hommes femmes.

    Cette préoccupation centrale témoigne d’un vécu « inter-genre » difficile à gauche qui transparaît nettement dans les apparences et notamment vestimentaire et pileuses.

    L’homme de gauche visiblement s’interroge sur sa virilité. Se méfiant de tout comportement masculin de peur d’être taxé de machisme par sa compagne, il fini par douter de lui-même. Heureusement, il lit beaucoup. Dans ses tentatives désespérées pour la comprendre, il a lu dans le cosmo de sa copine que les femmes n’étaient pas insensibles aux signes sexuels secondaires. Toutes le professions marquées à gauche présentent donc des florilèges de variations pileuses diverses et reconnaissables. La barbe franche de l’instit non encore élu à l’assemblée nationale. La barbe trois jour savamment entretenue du journaliste ; le bouton de barbe sur favoris du communicant ou de l’intermittent.

    Pourtant, son « inconscient collectif » lui souffle qu’il fait fausse route.

    Dans les séries télévisées bien pensantes du service public de l’audiovisuel, les méchants de droite ( patrons, policiers, etc...) présentent toujours la double particularités d’avoir avec les femmes un succès d’autant plus incompréhensible qu’ils se comportent toujours comme d’épouvantables phallocrates. D’autre part, ils son toujours rasés de prêt.

    L’auteur passe à coté de l’enjeu central.. Il est au bord de comprendre qu’à droite, la margarine n’est pas un enjeu idéologique et qu’au fond, comme le pressentait Claire Brétecher, il n’y a pas de sucre de gauche. Beau progrès de l’intelligence politique. L’homme de gauche tentant la droite est au bord de découvrir que la politique c’est l’art d’organiser le vivre ensemble et non pas un choix existentiel entre le bien et le mal, portant obligation de choisir entre beurre et margarine, sucre roux ou blanc, aux hasard des variations de la ligne générale. Au moins en démocratie. Mais que sait il de la démocratie, lui qui est sincèrement convaincu que qui ne vote pas comme lui est nécessairement un salaud ?

    L’homme de gauche qui fantasme en secret, de Maxime le Forestier à l’auberge espagnole, en passant par les invasions barbares et les députés PS qui ne rêvent que de « petites attachées parlementaire UDF » (authentique) que de jeunes filles de bonne famille sorties de l’enseignement catho, ne regarde plus sa compagne qui montre désépérément son nombril comme lui ses poils pour proclamer au monde qu’elle reste une femme malgré la sacro sainte égalité.

    Alors, la mort dans l’âme, et en espérant que ce renoncement passera inaperçu, comme tous les hommes de gauche qui ont vraiment réussis, il se rase.

    Et ceux que l’auteur à croisé en quittant la droite son bien dans ce cas.

    Lui, a compris que derrière l’innocent rasoir, se profile une trahison idéologique profonde. Il sait, il sent, que ce n’est pas par hasard si Sarkozy est aussi bien rasé que Berslusconi. Et il a raison. Il a sûrement noté aussi que Ségolène a résolument adopté le look « petite attachée parlementaire UDF » et si il a voté pour elle c’est parce que TSS.

    Gillette mach 3 voila l’ennemi ! Dans la lutte contre l’élite ultralibérale mondialisée et bien rasée, c’est le rasoirs qui est le vrai marqueur de l’engagement militant ! Dans sa tentative courageuse, il n’a pas su aller jusqu’au sacrifice suprême, celui de ses poils de gauche. D’où l’échec.

    Camarade maintenant que tu y a goûté, tu y reviendra. Le plaisir perversement de droite de manger sa tartine pour elle-même sans avoir à se demander si elle est politiquement correcte !

    Mais, lors de ta prochaine tentative, va directement a l’essentiel, rase toi ! Non seulement ta femme remarquera quelque chose mais tu découvrira peut être quelques une des raisons qui font qu’il est si doux d’être à droite. (bon, ces choses là se font à deux, il va falloir aussi la convaincre de troquer son jean grunge sur nombril apparent contre une jupe plissée queue de cheval et ce sera pas de la tarte si elle est une vrai militante, mais être à droite est une ascèse et on y parvient pas du jour au lendemain....)



  • eric 4 septembre 2007 18:05

    La responsabilité pénale du chef d’entreprise signifie qu’il est responsable de tout y compris des infractions comises par ses subordonnés. J’ai un ami qui a fait de la tôle parce qu’il avait un employé indélicat. Il est réputé etre responsable, connaitre les textes et en imposer l’application a ses collaborateurs. Avec une responsabilité civile, il aura les memes responsabilités mais la questions sera réglée par des dommages et intéret dans la pluspart des cas. Il conservera sa repsonsabilité pénale pour ses actes personnels. Qu’y a-t-il de très choquant dans tous cela a part que c’est une proposition de Sarkozy. Pourquoi parler d’égalité devant la loi alors que le citoyen ne peut pas etre responsable du non respect de la loi par un tiers ?

    Quand a ce qui est de connaitre les textes et les faires appliquer... J’ai créé une société spécialisée dans un pays étranger compliqué, nous avons contacté les différentes administrations pour savoir ce que nous pouvions faire ou ne pas faire. La réponse a été texto ; nous ne savons pas, mais quand il y aura un controle, l’inspecteur saura vous dire ce que vous avez transgressé....



  • eric 30 août 2007 18:01

    Le barbre à l’origine nous vient des grecs. C’est celui qui ne parle pas le grec. Plus grave en réalité, il ne comprends pas.

    Si le terme de « barbare » est devenu un leit motiv des discours de gauche,c’ est sans doute parce qe toute une dialectique intellectuelle absconse qui autrefois assurrait son hégémonie intellectuelle est remise en cause. En matière de soins pshycho_ pshycha, etc... force est de constater qu’un nombre de professionnels accrus avec des thèrapeutiques de plus en pus incompréhensibles pour le commun des mortels arrivent avec des soins d’une durée de plus en plus longue à des abscences de résultats de plus en plus flagrantes.

    Dans ce contexte, tous ce que dit cet article me parait à la fois extêmement juste, et notamment l’humanité de toute personne fut elle criminelle et quel que soit son crime, et me gêne un peu parce que j’y sent quelque chose d’un peu moralisateur, généralisateur et abstrait. Il est un fait que l’on ne sait pas curer la pluspart des déviances graves. Il n’est même pas sur que l’on puisse les prévenir.

    On peut constater que certains malades ont une peur panique de sortir des lieux d’internement. Où alors sont les droits de l’homme, les contraindres à sortir pour leur bien, accepter qu’ils restent même jugés guéris ?

    Parlant de cas cliniques, la notion de droit de homme s’applique certainement, mais peut on prétendre qu’elle est menacée golobalement parce qu’en réalité on ne sait pas très bien quoi faire ?

    Les cas de déviance profonde sont quand même assez marginaux. Il est expréssément prévus dans les droits de l’homme le droit de choisir librement son école ce qui dans une conception humaniste des droits de l’homme emporte la question des moyens de cette liberté. Notre société est elle plus menacéé dans ses fondements démocratiques par notre relative impuissance a traiter des cas pathologiques graves ou par les restrictions apportée à une liberté garantie par la déclaration qui concerne des milliers de parents ?

    beaucoup de questions pour dire que je ne suis en désacord sur rien d’important avec cet article mais qu’à la fin il me laisse une impression ambivalente.



  • eric 30 août 2007 17:22

    A frederique Lyon Pas du tout, c’estla troisième composante du Ps, la gauche catho/ prot (Rocard, Boeckel) qui s’en va collectivement, Lang et quelques autres ne sont que des individualités. La gauche des « lumières »n’a pas encore vraiment choisi son camp



  • eric 28 août 2007 13:41

    Vaste foutaise qui ne trompe que lui et encore.

    Tenez, je suis prêt à parier que dans les jours qui viennent, l’ensemble des autres groupuscules fachisant qui pullullent à l’extême gauche vont tous en coeur dissoudre leurs partis pour créer un « vaste parti vraiment de gauche avec tous les autres ». A la condition bien sur qu’ils renoncent à leurs dérives droitières et/ou gauchistes et acceptent la prééminence idéologique, mais surtout organisationelle du dissous.....

    Seule alternative, que ces partis qui représentent pour l’essentiel la fonction publique et para publique la moins privilégiée ou la plus précaire du point de vue statutaire,(intermitent, salariés associatifs ;...) comprennent qu’avec Sarkozy,on est vraiment en train de parler de toucher au tiroir caisse et que le temps n’est plus aux pression pseudo extremistes pour mieux participer au partage des fonds publics avec les grands frères de la gauche arrivée, mais à une crispation unitaire sur des acquis rééellement menacés. Au reste, si ils comprennent vraiment cela, on va les voir accourir au bercail socialiste parce qu’ils ne seront pas trop de 47% pour limiter les dégats.

    Grande question, quelles concessions la gauche de gouvernement est elle prête à faire pour réintégrer ces gens qui ont toujours ouvertement et sans complexe refusé toutes les valeurs républicaines à commencer par la démocratie,dans le temps ou elle doit faire des risettes aux centre pour lui faire croire qu’elle partage son ambition d’un etat efficace mais économique.

    Titularisation des 1 600 000 employés associatifs avec les avantages des fonctionnaires et retour à l’équilibre budgétaire ? Il va falloir etre vachement dialectique pour faire croire cela aux électeurs...

    Tant que les vannes de la dépense publiques étaient ouvertes pour financer ces« tiers secteurs » hors grilles salariales fonction publiques, ils constituaient « l’avant garde » de la gauche. Maintenant que l’on va leur demander à quoi ils servent et combien ils coutent ils commencent à regretter les protections du statut.

    Dans une pèriode de replis de la gauche sociologique sur ses acquis, ils risquent fort de se retrouver « arrière garde du prolétaria ».Le destin des arières garde d’armées en retraite et de se sacrifier héroiquement pour sauver le gros des troupes.

    Foin d’un grand parti unitaire démocratique ; L’extrême gauche va descendre dans la rue pour des troisèmes tours sociaux qu’elle perdra afin de permettre à la gauche des prébendes d’en sauver ce qu’elle peut.



  • eric 26 août 2007 20:40

    Ici je vous approuve. c’est également le cas aux Etats Unis et dans une moindre mesure en Grande bretagne. D’une manière générale, les pays libéraux on tous des prelèvements obligatoires faibles(Taiwan 13% ?), biens utilisés, il y a beaucoup de riches et ils sont d’autant plus généreux que faiblement imposés. Aux etats unis la générosité privée est déductibe de l’imot je crois a 100 % et en france à 2 % (?) Parce que notre etat ne fait pas confiance aux personnes pour etre généreuse, peut etre aussi parce qu’un euro donné par un privé est un euro alors que le meme redistribué par une administration coute 2 euro, voir commentaire plus haut.

    Avec des prelèvements trois fois inferieurs, Taiwan a de meilleurs trains. Donc c’est possible.



  • eric 26 août 2007 20:13

    Je vais essayer de préciser

    Je résume : comment parler de 25 ans de moins d’éducatif quand le budget réel en euros constants par élève a doublé sur cette pèriode Commen parler de moins de social quand là aussi, les budgets ont complètement explosés.

    Conseil supérieur de la Fonction publique d’Etat (FPE). « Entre 1982 et 2003, l’emploi public a augmenté de 24% » alors que dans le même temps, l’emploi total a augmenté de 13%

    Comment parler de toujours plus d’enrichissement des riches quand même les quelques économistes un peu sèrieux de autrement en europe (tendance Strauss Kahn) constatent que les super salaires aprés impot n’en sont plus et que si les inégalités ont effectivement cessé de diminuer depuis 1981, elles stagnent. ( de mémoire salaires de 1 à 2,7 entre les deux déciles extrêmes après impot et transferts)

    Comment croire que 15 millions de personnes seraient complètement excluent si leur espérance de vie augmente. Comment croire que 50% des francais seraient au bord de la marginalisation si plus de 55% sont propriétaires.

    Enfin à nouveau la question est moins de savoir si il faut plus d’etat ou moins d’etat mais quels sont ses résultats et ses couts.

    Les études de l’OCDE montrent que le cout de la redistribution de un euro par le système social francais et de 1 euro ce qui en fait un des plus couteux du monde développé. Il aboutit essentiellement a un brassage d’argent au sein de la classe moyenne avec au passage, force salaires d’agents publics.

    Et cela va en s’aggravant puisque les frais de fontionnement de l’etat augmentent au détriment de l’investissement et que la dette explose ce qui signifie que les dépenses sont supèrieures aux prélèvements obligatoires.

    On peut donc avoir plus d’Etat avec moins d’impots et moins de fonctionnaires et plus de solidarité avec les plus démunis.

    Je crois que c’est le mandat très clair qu’à recu Sarkozy.

    Maintenant je suis d’accord avec vous ses électeurs sont hétérogènes parce que représentatifs de la société francaise.

    C’était le contraire avec Ségolène. Il y a au moins 30 % de salariés qui dépendent directement de l’Etat et de la dépense publique, 5 millions de fonctionnaires divers des trois secteurs, 1,6 millions des secteur associatifs sanitaires et socials,860 000 employès des entreprises publiques on pourrait ajouter les intermittents, dépendants aussi de la météo politique, et les établissements para publics non répertoriés ci dessus, et dans l’ensemble, ils votent jusqu’à 70% à gauche. 70% de 30 % cela fait 21 % si on rajoute quelques conjoints et enfants de, passé au privé on peut dire qu’il y avait un mandat non moins clair pour Ségolène, maintenir et si possible augmenter la dépense de l’état.

    Mais les armes des différentes catégories sont inégales face au projets de Sarkozy de diminuer leurs couts. Les cols bleus des entreprises publiques risquent de se retrouver à l’arrière garde du prolétariat. les intermittents à la trappe, les associatifs aux vaches maigres. les fonctionnaires eux seront juste un peu moins nombreux car il sera plus difficile d’y toucher.

    Je pense que l’électorat Sarkozy est hétérogène mais à un projet clair réformer notre etat.

    L’electorat de gauche est homogène sociologiquement mais connait lui, un réel malaise une réelle inquiètude, un risque d’éclatement et pour de bonnes raisons. Unis pour augmenter les dépenses, ils risquent d’etre déchiré face à la nécessité des économies. D’ou le passage a l’extrême gauche qui concerne essentiellement des fonctionnaires, et en particulier ceux dont les statuts sont les moins protecteurs, pas des travailleurs du secteur privé.

    je crois que le malaise que vous décrivez est plus celui ressenti par la gauche sociologique que celui du reste de la société francaise dans son ensemble qui elle fait face depuis 30 ans aux défis de l’adaptation à la mondialisation pour le pire et le meilleur et n’en est plus au malaise.



  • eric 26 août 2007 09:54

    Article fascinant ! A peu prêt tout est faux et ce qui juste est interprété de la façon la plus pessimiste.

    On ne sait pas par quoi commencer

    Compte tenu des taux de participation , Sarkozy est le mieux élus des présidents depuis longtemps. Sa majorité « relative » est beaucoup plus écrasante que celle de Miterrand en 81, élu avec moins de voix que quant il fut battu aux élections précédentes. Cela ne l’a pas empêché de tenir 14 ans.

    Éducation La dépense en monnaie constante par élève a doublée en trente ans.(source EN)

    Moins d’etat ? : depuis trente ans, combien d’ année sans augmentation de la part de l’etat dans un PIB en hausse. Combien de fonctionnaires et apparentés en plus ?

    IRPP 50% des Français sont exonéré, contre 20% des américains parce que la France a fait le choix d’autres impôts moins démocratiques, plus indolores, moins contrôlable par les élus du peuple et que chaque gouvernement a multiplié les exonérations clientélistes. Pourquoi beaucoup plus d’américains « peuvent « ils payer l’IRPP, alors que ce pays est souvent décrit par les gens comme vous comme une sorte de jungle sociale ?

    Ce qui est vrai de la recette l’est de la dépense. Le secteur associatif sanitaire et social gère 10 % du PIB essentiellement argent d’origine public, hors contrôle démocratique avec 1 600 000 employés. Dans les années 80 90 ces chiffres ont doublé. Une des raisons est qu’on y échappe aux grilles salariales de la fonction publique. La part de l’état stricto sensu dans les prélèvements a diminuée, pas les prélèvements dans leur globalité. Ce n’est pas l’état, mais c’est du public.

    Vos chiffres sont aux minimum faux a 5%. En effet un des plus important progrès sociaux des trente dernières années et l’augmentation massive du nombre de Français devenus propriétaire de leur logement. 55% aujourd’hui. Cela malgré des politiques administratives favorisant toujours le locatif collectif sur la propriété individuelle et une fiscalité sur le patrimoine la plus élevée en Europe assez dissuasive. Vu les prix de l’immobilier, peut on être considéré comme exclu ou marginal quand on possède son appartement....Et cela concerne des gens très modeste pusiqu’avec 1000 euro net par mois de salaire , Besancenot est propriétaire d’un deux pièces à Paris d’une valeur déclarée de 277 640 euros. Mais le principal démentit a vos assertions est d’ordre démographique.

    Une population mal soignée, mal nourrie, mal logée, marginalisée, déconsidérée devrait connaître une espérance de vie basse ou en baisse.

    Comme les moins riches son plus nombreux que les plus riches, ce sont eux qui pèsent le plus sur l’indicateur.

    Que constate-t-on (source ONU) A perspective prévisible l’espérance de vie sera, en suède de 81 an, aux Etats-Unis de 80 ans en France de 80 ans.

    Compte tenu de la criminalité, de la violence et de l’immigration massive de population pauvres que connaît l’Amérique, cela signifie peut être une sur performance du « modèle social américain » par rapport à la Suède.

    En ce qui concerne la France on arrive exactement au même résultat que l’Amérique avec toutefois des prélèvement très supérieur (15 points de PIB ?), beaucoup plus de fonctionnaires et d’état, et moins de richesse pour les citoyens en parité des pouvoirs d’achat.

    Il serait beaucoup plus réaliste de diviser la société française en deux catégories. Ceux qu payent tous les jours de leur personne pour s’adapter à un monde en mouvement ( les agriculteurs par exemple mais aussi les patrons salariés qui connaissent le même risque de chômage que leurs OS, (source Emmanuel Todd l’illusion économique) et ceux qui sont parvenu a s’en mettre a l’abri aux dépends de leurs concitoyens.

    Les profiteurs du système ?

    L’espérance de vie maximum en France est celle des cadres supérieurs du service public avec trois ans d’écart avec la catégorie suivante, les cadres du privé. L’écart avec les OS est de 11 ans.( source INED) ! Il n’est pas d’indicateur d’inégalité plus significatif. Il synthétise a la fois les conditions économiques, qualité des soins, revenus, pénibilité psychologique, reconnaissance sociale, niveau de stress, estime de soi, etc. Peut être le fils Lagardère ou le patron de Carrefour sont-ils 100 fois 1000 fois 10 000 fois plus riches que moi. Mais quel privilège est supérieur a celui de vivre ? La gauche se passionne pour le taux marginal d’imposition des 10 000 français les plus riches, mais il ne faudrait pas lui parler de travailler deux ans de plus pour que l’OS profite un peu de sa retraite.

    Vous avez dit solidarité !

    Ce que Malaurie nomme dans son appel sur la reconstruction « les valeur de solidarité de la gauche » et d’autres le modèle social Français, c’est un système ou l’OS, quand il n’est pas exclu du marché du travail par le poids des cotisations sociales dans son coût pour l’entreprise : Cotise plus longtemps que le fonctionnaire pour prendre sa retraite plus tard si il la prend car il vit 11 ans de moins et donc finance la retraite de celui-ci. Ses cotisations santé financent les soins des octo et nonagénaires de la classe privilégiée dans l’espérance de vie . Ceux ci constituent en effet l’essentiel du déficit de la sécurité sociale. Ses cotisations chômage servent à financer les déficits crées par les enfants du second sous prétexte de création culturelle et en fait assez largement de propagande politique non inclue dans les dépenses des partis à travers le régime des intermittents. Ses enfants, à travers la carte scolaire, meublent, littéralement, des lycées dépotoirs . Leur seule perspective est une « reproduction sociale par le bas » dans le meilleur des cas. Trop souvent, compte tenu des exigences croissantes de formation pour l’accès à l’emploi et du poids des charges évoquées ci-dessus, dont on sait à qui elle sont redistribuées , les minimums sociaux .

    RMI plus intermittents , Du Pains et des Jeux ?

    Le mandat reçu par Sarkozy est particulièrement clair, définir les modalités de la participation des classes protégées à l’effort de solidarité nationale en particulier avec le plus pauvres.

    Si il n’y parvient pas, on aura aux prochaines élections toujours deux groupes, Le pen pour le changement ( Marine, réjouissez vous enfin une femme !) et Besancenot pour la « préservation du modèle social »et il n’est pas probable que ce soit Besancenot qui l’emporte.



  • eric 24 juillet 2007 12:03

    Article peu interessant. Constater une fois de plus le faible profesionnalisme des journaliste francais n’est en rien une information. Croire qu’un hypothetique controle des medias aurait une influence determinante sur les elections participe de la conviction que le « peuple » serait stupide. C’est une conviction ancree a gauche. Les bacs moins 4 regarderaient TF1. C’est une facon de se consoler de la defaite. Les resultat du FN dans le passe, et notamment en 2002 ont beau prouver que l’hostilite de l’ensemble des medias a un candidat ne l’empeche en rien de convaincre des electeurs, voir de battre ceux auxquels les journalistes sont plus favorables, rien n’y fait.

    Non le peuple ne se tait pas ; il s’est prononce pour Sarkozy. Qu’importe qui a propose DSK, la nouveaute est qu’il ait ete soutenu par NS. Les medias francais sont plus mediocres que complaisants.

    Non ce n’est pas « vraiment trop injuste », la gauche a ete nulle et c’est pourquoi elle a ete battue.

    Serrer ses petits poings humide en accusant le mechant Sarkozy d’etre un Napoleon au petit pied de suffit pas a faire croire que la gauche aurait encore de idees, bien au contraire.

    Seul aspect positif de l’article, il montre que ce qui interesse a gauche c’est de ratiotinner sur la realite des pourcentage de popularite de NS.« c’est meme pas vrai, nananere re ! »

    Ci cela continu ; il y aura bien un Sarkozisme absolu. Il sera le reflet du vide absolu en face.